Deux fois Une

De
Publié par

Hanitr'Ony fait partie de la dernière génération de poètes contemporains de Madagascar. Dans ce premier ouvrage bilingue, elle rend un vibrant hommage à la femme, muse secrète de tous les poètes, en interaction avec les dessins de Tracy M. et les œuvres choisies de grands poètes de tous horizons, qu'elle a subtilement traduites.
Publié le : samedi 4 juin 2016
Lecture(s) : 11
Tags :
EAN13 : 9782140012839
Nombre de pages : 158
Prix de location à la page : 0,0112€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Hanitr’Ony
Illustrations de Tracy M.
Deux fois une
© Sépia, 2016 ISBN : 9791033401025
2
DEUX FOIS UNE
Hanitr’Ony DEUX FOIS UNE
PRÉFACE
« Deux fois une » est le fruit d’un échange entre deux âmes attirées par la même vision : celle de la femme. « Deux fois une » est la rencontre de deux talents éprouvés par le même feu : la passion. « Deux fois une » n’est pas un recueil dans le sens strict mais un album dans lequel la confrontation du verbe et de l’image recompose la femme. « Deux fois une, deux Regards envolés et croisés » (Deux fois une) Ces deux premiers vers ne nous donnent pas uniquement une idée d’ensemble développée dans les poèmes mais présentent aussi la structure générale du recueil. La féminisation de l’unité, une au lieu de un, qui nous intrigue car sortant de l’usage habituel du terme, nous donne déjà le désir manifeste du poète de désigner l’objet de son poème : la femme dans toute sa plénitude, avec toutes ses facettes. Une amie, une sœur Petitefille, bellesœur, Une fille, une nièce Une amante, maîtresse, Cousine, grandmère, Compagne, partenaire, Bru, mère, bellemère,
7
Une copine, une voisine, Une collègue, une frangine, Une tante, une marraine, Une filleule, une reine… (Une amie, une soeur…) La poétesse est en parfaite osmose avec la dessinatrice, l’illustratrice. Deux gentes féminines réunies pour parler de la Femme. « Ton moi et le mien Que le temps ne peut feindre et mettra pour toujours Dans ce tout dans ces riens… » (Tout et riens) Cette femme qui est le modèle absolu : J’ai mis la mer, Le bleu, le vert, l’hiver sur mes rires Le soleil, les vagues M’habillant de leur richesse… Comme une déesse. (Déesse) La poétesse Hanitr’Ony, jongle avec les mots comme les * jeunes filles malgaches d’antan avec leur « tanisa » tandis que la dessinatrice sautille pardessus les verbes dans un chatoiement de couleurs. Le cœur et le regard du lecteur vacillent sur le fil tenu de l’entretextes et dessins et cueillent l’émerveillement des (…)rêves rayonnants dans la lueur timide mais complice de la lune (Ses pas). La deuxième partie du recueil nous offre un panel de poèmes malgaches et français judicieusement choisis et traduits avec art, par Hanitr’Ony. Si la femme est toujours au * Tanisa: jonglerie (jeu de petite fille).
8
centre de la préoccupation de la traductrice et a guidé ses choix, la variété des poèmes présente un patchwork de sensibilités merveilleusement agencées. En effet, chaque poète à sa vision propre de la femme. Quant à la traduction, elle met en évidence le don poétique de la traductrice. Elle ne se laisse pas emprisonner par l’aspect technique de la traduction, mais s’est ingéniée à extraire la « substantifique moelle » de chaque poème, pour la rendre dans l’autre langue. Nous retrouvons dans la technique de Hanitr’Ony, qui est elle même poète, l’héritage de son grandpère, le grand poète malgache Jean Verdi Razakakandraina, connu sous le pseudonyme DOX, et qui a enrichi la littérature malgache de traductions d’oeuvres de grands poètes et dramaturges français, comme Racine et Corneille. Hanitr’Ony, nous montre qu’il ne s’agit pas uniquement, en matière de traduction, de traduire les mots mais aussi et surtout de transmettre et d’adapter les sentiments contenus dans les textes à la sensibilité du lecteur. La traduction réussie est celle qui fait d’un poème un autre poème. Hanitr’Ony le démontre dans la traduction des poèmes malgaches en français et des poèmes anglais et français en malgache. « Et ainsi va l’élan, le regard et le cœur Dans ce voyage unique où Deux fois une, fond un… » Hanitr’Ony (Deux fois une) FX Razafimahatratra Bagneux, le 10 octobre 2014
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.