Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 1,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF - MOBI - EPUB

sans DRM

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

suivant

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-97100-5

 

© Edilivre, 2015

Chers lecteurs et lectrices,

Je tenais à vous remercier pour la lecture de mon recueil de poèmes. Cela me donne du baume au cœur.

Je me présente je m’appelle Marine j’ai 24 ans et je suis malade depuis l’âge de mes dix ans. Je souffre de Troubles Obsessionnels Compulsifs.

Au départ aux alentours de dix ans je ne vérifiais que les lumières et les robinets avant d’aller me coucher.

Ensuite les portes et à ce jour je suis prisonnière à chaque fois que je fais un fait et geste. Mes vérifications se portent sur tout jusqu’à mon identité et le soir avant de me coucher je suis contrainte de repasser ma journée en tête : tout ce que j’ai fait dans la journée, chose par chose, où je suis allée de peur d’avoir fait des erreurs ou d’avoir perdu ou oublié quelque chose. Tout cela mentalement d’où mon épuisement.

Je souffre également de dépression, de phobies, de trichotillomanie ainsi que borderline.

Alors comme vous pourrez le constater mes poèmes sont très mélancoliques. Certains rejettent un peu plus d’espoir que d’autres.

Je souffre au quotidien alors à travers ces poèmes, je fais part des malheurs qui peuvent être rencontrés au cours d’une vie. Ecrire est un exutoire, cela calme mes tensions de l’intérieur.

J’ai commencé à écrire il y a maintenant trois ans à la mort de ma grand-mère. D’ailleurs le poème « mort » lui était dédié, je l’ai lu lors de son enterrement.

De là est partie mon imagination pour les poèmes. Je pose mes ressentis sur la page, cela me soulage.

Je vous souhaite bonne lecture mais promettez-moi de ne pas pleurer à la lecture de certains de mes poèmes.

...