Et d'ailleurs

De
Jean Marc Dalpé part à la découverte de New York, Paris et Sudbury. Attablé devant un café ou une bière dans les restaurants, les cafés ou les hôtels, le poète se fait observateur des réalités parfois crues du monde qui l’entoure. Du hard-rock des hôtels du Nouvel-Ontario au jazz de New York en passant par les accordéons de Paris, Jean Marc Dalpé nous fait sentir le rythme quotidien d’ici et d’ailleurs dans un langage qui s’apparente au pouls de la rue.
Publié le : mardi 20 août 2013
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782894238578
Nombre de pages : 78
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Jean Marc Dalpé part à la découverte de New
York, Paris et Sudbury. Attablé devant un café ou
une bière dans les restaurants, les cafés ou les
hôtels, le poète se fait observateur des réalités
parfois crues du monde qui l’entoure. Du hard-rock
des hôtel du Nouvel-Ontario au jazz de New York
en passant par les accordéons de Paris, Jean Marc
Dalpé nous fait sentir le rythme quotidien d’ici et
d’ailleurs dans un langage qui s’apparente au pouls
de la rue.
Comédien, poète, romancier, dramaturge, scénariste ainsi
que traducteur, JEAN MARC DALPÉ se place au rang
des écrivains majeurs de notre époque. Il est un triple
récipiendaire du prix du Gouverneur général : Le Chien
(théâtre, 1989), Il n’y a que l’amour (théâtre, 1999) et Un Jean Marc Dalpé
vent se lève qui éparpille (roman, 2000). Outre son
oeuvre littéraire, l’auteur compte plusieurs traductions à son
actif, de textes de Sam Shepard, Tomson Highway, Mansel
Robinson et Shakespeare. Et d’ailleurs
Extrait de la publication PoésieAncrées dans le Nouvel-Ontario, les Éditions Prise de
parole appuient les auteurs et les créateurs d’expression et de culture
françaises au Canada, en privilégiant des œuvres de facture contemporaine.
Éditions Prise de parole
C.P. 550, Sudbury (Ontario)
Canada P3E 4R2
www.prisedeparole.ca
La maison d’édition remercie le Conseil des Arts de l’Ontario, le Conseil
des Arts du Canada, le Patrimoine canadien (programmes Développement
des communautés de langue officielle et Fonds du livre du Canada) et la
Ville du Grand Sudbury de leur appui financier.
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 2 13-07-18 15:52Et d’ailleurs
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 3 13-07-18 15:52Du même auteur
Roman
Un vent se lève qui éparpille, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1999, prix du
Gouverneur général.
Théâtre
Août. Un repas à la campagne, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2006.
Le chien, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2003 [1987], prix du
Gouverneur général.
Lucky lady, Montréal, Éditions du Boréal/Sudbury, Éditions Prise de parole,
1995.
Eddy, Montréal, Éditions du Boréal/Sudbury, Éditions Prise de parole, 1995.
Les murs de nos villages (coauteur d’un collectif), Sudbury, Éditions Prise de
parole, 1993 [Rockland, Éditions Sainte-Famille, 1982].
avec Robert Marinier et Robert Bellefeuille, Les Roger, Sudbury, Éditions
Prise de parole, 1985.
avec Brigitte Haentjens, Hawkesbury Blues, Sudbury, Éditions Prise de
parole, 1982.
avec Brigitte Haentjens, Nickel, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1981.
Traduction
Deux, (paru en anglais sous le titre Two rooms, Winnipeg, Scirocco Drama,
2011), théâtre, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2012.
