Juillet (Chapman)

De
Publié par

Le soleil brûle au fond de l’immense ciel bleu.Pas un lambeau de vent ne traîne sur les ondes.La canicule étreint dans un ...

Publié le : mercredi 18 mai 2011
Lecture(s) : 63
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins
Le soleil brûle au fond de l’immense ciel bleu. Pas un lambeau de vent ne traîne sur les ondes. La canicule étreint dans un cercle de feu Jusqu’aux sapins touffus des savanes profondes.
Les ruisseaux ont cessé leurs chants dans les vallons ; Les coteaux sont jaunis, les sources desséchées ; Le grillon, accablé, se tait sur les sillons ; Le papillon se meurt sur les roses penchées.
Tout souffre et tout gémit dans ce nouvel enfer ; Et, pâles et poudreux, en quête d’un asile, Les citadins hier ont déserté la ville Pour humer l’air léger des monts ou de la mer.
Mais l’effluve est aussi lourd dans le bas du fleuve, Et le brun riverain, la faux sifflante aux poings En ouvrant sa tranchée à travers les grands foins, Péniblement halète, imprudemment s’abreuve.
Le soleil parfois semble une flaque de sang, Et soudain un nuage à la frange écarlate Monte de l’horizon. L’orage menaçant Accourt. Déjà l’éclair brille, la foudre éclate.
Bientôt le ciel voilé laisse couler ses pleurs : Sous cette aspersion sonore, fraîche et dense, Les arbres, les épis, les ajoncs et les fleurs Ont l’air de s’incliner devant la Providence.
Mais l’azur resourit au terroir tout trempé, Et, le soir, sur le pas de nos portes ouvertes, Nous nous grisons de l’âcre odeur des feuilles vertes, De l’orge blondissante et du foin frais coupé.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.