Epreuves du grand moment

De
Publié par

La poésie de Marc Fontana est une quête du bonheur, aussi bien dans le regard offert aux choses, la découverte tenace des sensations claires ou obscures qui le lie intimement à la nature, que dans la démarche amoureuse. C'est dans la complicité de la femme aimée et d'un jardin, de la femme attendue et d'un voyage, des feuilles et de l'apparence que le drame de l'histoire s'apaise, dans les mots écrits ou échangés que la vie prend un sens.
Publié le : vendredi 1 février 2008
Lecture(s) : 222
Tags :
EAN13 : 9782296191488
Nombre de pages : 107
Prix de location à la page : 0,0065€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Épreuves du grand moment

Levée d'ancre Collection dirigée par Michel Cassir et Gérard Augustin
Levée d'ancre est une nouvelle collection privilégiant l'écriture poétique. Elle se propose d'abord de publier, au-delà de la division des genres, la poésie sous toutes ses formes; de la précise ciselure du vent aux nouvelles, y compris le « noyau de prose» par lequel l'œuvre exprime ce qu'il y a de plus actuel, dans sa construction d'un sens de la poésie. Ensuite, multiplier les accès à cette poésie, tant par les anthologies critiques, les ouvrages collectifs, que par les échanges entre écrivains et lecteurs, les rencontres entre la poésie, les différents arts et la vie.

Marc Fontana

Epreuves du grand moment

/'

L'Harmattan

@ L'HARMATTAN, 2008 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005

Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-05019-8 EAN : 9782296050198

PAYSAGE DE L'ÉLOIGNÉ

une main lisse nous prend les flancs

nous oriente ilfaut des attaches à ce que nous sommes,
-

la mémoire s'émonde dans le rêvecontre un défaut de la vie, un rien usant les forces

nous sommes - un œil lustré nous gobe le regard
mesures de cendre et gestes clairs car ce n'est pas la mort qui nous trompe mais l'arène de la parole et ce qui nous devance sans attendre ce que nous sommes n'est pas choisi par l'ombre qui vient se verser de quelque chose de tenace et pénètre l'ignorance insoluble palpite et ouvre ses racines d'âge aux migraines du ciel nous avons tout pris de l'usage

-

9

IL N'Y A PAS D'ÂGE D'OR
précoce immobilité d'un chant la recherche l'offre en de rares turbulences étranger aux points d'échange maintenant que la mémoire maintient ce verbe premier comme une offense vitesse au travail pour fondre la couleur
profonde au cœur cette voix rauque bientôt voilée une fronde soulève la cape du sommeil

10

jeune absent accusé mais solennel pour rendre au trouble en toute clarté la parole

le chant revient allier d'innocence l'inconnu lisière allégorie de notre fin impensable

Il

un corps primitif attendait au bout battant des secondes
cil qui gouverne l'avancée luisante ses lavis sont des chemins de noces par la craie des brumes

jeté du front sans durée niché dans la phalange du précieux écartèlement

12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.