Hamlet, (traduction de la pièce anglaise de Shakespeare), théâtre, Sudbury,
Éditions Prise de parole, 2012.
Dry Lips devrait déménager à Kapuskasing, de Tomson Highway (paru en
anglais sous le titre Dry Lips Oughta Move to Kapuskasing, Calgary,
Fifth House Ltd., 1989), théâtre, Sudbury, Éditions Prise de parole,
2009.
Roc & rail, qui comprend Trains fantômes et Slague. L’histoire d’un mineur,
de Mansell Robinson (paru en anglais sous le titre Roc & Rail : Ghost
Trains and Spitting Slag, Saskatoon, Tistledown Press, 2002), théâtre,
Sudbury, Éditions Prise de parole, 2008.»
Poésie
Gens d’ici, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1981, épuisé.
Les murs de nos villages, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1983.
Documents audio
avec Marcel Aymar, Cris et Blues live à Coulson, Sudbury, Éditions Prise de
parole et Ottawa, Musique AU, 1994, disque compact.
La cuisine de la poésie présente : Jean Marc Dalpé, Sudbury, Éditions Prise de
parole, 1984, audiocassette.
BookEtD'ailleurs.indb 4 13-07-18 15:52Jean Marc Dalpé
Et d’ailleurs
Poésie
Éditions Prise de parole
Sudbury 1984
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 5 13-07-18 15:52Photographie de la couverture : Brigitte Haentjens.
Tous droits de traduction, de reproduction
et d’adaptation réservés pour tous pays.
Copyright © Ottawa, 1984
Difusion au Canada : Dimédia
ISBN 978-2-89423-748-6 (PDF)
ISBN 978-2-89423-857-8 (ePub)
BookEtD'ailleurs.indb 6 13-07-18 15:52Et d’ailleurs
Et d’ailleurs
poussent tous ces murmures printemps
qui me bourgeonnent
partout
sur le corps
viennent toutes ces cuisses chaudes de mots été
qui me bandent et me brisent
avec leur soleil
sur mon ventre
coulent tous ces chants automne
qui me tirent à bout portant
leurs dernières couleurs
dans la poitrine
montent toutes ces voix hiver
qui me plantent
leur frette bleu
dans la nuque
ailleurs
des chiens meurent partout
et des hommes comme des chiens
partout aussi
ailleurs
5
BookEtD'ailleurs.indb 5 13-07-18 15:52deux êtres se collent, se lèchent
se butinent, se hurlent
s’arc-en-cielent
ailleurs
il y a le silence bête des parcomètres
il y a une sirène d’ambulance qui crache ses
décibels-détresses
il y a une Indienne
qui danse pieds nus
sur la terre battue d’un chemin
dans la cordillère
jambes chevreuils
et belle comne le verbe GRIFFER
je suis dans un 747 entre Paris et Montréal
je suis dans un autobus Voyageur entre Pembroke et
North Bay
je suis dans une camionnette entre Kap et Hearst
je suis dans une auto entre Toronto et Sudbury
je suis pris dans une crack de trottoir à Ottawa
les ailleurs
s’accumulent parmi les brindilles et les branches
de mon squelette
sur les étagères de mon corps
tachent mon âme
de leurs mouvements
de leurs accents
de leurs neiges et vins
6
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 6 13-07-18 15:52je suis un sac et un paquet de cigarettes
sur la route
et je voudrais donner le nom
au geste anonyme
je voudrais vous donner
chaque résonance, chaque consonance
de son visage je voudrais
délier son rythme et ses secrets
vous livrer son souffle
ver sa lumière
je suis dans un DC-9 entre Tunder Bay et Winnipeg
je suis dans un hydravion sur la Manche
je suis dans un train entre Toulouse et Brive
je suis dans un taxi sur Yonge St.
je suis quelque part devant une bière
et je voudrais
vous dire ce monde

