//img.uscri.be/pth/f1f31069aeb805c95c62cb021d5b8189f46dc40a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

L’amour est plus froid que le lac

De
112 pages
Sous le double regard de Vivian Maier et de Lorine Niedecker le poème est posé sur la table comme une caméra. Il tourne. Des personnages entrent. Des récits s’entremêlent où fiction et document tentent de rendre compte d’une plateforme hybride d’expériences. Ordinaire manière d’organiser le pessimisme en ce début de XXIe siècle.  
L’annonce brutale de la mort de Chantal Akerman viendra tout autrement éclairer le décor mis en place et fera ressurgir le titre occulté, celui du premier long métrage de R.W. Fassbinder L’amour est plus froid que la mort.  
La forme d’un film repose sur les scènes qui n’ont pas été tournées et qui doublent les autres. Par un simple déplacement, le sujet du lac devient celui de l’amour mort ou plus exactement mis à mort.
Semblable au train, un titre peut en cacher un autre. Et avec lui un réservoir de souvenirs, leur amnésie.  
Comment a-t-on survécu à un premier amour ?, serait alors la question.  
En neuf photogrammes revisités dans le sublime film de Fassbinder (Héros du livre rejoignant les Dames du Lac) une tentative de réponse est apportée. Sur nous tous, le poème en sait plus long que nous.
Et c’est bien parce qu’il brûle sur un monde dévasté que l’amour est plus froid que le lac.
Voir plus Voir moins
couverture

Sous le double regard de Vivian Maier et de Lorine Niedecker le poème est posé sur la table comme une caméra. Il tourne.

 

Des personnages entrent. Des récits s’entremêlent où fiction et document tentent de rendre compte d’une plateforme hybride d’expériences. Ordinaire manière d’organiser le pessimisme en ce début de XXIe siècle.

 

L’annonce brutale de la mort de Chantal Akerman viendra tout autrement éclairer le décor mis en place et fera ressurgir le titre occulté, celui du premier long métrage de R.W. Fassbinder L’amour est plus froid que la mort.

 

La forme d’un film repose sur les scènes qui n’ont pas été tournées et qui doublent les autres. Par un simple déplacement, le sujet du lac devient celui de l’amour mort ou plus exactement mis à mort. Semblable au train, un titre peut en cacher un autre. Et avec lui un réservoir de souvenirs, leur amnésie.

 

Comment a-t-on survécu à un premier amour ?, serait alors la question.

 

En neuf photogrammes revisités dans le sublime film de Fassbinder (Héros du livre rejoignant les Dames du Lac) une tentative de réponse est apportée.

Sur nous tous, le poème en sait plus long que nous. Et c’est bien parce qu’il brûle sur un monde dévasté que l’amour est plus froid que le lac.

 

Liliane Giraudon

 

 

L’amour est plus froid

que le lac

 

 

P.O.L

33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

 

In memoriam R.W. Fassbinder

 

« Il ne suffit pas de tenir un livre en main pour savoir s’en servir. »

Achille Mbembé

 

« … je le fais absolument scénique, non possible au théâtre, mais exigeant le théâtre… »

Stéphane Mallarmé

 

I

 

L’AMOUR EST PLUS FROID QUE LE LAC

 

« Derrière le poème il n’y a pas d’état psychologique parce qu’une fois le poème écrit, le poète est mort. »

Keith Waldrop

 

consigner les coïncidences

 les angles les sons des étoiles

mortes encore visibles

 

nous par exemple

 

avez-vous faim

avez-vous froid

 

tourterellereviens

 reviens chanter sur ma fenêtre

 

qu’est-ce que c’est « rapide »

 

Une douleur atmosphérique La vie que je vis Le livre que je n’écris pas  Seule entre la tour et le pendu Il a bien dit atmosphérique Tout ça c’est une histoire de famille Lignée minérale Quelque chose d’encore plus fondamental et répugnant Bloc rose lilas Cyclamen proche du raisin Formant relief Parmi le cuir des feuillages

 

du carnassier agrandi

 

orchidée ou café au lait du pareil au même

 

la forme de l’eau

 

voilà pourquoi Macbeth assassine le sommeil

 

par exemple

 se faire marcher dessus

en avoir assez

 

elle dit qu’elle s’est trompée de manteau

pour la jupe non

un homme n’en porte pas

 

rien ne remplace jamais rien

 

je pourrai faire du vélo

rien ça n’existe pas

 

