//img.uscri.be/pth/8dd26ab7a53db3aa149034c0c436a791bbedba8c
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Des roses et des lèvres

De
79 pages
Au coeur de la brumaille, Marguerite Lalèyê se balade à travers les mots de sa mémoire. Lignes d'amour où tantôt les rires / des oiseaux / se gorgent / de pétales et tantôt des cris balafrent le temps. Saisissants contrastes pour modeler le ciel / et fleurir l'éternel. Car c'est bien d'absolu auquel se nourrit le poète perméable aux parfums, aux mélopées, aux étreintes, aux saveurs inconnues. L'écrivain nous convie à une gourmandise d'images.
Claude Luezior, Lauréat de l'Académie française
Voir plus Voir moins
    
Marguerite Lalèyê          
      !"#$ %  &#    !"#$  %&'()()%*()*&'(& +,$ %&'))%*)*&'&
Préface
Au cœur de la brumaille,Lalèyê se balade Marguerite à travers les mots de sa mémoire. Lignes d’amour où tantôtles rires / des oiseaux / se gorgent / de pétalesettantôtdes cris balafrent le temps. Saisissants contrastes pourmodeler le ciel / et fleurir l’éternel. Car c’est bien d’absolu auquel se nourrit le poète perméable aux parfums, aux mélopées, aux étreintes, aux saveurs inconnues. L’écrivain nous convie à une gourmandise d’images, à un friand ballet aux gestes qui se dérobent où la sensibilité côtoie la profondeur d’âme, où le retour à la mère éternelle (divine quintessence / tu es noyau sacré) est le terreau naturel de la création.
Dans une tendresse palpable, l’auteur met le feu à l’imagerie verbale avec une intuition hors du commun. À l’intersection de la danse et de la peinture qui sont également ses éléments naturels, à la confluence de courants européens et africains, Lalèyê propose un itinéraire onirique dans lequel elle conjugue leje regrette/ de ne pouvoir / tourner la roue / pour broyer les heures,la célébration du présent (tes sèves s’allient aux esprits : possession de l’instant) et l’écheveau des cycles à venir (toi qui sais / parler aux fleurs / réenfante moi / rendsmoi libre). L’alternance, dans un style parfaitement homogène, d’une respiration verticale et de textes en prose évoque le cours d’une eau parfois source et cataracte, parfois ruban tranquille.
7