//img.uscri.be/pth/fe1db7607bda45a53adf876def83a5f4b7197f6f
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Je vais au noir silencieux

De
84 pages
"Une nuit intacte qui m'attire au fond / Me disperse et ramasse / Jusqu'au terme / De mon sort / Une nuit plus brillante / Que l'encens / M'emporte / Me délaisse / Dans le feu de l'étreinte / Je ressens ta présence / Comme les poèmes le rythme."
Voir plus Voir moins
Mounir SERHANI
JE VAIS AUNOIR SILENCIEUX
Suivi de FRAGMENTS DE DEJA-VECU
Préface de Daniel Leuwers
Accent tonique - Poésie
JE VAIS AU NOIR SILENCIEUX Suivi de FRAGMENTS DE DEJA-VECU
« Accent tonique » Collection dirigée par Nicole Barrière « Accenttonique »est une collection destinée à intensifier et donner force au ton des poètes pour les inscrire dans l’histoire. Dernières parutions PARFUM DE LIBERTÉ. EGYPTE 2011-2013 Mona Latif-Ghattas VISAGES RÉCHAPPÉS DE LA NUIT Christophe A. Meyer LES IMAGINATIONS, Luis Benítez COMME LE NOIR SE REFERME SUR UNE ETOILE,Nacera Mohammedi SONNETS INTUITISTES,NUOJAUTOS SONETAI Giovanni Dotoli UNE PASSANTE SUR LE PONT Raphaël Ségura LES ÉNIGMES SENSITIVES Anne de Commines STELLA ROGA Anne Michel ET UN CIEL DANS UN PÉTALE DE ROSE, POÈMES ENTRECROISÉS Jacques Herman, Maria Zaki BRUSQUEMENT, SANS PRUDENCE Philippe Raymond-Thimanga SUR LE SEUIL, PROMIS Ghyslaine Leloup
Mounir SERHANI JE VAIS AU NOIR SILENCIEUX Suivi de FRAGMENTS DE DEJA-VECU Préface de DANIEL LEUWERS
A Diae, que ta lumière perdure à vie, en moi
© L’HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02282-6 EAN : 9782343022826
L ' I N T E N S ED E SS E N Spar Daniel Leuwers  Onassocie généralement le silence au blanc pacifié (de la page, de la plage) qui assure un répit dans le tumulte de l'existence.  MounirSerhani prend le contrepied d'une telle approche en allant résolument vers un «noir silencieux» qui semble désigner l'énigme inquiétante d'un silence abouché à la mort mais, en même temps, la couleur salvatrice de l'écriture -ces mots inscrits noir sur blanc qui disent, prédisent ou contredisent. Cette démarche conduit le poète à parler de « Silence cécité » ou de jouer avec le titre fort chargé de « Cas-Cendres ».  L'amoursert de toile de fond à ce beau recueil qui prend pleine conscience de la constance mortifère des « fausses étreintes » :  «Je suis pauvre de toi » ou encore  «Je t'offre un baiser  Tume le retournes couteau ». Une incessante ambiguïté habite l'écriture simple mais déchirée de Mounir Serhani.  «Je renaîtrai de tes caresses » clame la voix positive, tandis que l'écho lui répond en arguant de la désespérante « dissymétrie de l'amour ».  Lajuste distance réside peut-être dans ce surprenant  «Ecrire, c'est n'être » où la naissance inclut d'emblée la mort.  Lerecueil de Mounir Serhani s'ouvre sur une saisissante citation de Peter Handke et touche à l'extrême en rejoignant la formule tranchante de Maurice Blanchot : « L'attente n'attend rien ».  Dès lors, comment aller «plus loin que l'oubli»? Le «cœur brisé » s'efforce de le dire, de le chanter  «Nuit sur blanc » afin d'exorciser une étrange parole qui se tait, qui se terre, qui fait du silence le rythme caché d'un  «Sens épluché  Quiprofesse  Unevie presque insensée »  L'intense,mystérieusement, est là -tension du sens, tension des sens.
I. Je vais au noir silencieux