Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Et si c'était ELLE...

De
124 pages
Sociologue, Nicole Barrière livre dans ce recueil de poèmes la souffrance et le chant de la vie décelés dans les livres peints, les peintures et les rêves d'Augusta de Schucani. L'auteur de ces pages a publié de nombreux autres poèmes en s'engageant de manière militante pour les femmes, la paix, les langues et les cultures menacées.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Et si c'était ELLE...

Poètes des Cinq Continents En hommage à Geneviève Clancy qui l'a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin et Emmanuelle Moysan

Série Espace expérimental
La collection Poètes des Cinq Continents non seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie fTancophone. Cette collection dévoile un espace d'ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an. Déjà parus 42 - Pascal FAUVEL, Les surfaces de glace, 2007. 41 - Jean-François COCTEAU, Présence verticale, 2007. 40 - Annalisa COMES, Ouvrage de dame, 2007. 39 - Patrick DURANTOU, Les chants du lointain, 2006. 38 - Soisik LIBERT, Bal enface, 2006. 37 - Christian CAZALS, Heures africaines, 2006. 36 - Walid Amri, Sudalterne suivi de La louve lovée, 2006. 35 - Mima HANNA, Printemps nus, 2006. 34 - Paul N'ZO MONO, La lumière sur la chandelle, 2006. 33 - Yvette BALANA, Je suis la femme fleurie, 2006. 32 - Rébecca GRUEL, L 'œuf de sang, 2006. 31 - Edouard MABANZA, Afrique des amants, 2006. 30 - Michel JAMET, Haute soit la rive, 2006. 29 - Jean-Luc RANNOU, Je prépare ma naissance, 2006. 28 - Michel JAMET, Haute soit la rive, 2006. 27 - Henri PEMOT, L'exclu(e), 2006. 26 - Jimmy GLADIATOR, A spleen vaillant d'un rien possible, 2005. . 25 - Alix de FONTANGES, Vénus abyssale, 2005. 24 - Lionel BOCHURBERG , Cent tendres, 2005. 23 - Sylvie LE SCOUARNEC, Le tain de ta voix, 2005. 22 - Raphaël HEYER, Et le Vent sur les eaux, 2005. 21 - Ouaga-Ballé DANAÏ, Paroles de mes regards, 2005. 20 - Henri PEMOT, Terre assiégée, 2005;
19

-

Bernard SINTES, Le rameau d'offertoire,

2005

18- Louis RAOUL, Le sens éclaté, 2005.

Nicole Barrière

Et si c'était ELLE...
Poèmes sur les livres peints d'Augusta de Schucani

Préface de Sylvestre Clancier

L 'HARMATTAN

@L.HARMATTAN.2007 5-7, rue de l'École-Polytechnique;

75005

Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan!@wanadoo.fr ISBN: 978-2-296-03032-9 EAN : 9782296030329

A Javier Echecopar,

À la romance légère et sacrée de la guitare, À la joie du ciel et à la tendresse humaine.

PREFACE

A lire Et si c'était ELLE..., suite lyrique de Nicole Barrière sur les livres peints d'Augusta de Schucani, à relire cette belle suite de poèmes inspirés, on ne peut que se dire: oui, voici deux âmes sœurs qui se sont trouvées. Et l'on se prend à rêver d'un temps avant le temps, d'un monde avant le monde où la terre aurait la couleur des mots de Nicole, la mer le rire des poètes, le ciel la lumière des peintures d'Augusta. Quand on connaît les peintures d'Augusta de Schucani, les livres peints qu'elle a réalisés, avec passion, autour des poèmes de ses nombreux amis poètes du temps présent, on est saisi par la lecture, la vision dirai-je, pénétrante de Nicole Barrière. Le poète est véritablement entré en résonance, en vibration sonore, avec les couleurs, les ombres et les lumières de la peinture d'Augusta qui lui inspire cette plongée vertigineuse mille fois remontée. Nicole Barrière nous livre ici une écriture chamane à la hauteur des fulgurances de la vie, des feux de la passion et des mystères de l'âme que le poète décèle dans les livres peints et les peintures d'Augusta de Schucani.

Il faut dire, pour bien saisir toute la beauté, et la justesse des poèmes de Nicole que, comme la mer se joue du sable et l'écume de l'algue, Augusta, dans ses créations les plus récentes, se joue de la lumière et de ses ombres, ou plutôt en joue, grâce à la transparence maîtrisée des supports qu'elle utilise. Elle donne à ses œuvres un aspect de vitrail, par cet effet de lumière vive et d'éclats surprenants au verso des formes peintes et suggérées qui s'en trouvent animées et nous paraissent d'autant plus familières qu'elles semblent venir à notre rencontre. Ainsi, l'impression d'ensemble qui se dégage des œuvres d'Augusta est celle d'une harmonie subtile des formes et des couleurs faisant place au mystère sous une allégresse et une sensualité apparentes. C'est cette même harmonie que l'on retrouve dans le recueil de Nicole Barrière. Le poète a su admirablement capter, dans ses pages magiques qui débordent l'anse où bat la vie et à travers une faille ancienne que ravivent les rêves et les peintures d'Augusta, l'arête du temps, les éléments premiers, le visage intime de la souffrance et l'agonie, mais aussi faire vibrer le chant d'Orphée et de l'éternelle poésie. Sylvestre Clancier Président du Pen Club Juin 2006 10

Tu regardais I 'horloge et j'imaginais le moment du départ, Tu m'as pressé la main... un sourire

s'est mêlé à l'adieu que nous devions
nous dire; je pensais au retour, ce n'était point partir, et le dernier regard, le temps s'est arrêté.