En pleine figure

De
Publié par

Les haïkus de la guerre de 14-18 rassemblés pour la première fois dans une anthologie.
Publié le : jeudi 20 mars 2014
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782362290671
Nombre de pages : 176
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
En pleine figure
Haïkus de la guerre de 1418
Anthologie établie par Dominique Chipot Préface de Jean Rouaud
ÉditionsDoucey Bruno
Enpleine gure
Haïkus de la guerre de 1418
En pleine figure – Haïkus de laguerre de 1418 estle cinquante et unième ouvrage publpar les Éditions Bruno Doucey.
Anthologie publiée à l’occasion du centième anniversairedela guerrede 1418.
Éditions Bruno Doucey www.editionsbrunodoucey.com
isbn: 9782362291234 Ce titre existe en version papier, isbn: 9782362290565
Enpleine gure
Haïkus de la guerre de 1418
Anthologie établie et présentée par DominiqueChipot
Pface deJean Rouaud
Éditions Bruno Doucey
Note de l’éditeur
Nous remercionsles ayantsdroit etles éditeursqui nous ont accordé gracieusementledroitde reproduire une partiedes textesde cette anthologie,dont ils conserventl’entier copyright. Pourdes raisons indépendantesde notre volonté, nous n’avonspu, malgré toutes nos recherches, retrouverles ayantsdroitde certains poètesde cette anthologie. Celles et ceux qui n’ont pu être joints ni donnerleur accord sont invités à nous contacter a nque ces rares manquementspuissentêtre réparés. Nous remercions chaleureusement toutes celles et ceuxqui ont apporté une contribution àla réalisationde cet ouvrage.
Préface
Leséclairs de la guerre
Si onjouait aujeudes correspondances, considérant ce quifait sonessence, savoir sa concision, son efficacité, on associeraitplutôtle hku àlaguerreéclair,du moins àl’escarmouche ainsi que Froissardnommait ces coupsde mainde seigneursbrigands sur un château ouungroupede pèlerins, ce qui, traduit àla modede Basht,ûe¯odonné quelque chose comme :
Une troupede coquillards Maisdansleursbesaces Quedesprières.
Mais riende moins éclairquela Première Guerre mondiale. Les datesle con rment, 1418, ilsuffitdefairela soustraction, uneguerreéclairde quatre ans, ça s’appelle un enlisement. C’estd’ailleursl’image qu’on agardéede ces corps enterrés, vivantlittéralement en soussol, évitantde mettrele nezdehors souspeined’êtrela cibled’un tireurisolé, attendantl’ordrebrutalquilesfera sortirdela tranchéepourle gaind’unedizainede mètres etd’un vain carnage. On saitquela relationdu con it adonné naissance à une importanteproduction romanesque. Defait,le romandans sonvolumeparaît mieux à mêmede rendre comptede cetteboucherie aulongcours qui engloutitdes millionsdhommes surl’espaced’un continent. Ainsi, faire tenirla Première Guerre mondialedans unhku revient à versertoutl’océandans undé à coudre. D’autant quelehku ne s’estjamais frotté àlaguerre. Son souci, c’estde saisir endixsept syllabes àlafois
9préface
lapermanence etl’impermanencedes choses. Dansle cours cycliquedumonde, capter cet événement minusculequi marque unefêluredansle continuum. Des tracesdepattesd’oiseau sur une terrasse mouillée, unnavetbrandi par un paysan pour montrerle chemin. Orlaguerre est unegigantesquefêlure. La sommedes tragédies y est telle qu’on ne peut évacuerla violence etle chagrin en un soupirdiscret commeleferaBusonpour évoquerla mortde salle. Nepouvantles éviter souspeine de passer pourdes monstresd’insensibilité,les poètes sont obligés d’avoir recours à un vocabulaire qui serait impitoyablement éjectéd’unhkujaponais : « miséricorde », « miracle », « pardon » et cet «hélas » quirenvoie à Racine et Du Bellay:
Mes camarades, mesfrères, Nous auronsbeaucoupsouffertlas ! vous vaincrezsans moi.
Inconnus aussides maîtres japonaisles jugements moraux(Comme on embellitle crime)les effetspoétiques(Dans unejunglede rêve), et évidemmentla manièrejaponisante(Lepetit éclatd’obs’est arrêté àus / Qui laporte / Pourquoi n’atilpas osé entrer). Oublionsdonclehku et retenons quedes poètes ont jugé qu’une forme minimale avait son mot àdiredansla restitutiondelhorreur. La photographie alors étaitlourde, malcommode avec ses plaquesde verre, et ne permettait pasle reportagedeguerre. Ces micropoèmes sont ainsidesclicclac,des petitsfaits quele cerveau enregistre et plie enquelques mots. Ils nouslivrentdes instantanés surlesquels auraient glissédes projets épiques, préoccupésde se mettre audiapasonde l’Histoire. Ces instantanés, cequ’ils relatent, on n’en trouve mentionnullepart ailleurs. Cecipar exemple:
10pleine figure – ha en ïkus de la guerre de 14-18
Au seuildesbanques On remplaceles nègres Pardespoilus.
l’on apprenddeux choses :la première queles « gres »,l’appellation alors est officielle, n’inspirent pas conpour ance garderl’argent des Français – cequi nous rappellequ’au momentdelalibérationde Paris, àla ndela Seconde Guerre mondiale,legénéralLeclerc,dont ela2DB était massivement composéede tirailleurs sénégalais etde maghbins, s’avisa pourfairebonnegure, au momentd’entrerdanslacapitale,de composer unbataillon uniquementde soldatsblancs, Paris libéré, maispardebons Français – etla seconde,qu’on neles considère pas commedes «poilPour nous, un «us ». poilu » c’est un combattantde la Première Guerre mondiale. Oui, mais à une nuanceprès. Un «poilu », ça charge, c’est mutilé, ça meurt, mais c’estblanc. Occasion encorede rappeler que,lorsdela première attaque augaz, on envoya en contre attaque à traversle nuaged’ypérite, un régimentde Marocains, unmouchoir surle nez.
Autre instantané concernantla zonedes combats:
Deuxlevéesde terre Deux réseauxdeldefer Deuxcivilisations.
Lesdeux civilisations n’enfont qu’une maisles Allemands soignaient leurs tranchées, construisaientleurs casemates endur. C’étaitpour euxun signed’installation,de prisede possessiondu territoire, une nouvellefrontière, aulieuqu’enface, oùl’on espérait reconquérirlepays perdu, iln’étaitpasquestiondedonnerle sentimentque cette situationallait perdurer. D’où ce côté provisoiredeslignesdedéfensefrançaises,
11 préface
baraques en planches, remblais malconsolidés. Cegenrede provisoire qui coûtala vie àdes milliersdhommes. Etpas seulement auxhommes:
Danslesvertèbres Du chevalmalenfoui Monpiedfait :oche
Jean Rouaud
12 en pleine figure – haïkus de la guerre de 14-18
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant