Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Hors désirs

De
188 pages
Si la philosophie n’est rien d’autre que le désir d’anéantissement de tous les autres désirs, rien n’empêche cependant de réfléchir au sens que l’on prête à la vie. Après tout, il n’y a pas de vie heureuse, mais d’heureux modes de vie, et la joie n’a jamais fait le bonheur… 1034 maximes, autant de réflexions autour de plus d’une trentaine de thématiques?: tout un monde à découvrir et à redécouvrir d’un œil nouveau. Jean-Jacques Koenig nous y invite avec humour et justesse, quelque part entre raison et détachement.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Hors désirs
Jean-Jacques Koenig Hors désirs Maximes, adages et aphori smes sur divers sujets
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IDDN.FR.010.0117495.000.R.P.2012.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2012
Les maximes servent à lesprit ce que le bâton sert au corps quand il a trop de faiblesse pour se soutenir de soi-même. Ceux qui ont lesprit grand, qui voient toutes choses dans leur éten-due, nont point besoin de maximes.
Abbé dAilly Pensées diverses (1678)
Quand on nest plus bon à rien, on peut encore faire des maximes
Henry de Montherlant Carnets 1930-1944
Voyez comme ils dansent
1. Notre amour-propre na pas dautre borne que celui des au-tres.
2. En quelque affaire que lon soit, on gagne moins par ses mé-rites que par les fautes de ses adversaires.1Il faut donc être plus attentif que malin.
3. On se rencontre poussé par lennui ; on se sépare poussé par lennui.
4. Les valeurs du monde ne sont faites que pour lui, il ny a donc aucun inconvénient à les adopter.
5. On sait bien que la vanité motive lêtre humain, mais on ne soupçonne pas à quel point sont dérisoires les détails auxquels elle sattache.
6. La vie sociale ressemble à lorpaillage : beaucoup de boue et quelques paillettes.
1 La conquête est un hasard qui dépend peut-être encore plus des fautes des vaincus que du génie du vainqueur. Germaine de Staël.
9
7. On est souvent ridicule par crainte de le paraître.
8. Rien ne coûte autant que la richesse, quil faut entretenir à grand frais.
9. La vie extérieure gère la dépendance à autrui ; la vie inté-rieure organise lautosuffisance intellectuelle et affective.
10. On peut être revenu de tout, mais à condition dy être allé et de savoir y retourner.
11. Le pouvoir sans abus nintéresserait personne.
12. Le pouvoir pour le pouvoir est un abus de pouvoir.
13. La vraie aristocratie consiste, non pas à gouverner, mais à ne pas être gouverné.
14. En matière de louanges, il ne faut rien attendre, et rien refu-ser.
15. Ceux qui aiment les louanges ne sont pas ceux qui aiment le moins la vertu (peut-être aiment-ils les louanges par amour de la vertu). Et inversement, ceux qui fuient les louanges ne sont pas les moins vicieux.
10