ici
la pluie de décembre
éteint
les derniers souvenirs
de l’été des Indiens

ailleurs
une Indienne
7
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 7 13-07-18 15:52danse pieds nus
belle comme le verbe GRIFFER
Dans un hôtel du nord ou d’ailleurs
il y a toutes les résurrections et les chars d’assaut
du monde dans le long hurlement d’un harmonica
il y a tous ces ouragans de regards vides et muets
et des nordets soufflent dans ces cœurs
en verres, en cages, en sacrament
à la porte
une file d’Indiennes
se tiennent
tendues et raides sur le trottoir
en mitaines, en foulard, enceintes
encore enceintes
leurs rires crissent dans l’air
comme leurs bottes Woolworth dans la neige.
tu me manques
je t’aime
je coucherai parmi les roches
et la poussière de mon lit
ce soir
avec ta tête dans la mienne
et mes bras sans tes reins
ma main sans ta hanche
mes poumons sans ta respiration
8
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 8 13-07-18 15:52la neige
hurle rouge dans mes oreilles
sa gelure
les lampadaires sont des saxophones renversés
encagés dans une longue note solitaire pour la nuit
les transports égratignent de temps en temps la
blancheur
et puis s’en vont trancher de leur graffiti
le silence d’un autre un peu plus loin.
le vent
pisse contre le béton, contre la brique, contre le bois
des bâtiments, contre les squelettes des arbres qui
prient mains jointes, moignons de branches tendus
vers la lune les rafales-mitrailles de neige clouent des
bouts de pays
aux visages
les rues grelottent, claquent des dents
j’entends les frissons sur la chair des vitrines
comme des accords complexes de guitares électriques
contre elles, les flocons s’écrasent, saignent et meurent.
Tantôt
je m’étendrai dans l’hiver de mon lit
parmi les bordées et les glaces
toutes valves ouvertes dans mon ventre
pour laisser circuler le sang chaud
de mes souvenances de toi
9
BookEtD'ailleurs.indb 9 13-07-18 15:52dans ce paysage de langues écorchées
les corps portent des habits en retailles de phrases
des mots-cicatrices collés aux joues
leurs paroles traînent comme des robineux
dans le placotage, piaulage, pétillement
de la mousse blanche des bières.
dans les plis et replis de cette ville
on tombe sur des chiens gelés raides morts
on se cogne partout
contre des fantômes de mineurs
et des spectres de poètes.
Tantôt
je m’allongerai dans des accords de blues
et quelques verres de vin rouge
10
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 10 13-07-18 15:52ta voix dans le téléphone n’a pas pu fondre
la croûte de givre qui pousse depuis deux semaines
qui s’accumule, se ramasse, s’entasse
recouvre mon corps et encrasse mes articulations
s’incruste et mord dans ma peau
Tantôt
je m’allongerai dans l’absence
l’absence de couleur
l’absence de ta chaleur
je serai à la dérive sur cette mer d’absence
à la merci des courants et bourrasques ci des harmoniques du silence
et de la tempête sous-zéro loin de toi
11
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 11 13-07-18 15:52Sudbury
Une journée à Sudbury
Automne ‘82
durant la fermeture
d’Inco et de Falconbridge
A day in Sudbury
a Monday, a Tuesday, a Wednesday, a…
anyway
12
BookEtD'ailleurs.indb 12 13-07-18 15:52I
café noir chez Fred’s
et l’aube saigne depuis plusieurs heures déjà
la pluie tombe et s’arrête et tombe et s’arrête
et
les visages des marchands de la rue Durham
accrochés dans leurs vitrines
entre leurs pancartes
Sale 20 % of
un train s’égrène lourd et rouille
vieillard en espadrilles devant Woolworth’s
waitress en rêve devant les toasts
femme sous parapluie devant Bank of Nova Scotia
pick-up magané et jaune
devant lumière rouge au coin de Larch
Stop
et puis
c’est comme si
tous soupirent au même moment
c
c’est comme si
et puis
juste avant
que tout se défasse
que tout s’efrite ’eface
13
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 13 13-07-18 15:52saut des toasts
lumière verte
autobus gronde
homme fait claquer son journal
chien aboie
et Sudbury
se remet à ramper
14
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 14 13-07-18 15:52II
Après-midi de lavage
laundromat du Moulin à fleur
t. v. placotte et chiale
silence des machines réservées
aux habits de travail
Mohammed Ali est à Toronto
l’automne est à Sudbury
ici les feuilles tombent
