Féminin

De
Publié par

Dans cette échappée en terre féminine, la rencontre avec les mots dessine un voyage en forme d'apprentissage. Un monde sensible affirme son existence. Une parole prend naissance dans l'argile généreuse. De féminin à Marge, la navigation ouvre sur le large, l'inconnu, l'insoupçonnée.
Publié le : samedi 1 mars 2014
Lecture(s) : 6
Tags :
EAN13 : 9782336340371
Nombre de pages : 164
Prix de location à la page : 0,0087€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
François Augé
Féminin Poésie
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1 wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02983-2 EAN : 9782343029832
 Féminin
Du même auteur,aux éditions L’Harmattan :
Poésie : Lumière cachée, 2007. Vigne, 2008. Le Noyer-Seul, 2009. Le Divan dans les arbres, 2010. Hors je, 2013.
Récit, essai : L’École est finie, 2011. L’École de A à Z,Petit Dictionnaire personnel, 2012.
François Augé
Féminin
poésie
L’Harmattan
Féminin (1)
le masculin méconnaît le féminin il cherche à le maîtriser il cherche à l’étouffer il a peur de sa liberté cette liberté au genre si féminin
pourrait-il en être autrement dans ce monde empli de guerres de sauvagerie au quotidien de mépris de condescendance
pourrait-il en être autrement quand le discours s’échine à taire sa place vraie dans la vie quand les habitudes permettent d’oublier cette part profonde où vit l’émotion
Pluie
elle emplit le ciel — le zèbre de longs traits tantôt caressants tantôt cinglants elle nettoie les visages fatigués restaure les pensées épuisées elle ravive les couleurs des fleurs assouplit la terre des jardins les feuilles de l’érable s’empourprent d’une rosée de plaisir les plumes noires des merles se couvrent de perles de lumière les grands bouleaux à la cime mouvante semblent grisés sous cette aubaine liquide la mare hérissée d’aiguilles souples recouvre la densité de sa fraîcheur l’herbe couchée privée de ses couleurs se redresse gonflée d’un vert scintillant
la pluie est un bienfait de larmes
8
Rivière
elle rassemble le calme et la tranquillité ses rives sont des divans accueillants pour le promeneur empli d’errance et de fatigue
rivière de l’enfance rivière de la maturité
sa présence témoigne de la beauté espérée près d’elle toutes les questions se dissolvent la mélodie soyeuse de son courant étonne l’oreille attentionnée
volupté simple de se reposer sur ses berges aux talus herbeux — à la terre assouplie le sommeil s’y plaît — le rêve s’y déploie les frontières entre le ciel et l’eau s’effacent les fluides aux formes féminines circulent dans la liberté retrouvée
goûter cette félicité c’est connaître le luxe
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.