De quelle manière le péché anéantit l'homme

De
Publié par

Découvrez le poème "De quelle manière le péché anéantit l'homme" écrit par Georges de BRÉBEUF (1617-1661). "De quelle manière le péché anéantit l'homme" de de BRÉBEUF est un poème classique. Profitez de ce poème en le découvrant sur cette page. Et n’oubliez pas que vous pouvez télécharger gratuitement en format PDF le poème De quelle manière le péché anéantit l'homme et l’imprimer depuis chez vous !
En téléchargeant le PDF du poème de de BRÉBEUF, vous pourrez faire une analyse détaillée ou bien comprendre la signification des paroles du poète qui a écrit "De quelle manière le péché anéantit l'homme".
Publié le : lundi 30 juin 2014
Lecture(s) : 5
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

De quelle manière le péché anéantit l'homme

et de la résistance que la Grâce trouve en lui


(Fragment)

" Vien vien, me dites-vous, appaiser ma colere,
Change en respect tous tes mépris,
J'ai toûjours de l'amour, et je suis toûjours Pere
Ne veux-tu plus estre mon fils ?

Si tu n'aimes un Pere, au moins redoute un Juge,
Prens toy-mesme pitié de toy ;
Contre moy quel moyen de trouver un refuge,
Si tu n'en cherches pas en moy ? "

Mon coeur stupide et froid à des soins si propices
Ne vous montre que ses dédains,
Le mépris de vos loix fait toutes mes délices,
Et ma perte tous mes desseins.

Du remords inspiré l'officience atteinte
Fait sur moy peu d'impression,
Je n'écoûte pour vous, ny l'amour ny la crainte,
Ny pour moy la compassion.

Ainsi honteusement je voy couler mon âge
Dans les soins de la vanité,
Et je perds des moments dont le prudent usage
Me devoit une Eternité.

Au lieu de m'assurer une gloire immortelle,
Qui ne peut jamais se ternir,
Je m'assure des maux dont la rigueur cruelle
Ne peut ny changer ny finir.

Parlez-moy donc si haut qu'enfin je vous entende,
Réveillez un coeur hébété,
Ou tonnez, s'il le faut, afin que j'apprehende
Le couroux d'un Dieu rebuté.

Que je vous puisse aimer comme un Dieu tout aimable,
Qui m'a comblé de ses bien-faits,
Et vous craindre en tout temps comme un Dieu redoutable
Qui peut me perdre pour jamais.

Que mon esprit soûmis ne goûte point d'amorce
Qu'à se ranger sous vostre Loy,
Que je me donne à vous, et qu'ainsi je vous force
A vous donner enfin à moy.

C'est de mes voeux enfin le seul que j'entretienne,
Luy seul va faire tous mes soins,
Et quelque autre succez qui me flatte ou m'avienne,
Je ne puis me passer à moins.

Pardonnez-moy, Seigneur, cette ardeur vehemente ;
C'est un feu que vous m'inspirez,
C'est vous qui dans mon coeur avez mis cette attente,
Et c'est vous qui la remplirez.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.