//img.uscri.be/pth/af778d6289b4644f61fac21a54ee3a972c87fd67
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - PDF - EPUB

sans DRM

De l'invisible on ne voit que le mot

De
112 pages

Phrases et citations qui transforment.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-96377-2

 

© Edilivre, 2015

De l’invisible on ne voit que le mot

 

 

Dans la pénombre

À l’abri des jours qui sombrent

À demi-mot

Dissimulé pour mieux surprendre

Le couteau de la vie

Planté dans les « par cœur »

 

 

 

Comme les serres dans une proie

Les arbres plongent leurs racines

Dans la terre…

Ces oiseaux de bois

Ces oiseaux sans voix

Que l’orage parfois foudroie

 

 

 

J’ai avalé l’âme son

Quand j’étais

Dans le ventre

De ma mère

 

 

Sorciers

Aux mots remplis de sortilèges

J’abandonne tout mon être

Au néant qui inspire l’univers

Je demande de retenir son souffle

Tellement de sorts jetés

Que les siècles plient

Sans rompre le silence

Qui les transperce

Respiration coupée

La bouche béante du mal

Accouche d’un futur monstrueux

Regarde

Regarde le bien cet enfant maudit

Car tu en es le père et la mère

 

 

 

Un vent se lève

Et souffle l’invisible

Pendant qu’à l’horizon

Le soleil vertical

Glisse sur le mur entre ciel et mer

Dans la fente des jours qui partent

Et ne reviennent jamais

 

 

 

Il y a des mots qui arrêtent le temps

Des mots qui enveloppent des moments

Et les figent

Comme des monuments de pierre

Debout dans l’espace d’un silence

 

 

 

Sur les branches du chaos

Plantés dans le mensonge

Des hommes perchés contemplent l’œuvre

Et la volonté d’une conscience

Dont les desseins obscurs

Nourrissent l’esprit du doute

 

 

 

En l’homme éternel

Murmure l’instant

Celui qui précède

Et celui qui succède

En l’homme éternel

La mort et le temps

À jamais souvent

 

 

 

Dans l’océan des rêves

Que le sommeil soulève

Immobile au milieu des courants

Une...