la pluie aussi
et moi je suis seul
avec une femme et son fils en jean jacket
aussi
1, 2, 3, 29 machines à laver
18 sécheuses
1 distributrice de Pepsi
1 téléphone payant
1 distributrice de savon (out of order)
1 machine de change (out of order)
quelques chaises, trois tables
deux poubelles, un café
la dernière mouche vivante de la saison
la chaleur
et toutes les pancartes sont en anglais
même si on est dans le Moulin à fleur
15
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 15 13-07-18 15:52en terminant ce petit inventaire
le jean jacket sort avec un panier de linge
la porte ouverte
laisse entrer une boufée
du Silence Superstack
qui hante les rues
où des hommes jeunes et vieux
traînent dans la pluie
quand elle tombe un peu moins drue
le gris du ciel
même gris dans leurs yeux
malgré les arbres au coin des rues
qui font les fous
dans leurs couleurs d’automne
mais tout craque
à t.v.
un chanteur très américain
chante une chanson très américaine
les machines l’accompagnent
en faussant
16
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 16 13-07-18 15:52III
La journée est désaccordée
la semaine est désaccordée
le mois est désaccordé
cette ville est désaccordée
les gens se promènent
avec en dedans
des nids renversés
toute chaleur envolée
les œufs cassés
coquilles en miettes
cimetières
en dedans
gris et pierres grises
et la lumière du jour
colle à tout comme une brume
nous marchons
paupières ne se ferment pas
brûlent de fatigue
sur le ciment muet et sur la brique
roulent des yeux rougis
devant l’Armée du Salut
des trous dans les jean jackets
et les pantalons en fortrel
s’égouttent
quelques mots méchants et durs
17
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 17 13-07-18 15:52qui claquent en tombant au trottoir
se changent en serpents à sonnettes
se mettent à glisser vers un greasy spoon
mordent pneus et chevilles en chemin
parfois, ils manquent leurs coups
et se retrouvent la gueule en sang
ne pouvant même plus
boire un café
ils traversent aux lumières
et entrent à l’hôtel
pour un peu de paix
18
Extrait de la publication
BookEtD'ailleurs.indb 18 13-07-18 15:52Table des matières
Et d’ailleurs .................................................................5
Sudbury .....................................................................12
I ................................................................................13
II ...............................................................................15
III .............................................................................17
IV ..............................................................................19
V 22
VI 25
New York ..................................................................27
Paris ...........................................................................37
T on nom ...................................................................69
Elle ............................................................................70
BookEtD'ailleurs.indb 75 13-07-18 15:52Jean Marc Dalpé part à la découverte de New
York, Paris et Sudbury. Attablé devant un café ou
une bière dans les restaurants, les cafés ou les
hôtels, le poète se fait observateur des réalités parfois
crues du monde qui l’entoure. Du hard-rock des
hôtels du Nouvel-Ontario au jazz de New York
en passant par les accordéons de Paris, Jean Marc
Dalpé nous fait sentir le rythme quotidien d’ici et
d’ailleurs dans un langage qui s’apparente au pouls
de la rue.
Comédien, poète, romancier, dramaturge, scénariste ainsi
que traducteur, JEAN MARC DALPÉ se place au rang
des écrivains majeurs de notre époque. Il est un triple
récipiendaire du prix du Gouverneur général : Le Chien
(théâtre, 1989), Il n’y a que l’amour (théâtre, 1999) et Un Jean Marc Dalpé
vent se lève qui éparpille (roman, 2000). Outre son œuvre
littéraire, l’auteur compte plusieurs traductions à son
actif, de textes de Sam Shepard, Tomson Highway, Mansel
Robinson et Shakespeare. Et d’ailleurs
Extrait de la publication Poésie

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La cité des morts

de la-courte-echelle

Kiwi

de pol-editeur

Rêve totalitaire de dieu l'amibe

de editions-prise-de-parole

Corbeaux en exil

de editions-prise-de-parole

Strip

de editions-prise-de-parole

suivant