Déjà le ciel prenait sa cape noire

De
Publié par

Joachim Bernier de la BrousseDéjà le ciel prenait sa ...

Publié le : jeudi 19 mai 2011
Lecture(s) : 118
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Déjà le ciel prenait sa cape noire, Le blond Soleil sommeillait sous les eaux, Quand mon esprit au fort de ses travaux, Songeant, brûlant, pressait ton corps d'ivoire.
Mais le pauvret, ruiné pour le croire, Vit tout soudain au lever des chevaux, Qui du clair Pô renomment les ruisseaux, Réduire en vent son plaisir et sa gloire.
Ce n'est pas toi, ma belle, que j'ai vu Ce n'est pas toi qui m'as jeté ce feu Qui va brûlant d'une flammèche ingrate.
Mon triste cœur, tu as plus de douceur, Hélas ! c'est toi, car ton bel œil vainqueur A nuit et jour la vertu d'Harmocrate.
Joachim Bernier de la Brousse
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.