Et l'amour s'en souvient…

De
Publié par

ET L'AMOUR S'EN SOUVIENT…

Quand tu m'aimais et que tes yeux Pleins d'ivresses m'éblouissaient, Mon âme planait dans ta constellation Déchiffrant le langage des signes [...]

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 49
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844508249
Nombre de pages : 96
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
C’EST POUR CE PEUPLE QUE J’ÉCRIS
J’ai vu tant de mendiants sans bannière, Tant de fOules se livrer sans carrière Aux incultes guérets brûlis Sublimer des temples ensevelis.
Tant de bras hissés de pOings brandis RévOltés, saOulés de prOmesses hardies Haranguer des crOyances frustes SOus l’arcade sOmbre du Dieu juste.
Êtres aux nOirs ennuis, ombres fuyantes nuancées dans la nuit Se ruer vers une terre prOmise Indifférente et sOumise.
Spectre du nOn-retOur… J’ai vu cOmbattre en bravOure Des asservissements indOmptés Devant des saints muets pOur l’éternité.
EspOir Où murmure prOdigieux Je jette en repentir mes prières aux cieux POur animer tOmbeaux et divinités De mes pleurs désappOintés.
1
3
Ô splendeur ! qu’un sOleil inOnde Ces édifices immOndes Dans lesquels sOnt ancrées Des idOles sacrées.
Dès lOrs, je verrai ce peuple grandiOse Sans nOmbre, marcher en symbiOse Parlant dOucement des peines fraternelles L’âme merveilleusement belle.
Je saurai que la vie essaime sans haine Dans la tribu de la terre humaine, C’est pOur ce peuple que j’écris Au gré des espOirs que ma muse sOuscrit.
1
4
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant