Grandes sont les nuits

De
Publié par

Les poèmes de Vladas Braziunas manifestent un art consommé du lyrisme, dans de courts poèmes d'une densité et d'une ferveur admirables. Celui qui dit je est une sorte d'Ulysse, une figure du franchissement des limites, qui traverse une "géographie secrète", qui dissout l'histoire des peuples dans un rêve d'union, ou revient "du long chemin du Styx", pour proclamer la renaissance de la Nature. Le poète est ici le représentant d'une langue, d'un ordre qui se libèrent, et en même temps un îlot de désordre.
Publié le : vendredi 1 juin 2007
Lecture(s) : 230
Tags :
EAN13 : 9782296175600
Nombre de pages : 55
Prix de location à la page : 0,0056€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

VLADAS BRAZIÜNAS

GRANDES SONT LES NUITS

Traduit du lituanien par GENOV AITË DRUCKUTË, ASTA UOSYTÊ-BÜCIENÉ et MARC FONTANA

L'Harmattan

Levée d'ancre Collection dirigée par Michel Cassir et Gérard Augustin
Levée d'ancre est une nouvelle collection privilégiant l'écriture poétique. Elle se propose d'abord de publier, au-delà de la division des genres, la poésie sous toutes ses formes; de la précise ciselure du vent aux nouvelles, y compris le « noyau de prose» par lequel l'œuvre exprime ce qu'il y a de plus actuel, dans sa construction d'un sens de la poésie. Ensuite, multiplier les accès à cette poésie, tant par les anthologies critiques, les ouvrages collectifs, que par les échanges entre écrivains et lecteurs, les rencontres entre la poésie, les différents arts et la vie. Déjà parus 1 - Nanos VALAORITIS Mon certificat d'éternité, 2001.
2
-

Ayyappa P ANIKER La migration des tribus, 2001.

3 Hoda ADIB, L 'intempérie des mots aux sources anonymes, 2002. 4 - Enrique FONSECA GONZALEZ, Ixchel (trad. de l'espagnol par M. Cassir), 2002. 5 Gérard AUGUSTIN, Le retour du temps, 2002. 6 - Anthologie, Méditerranée, ombrageuse voyance, 2002. 7 - Constantin ABALUT A, Les chambres, les parois, 2002. 8 - Yannis YFANTIS (trad. du grec par C. Dima et J.-C. Villain), Le temple du monde, 2003. 9 - Michel CAS SIR, L'infini rapproché par les cornes, 2003. 10 - Michel FALEMPIN, La tierce personne, 2003. Il - Sebastian REICHMANN, Cage centrifuge, 2003. 12 - Fernando BELTRAN (trad. de l'espagnol par G. Augustin), L 'homme de
la rue, 2004. 13 - Myrta SESSAREGO : Frôlenlent d'ombres l'espagnol par G. Augustin et M. Cassir), 2004. / Race de sonlbras (traduit de

14 - GérardAUGUSTIN: Le voyage de Lao-tseuà Constantinople,2004. 15 - R. BADOURA,R. HIWA, D. SILVESTRE,J. TOURRET,R. FAYE, F.
POUCHOL, Scènes de l'obscure étincelle, 2004. 16 G. BOWD, A. CALDER, C. DONATI, G. GUNN, W. N. HERBERT, SB KELLY. A. McSEVENEY, G. TURBULL, Huit poètes écossais contenlporains, 2005. 17 Hervé BAUER, Mise en pièces de la lyre, 2005. 18 - Alain ROBINET, 5 PRO&SIES + 1,2005. 19 - Antoine BOULAD et Michel CAS SIR : Les distances magnétiques, 2005.

20 - Etel ADNAN : L'apocalypse arabe, 2006. 22 23 24 25 26

21 - PatriciaSUAREZ: Le saurien rencontrel'après-midi,2006.

Dino SIOTIS : Le solstice des anges, 2006. BAI Juyi : La chanson des regrets sans fin et autres poèmes, 2006. Nada HELEIW A : Les sept chants de la nladeleine, 2006. Metin CENGIZ : Après la tempête et autres poèmes, 2006. Nanos VALAORITIS : Anidéogrammes, 2007

imparfait
traduit du lituanien par
GENOV AITE DRUCKUTE

Panis Angelicus
dans cette vie venu, moi, son beau-fils, chaque matin j'allume son feu chaque matin son regard candide je le sens, dis - regarderons-nous ainsi dans les yeux de qui? et que fait-on quand le vent à travers les branches chasse le soleil les aubes plus rares - plus fréquents les couchers vers cette colline, où gentiment on sera couché prends racine, ô feu, dépasse la cendre - voici petite étoile - cailloux sur le chemin - dans le coeur - en haut
1998. III.3 V

9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.