Fleur de peau

De
Publié par

Ce recueil de poèmes, sensuel et inspiré, évoque notre lien à l'autre, qu'il soit charnel, mental ou spirituel. On ressent les vives émotions qui traversent la vie de l'auteur. Son désir de fusion, de partage, sa détresse face au refus de l'autre d'entrer dans son univers. La nostalgie, l'amour, sous toutes ses formes, sont omniprésents dans cet ouvrage, qui nous emmène dans un univers attachant et romanesque, où l'on ressent l'influence d'un Baudelaire ou d'une Louise Labé. "J'aime quand ton regard caresse mes rondeurs Et j'aime quand il embrasse et les monts et les fleurs De mon corps épanoui et tendrement offert C'est pour toi qu'au soleil ses fruits se sont ouverts" (Une reine)
Publié le : jeudi 14 juin 2012
Lecture(s) : 48
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748386684
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748386684
Nombre de pages : 62
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Ève Saint-Prix
FLEUR DE PEAU
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0117590.000.R.P.2012.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2012
FLEUR DE PEAU
La mort
La mort est un étrange lieu pour nous humains On laperçoit de loin au détour du chemin Parfois on la contemple comme un beau paysage Et lon sent son haleine effleurer son visage Elle est parfois hideuse, parfois rivage aimé Parfois tendre et sereine, parfois inanimée Amis et amours mortes nous y tendent la main Et lon peut souhaiter faire une douce fin Mais le spectre du vide et du néant nous guette Il se peut malgré tout quun jour on le regrette Et que de notre flamme qui alors séteindra Rien vraiment ne subsiste et quau fond de loubli Périssent les sentiments qui nous ont ennoblis Mort quel visage as-tu, ô toi qui métreindras
7
FLEUR DE PEAU
Un petit homme
Je veux un petit homme, un ami, un amant Et je veux contre lui voir défiler le temps Que sa main dans la mienne nous avancions tous deux Sur les chemins du monde et sereins et heureux Je veux que mon cur batte au seul son de sa voix Je veux voir son sourire heureux quand il me voit Et serrée contre lui voir passer les années Qui nauront pas de prise sur ma félicité Quand nous serons ensemble, mon ami, mon amour Et que sur ma poitrine tu poseras ta tête Je te câlinerai, je te ferai la fête Je baiserai tes yeux lorsquà la fin du jour Tu voudras tendormir contre mon corps tranquille Apaisé par tes mains aux petits doigts agiles
8
FLEUR DE PEAU
Quel est ton secret
Dis, quel est ton secret, belle âme, dis-moi tout Ouvre-toi à mon cur, écris le moi partout Sur ma peau, sur mon âme, au fond de mes prunelles Dis-moi donc les raisons de ton âme éternelle Raconte-moi les pleurs, les rires, les tourments Ce que tu aimais faire quand tu étais enfant Dis-moi donc de ta vie les ressors compliqués Et tous les errements où tu tes impliqué Je veux quen moi ta vie sinscrive, quelle dessine Les chemins dun destin et dune âme divine Dont je chéris déjà les merveilleux contours Javoue, tu me ravis, jaime cette étincelle Que je vois tant briller au fond de ta prunelle De ton être adoré je voudrais faire le tour
9
FLEUR DE PEAU
Qui je suis
Tu ne me connais pas, sais-tu bien qui je suis Je suis un océan damour et despérance Mépris, indifférence, et tout ce que jessuie Jamais nauront raison de cette bienveillance Tu ne me connais pas, tu me juges pourtant Et ces petits détails pour moi sans importance Te peignent un portrait aux contours inquiétants Alors quau fond mon cur navré nest quinnocence Fais leffort dapprocher, de sentir, de sonder Tâche de découvrir lunivers que je porte Pour ma pauvre personne je ne peux que plaider Espérant quun beau jour tu viennes me trouver Là où mon cur se tient, et ouvres enfin la porte De mon esprit paisible au calme retrouvé
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant