Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 6,98 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Regard à l'ouest

de Mon-Petit-Editeur

Le Trouble-vie

de Mon-Petit-Editeur

suivant
Du même auteur
La Musique de l’Esprit, Éditions le Hérisson, 2015 Visionnaire,Édilivre, 2015 Chorégraphie des âmes muettes, Édilivre, 2015 Sagesse de l’Ange déchu, Édilivre, 2015
Julien Perez L’ABÉCÉDAIRE DU POÈTE
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 175, boulevard Anatole France 93200 Saint-Denis – France IDDN.FR.010.0120871.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2016
Introduction Le poète avait pactisé avec l’alphabet, il y a de cela fort longtemps. C’était un pacte qu’on pourrait qualifier d’honorable. Car il y était question d’honneur. Et chacun des deux devait jouer son propre rôle. Et garder toute sa stature. Armure invisible ! L’alphabet rieur et enjôleur, cajolait le poète, lorsque l’inspiration lui venait. L’alphabet était avide, dans le sens où il avait toujours hâte de découvrir les mots qu’allait employer le poète. Le pacte laissait l’alphabet libre. Quant au poète, dans son abécédaire, il était dans la nécessité de jongler avec les vingt-six lettres et d’émerveiller l’alphabet. Besoin impérieux et pur ! Car c’était avec l’alphabet, qu’il composait. Pour l’alphabet, les possibilités de définitions étaient infinies. Pour le poète encore plus, et heureusement. L’alphabet, avec son sourire rusé avait dit au poète : « Tu seras libre d’écrire ce que tu veux, je te donne toutes mes consonnes, et te cède quelques voyelles. »
7
L’ABÉCÉDAIRE DU POÈTE
Ce fut son dernier souhait, mais aussi son dernier mot. Le poète ne l’entendit plus jamais. Puisse le lecteur faire connaissance avec l’alphabet auquel, en passant, je rends un grand hommage, et découvrir le poète en lisant son abécédaire.
8