Hallali

De
Publié par

L’Hallali que sonne ici Jean Chapdelaine Gagnon retentit comme un cri fait de nuits – des nuits du Montréal gay des années ’70 et ’80, avec ses clubs, ses motards, ses mains fureteuses et ses descentes policières ; mais aussi des nuits qu’ouvrent les pièges du corps, petite chair bricolée en mal de sexe, d’amour et de mort. Les mots jappent, cinglent, mordent et claquent tant et si bien que le poète se voit traqué jusqu’en cette nuit nouvelle du XXIe siècle.
Ces poèmes sont magnifiquement lus par l’auteur sur une musique originale de Pierre Gagnon. On peut accéder directement à trois de ceux-ci directement par le recueil, ou se procurer le CD comprenant l’entièreté de l’œuvre.
Publié le : jeudi 14 mai 2015
Lecture(s) : 4
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782890189188
Nombre de pages : 84
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Jean Chapdelaine Gagnon
HALLALI
Éditions du Noroît
HALLALI
Du même auteur au Noroît Antonia, 2013. Femme infrangible, compilation et préface de  l’anthologie consacrée à Célyne Fortin, collection  « Ovale », 2012.  La déchirure des mots, textes choisis et présentés  par Andrea Moorhead, collection « Ovale », 2007.  Cantilène, 2006.  Vigile, 2003.  TU, 2000.  Île de mémoire, 1997.  Puis, 1989.  Malamour, 1988.  Le tantàcœur, 1986.  N’ébruitez pas ce mot(avec Lorraine Bénic), 1985.  Essaime, 1983.  L dites lames, 1980. Du même auteur chez d’autres éditeurs Poésie  Dans l’attente d’une aube, Tryptique, 1987.  Les langues d’aimer, Écrits des forges, 1986.  Entretailles, Écrits des forges, 1984. Livres jeunesse  L’Abécédaire des Raplapla, Les Heures bleues, 2015.  Abécédaire du père Noël, Les Heures bleues, 2012.  Petit abécédaire des oiseaux, Les Heures bleues, 2007. Hymnes  Nativités, Fides, 2008.  Sur le chemin de la croix, Fides, 2003.
Jean Chapdelaine Gagnon
HALLALI
Éditions du Noroît
Le Noroît souffle où il veut, en partie grâce aux subventions du Conseil des Arts du Canada et de la Société de développement des entreprises culturelles du Québec.
Les Éditions du Noroît bénéficient également de l’appui du Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres du gouvernement du Québec (gestion SODEC).
Artiste: Étienne Espinet (19701995) Couverture:Oak King, Boar & Bowl,  linogravure, 1992. Intérieur:BootsetMishima, fusains, circa 1990.
Musique originale, production et enregistrement sonore: Pierre Gagnon
Lecteur: Jean Chapdelaine Gagnon
Page d'écoute: Marie Bélisle
Conception graphique : Martin Dufour
e Dépôt légal : 2 trimestre 2015 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada
ISBN 9782890189188
Tous droits réservés
© Éditions du Noroît, 2015
DISTRIBUTION AU CANADA EN LIBRAIRIE Dimedia 539, boulevard Lebeau SaintLaurent (Québec) H4N 1S2 Téléphone: 514 3363941 Télécopieur: 514 3313916 Courriel: general@dimedia.qc.ca
Éditions du Noroît 4609, rue D’Iberville, bureau 202 Montréal (Québec) H2H 2L9 Site: www.lenoroit.com Courriel: lenoroit@lenoroit.com Téléphone: 514 7270005
DISTRIBUTION EN EUROPE Librairie du Québec 30, rue GayLussac 75005 Paris Téléphone: 01 43 54 49 02 Télécopieur: 01 43 54 39 15 Courriel: liquebec@noos.fr
Imprimé au Québec, Canada
En d’autres termes, la littérature comme expression de l’existence humaine et de son environnement reste liée aux sentiments humains pleins de force vitale. Si,derrière les formes littéraires qui ne se mêlent pas de la situation de l’existence et le langage littéraire qui en déri ve, on ne trouve pas les sentiments d’hommes vivants, s’il ne reste que la forme pour la forme, ou le langage pour le langage, je crains que tôt ou tard il ne demeure que la coquille vide du langage et un amoncellement de déchets.  Gao Xingjian
Je ne crois nullement que le dernier mot de la sagesse soit de s’abandonner à la nature, et de laisser libre cours aux instincts; mais je crois qu’avant de chercher à les réduire et domestiquer, il importe de les bien comprendre – car nombre des disharmonies dont nous avons à souffrir ne sont qu’apparentes et dues uniquement à des erreurs d’interprétation.  André Gide
Dieu, en effet, a enfermé tous les hommes dans la déso béissance pour faire miséricorde à tous les hommes.  Paul de Tarse
I
Trop tôt l’innocence se perd la honte écharde se fiche la mauvaise conscience
Contre le mur du garage à l’abri des regards les mains glaneuses d’un plus vieux mais de peu parfois d’un plus jeune titillent le corps
L’herbe frais tondue abrase le dos le derrière
Mise à l’index de l’enfance
7
Sur une butte à l’orée du bois en territoire hier iroquois une coulée sablonneuse sillonne l’étendue de sapins d’épinettes de pins
Sur une butte à la frontière d’un monde peuplé d’esprits totems de chamanes sans pagne deux Indiens se chamaillent jeunes guerriers voués au cirque érotomane
Quand jute une première goutte de sang ni rouge ni bleu – mais blanc – un instant interdits les faux siamois presto se déhanchent à la façon de David en transes devant l’Arche ou devant la dépouille voilée de son bienaimé Jonathan
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le chant de Meu

de editions-somme-toute

La Nouvelle Revue Française N° 572

de editions-gallimard-revues-nrf

L'Ondée

de editions-du-noroit

Helleborus & Alchémille

de editions-du-noroit

Confiance du vent

de editions-du-noroit

suivant