Désert de tant

De
Publié par

Car il n'est pas vide, n'est-ce pas ? C'est au contraire le lieu où s'expriment des questions essentielles. La terre parallèle au commun des jours, qui tire vers des horizons invisibles : l'au-délà des choses et des êtres, leur coeur vivant , soumis au devenir...
Publié le : vendredi 4 septembre 2015
Lecture(s) : 5
Tags :
EAN13 : 9782336388182
Nombre de pages : 134
Prix de location à la page : 0,0082€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Alain Z
Désert de tant
Poésie(s)
Désert de tant
Collection « Poésies » Ouvrages déjà parus Arthur BRIAND,Je suis un cri, 2015. Marguerite CHARBONNIER,Aux passagers, 2015. Anna-Maria CELLI,Peaux d’ombre, 2015. Claude LUEZIOR,La couleur d’un silence. Trilogie, vol. III, 2015. Claude LUEZIOR,D’un seul geste. Trilogie, vol. II, 2015. Claude LUEZIOR,Fragment. Trilogie, vol. I, 2015. Alhama GARCIA,Haïkus et variations, 2015.
Alain Zecchini
Désert de tant
Du même auteur Le Rhinocéros. Au nom de la Corne, L’Harmattan, 1998.
Soleil blanc, Éditions Saint-Germain-des-Prés, 1980.
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06933-3 EAN : 9782343069333
Tire d’aile Voici le temps du cœur de sable dans la rivière de la lune qui se présence en silence cru pour l’ondoyé laissé-en-compte. Belle-donne sans l’acérant mortel en d’autres cieux la lune est un recours. Et de quel règne au juste ? Il faut placer en elle les diastoles et systoles, se mettre dans son lit qui portera le filtre de nos catastrophies. Scander le chant du grand déport ; se dire passager sans nom ; délaisser même les fleurs de miel. Ouvertures d’astre, je peux vous croire ! Il y a une justice sans fard
7
Stridences Semelles de plomb lestées de crêtes d’azur, je vous conjure de ne pas croire au pain béni Chariots du sang, les chiens sont loin et ne connaissent plus guère le regard d’intuition. Ils volèrent à son secours, et la cicatrice violette devint adret, et ubac Etalerla mer sur la paume de la main tigrée : pour lui donner l’absolution Je suis le généreux sous la figue éclatée. Absolu ! Absolu ! Aire de la contre-épée : là où l’Autre, enfin, peut s’incarner, sans peur et sans reproche Accentuer la pénétration des vibrisses, dans ce monde aux tristes parfums, pour repérer, au moins, la boule de fort, qui sera lancée vers la lune, avec elle un jeu est possible
8
[Le cheval bleu] Le cheval bleu a un regard aveugle. Il avance, la crinière coupée. Mais sa robe le soutient. Elle dit un ancrage en pâturages bellissimants. Nous avons vu ce solitaire, par une journée écrasante de chaleur, ne pas désirer d’eau. L’Histoire survit grâce aux mythes
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.