L’Amour-Haine ça peut se faire Certains le font Le livre est notre livre  Chaque minute de chaque matin Un traité de plomberie Parfois un merle chante Pauvres choses douces Sire c’est un très beau parfum  Comme tout ce qui fleurit ensemble Parmi les grappes de sang coagulé  Blanc de la nuit blanche Les arêtes roses Clapotis de silence

 

lui bourrer le cul de papier

 

on peut craquer les allumettes avec le pouce

 

la prochaine fois ne vous fatiguez pas

envoyez un singe

 

mortifère fragmentation ou vivace variante

 

la Grèce semble s’effondrer

 bien plus que le beurre

les coups de l’Empire perse

 

l’obscurité est grande

 

Les modalités du dispositif s’apparentent à celles d’un voyage Perte aussi bien que grappes Filles nues en Kodacolor Des antibiotiques et du chocolat On pleure on rit On se souvient puis on oublie Reflet pastel sur l’ensemble des actes Prenez du temps Buvez du schnaps Niquez vos mères Baratez vos cousines et les frères de vos cousines Mangez des moules ou du boudin Les horaires sont restés à la saison d’été

 

 hélas EN AVANT

c’est imprimé dessus

DU MÊME AUTEUR

 

Chez le même éditeur

LA RÉSERVE (1984)

« LA NUIT » (1985)

DIVAGATION DES CHIENS (1988)

PALLAKSCH, PALLAKSCH, Prix Maupassant de la Nouvelle (1990)

FUR (1992)

LES ANIMAUX FONT TOUJOURS LAMOUR DE LA MÊME MANIÈRE (1995)

PARKING DES FILLES (1998)

SKER (2002)

LA FIANCÉE DE MAKHNO (2004)

GREFFE DE SPECTRES (2005)

LA POÉTESSE (2009)

L’OMELETTE ROUGE (2011)

LES PÉNÉTRABLES (2012)

MADAME HIMSELF (2013)

LE GARÇON COUSU (2014)

Autres livres de Liliane Giraudon

 

TÊTES RAVAGÉES : UNE FRESQUE, La Répétition (1978)

JE MARCHE OU JE MENDORS, Hachette-Littérature / P.O.L (1982)

BILLY THE KID, IN MEMORIAM JACK SPICER, Manicle (1982)

MAD-MAX TIRE MIEUX QUE MALLARMÉ, avec Georges Beaumont,  livre-sculpture, pièce unique (1982)

SOME POST CARDS ABOUT C.R.J. AND OTHER CARDS, en collaboration  avec Jean-Jacques Viton, Éditions Spectres Familiers (1983)

QUEL JOUR SOMMES-NOUS (avec un polaroïd de l’auteur), Ecbolade  (1985)

K  , avec six vignettes de Nanni Balestrini, La Main courante (1987)

WUNDERTÜTEN, avec Jean-Jacques Ceccarelli, Éditions CK (1988)

ONZE CHAMBRES POUR ROBERT WALSER, avec Jean-Jacques Ceccarelli,  Éditions CK (1989)

MARINA TSVÉTAÏÉVA, avec Henri Deluy, La Main courante (1992)

MALMOUSQUE (intervention de Frédéric Deluy), Parcelle (1996)

BAUDELAIRE BENJAMIN MARSEILLE, avec Jean-Jacques Ceccarelli et  Patrick Box, Cornaway (1997)

ANNE NEST PAS SUZANNE (photo Casa Factori), La Main courante  (1998)

HOMOBIOGRAPHIE, avec la Cosmetic Company, Farrago (2000)

CARNET DE NUIT À REYKJAVÍK, Fidel Arthelme X (2004)

L’ONANISME D’HAMLET, Les Cahiers de la Seine (2004)

LES TALIBANS NAIMENT PAS LA FICTION, Inventaire /Invention
 (2005), et sur www.publie.net (2009)

MARQUISE VOS BEAUX YEUX, avec Michelle Grangaud, Josée Lapey rère et Anne Portugal, Le Bleu du ciel (2005)

TEMPÉRATURE DU LANGAGE, avec Jean-Jacques Viton, Bistra, Ryoko  Sekiguchi, Estepa, bilingue japonais (2005)

MARSEILLE-POSTCARDS, avec Jean-Jacques Viton, Le Bleu du ciel  (2006)

LA VRAIE VIE D’ANGÉLINE CHABERT APRÈS SA MORT, Les Oublis
 (2007)

MES BIEN-AIMÉ(E) S, dessins de Christophe Chemin, Inventaire/  Invention (2007)

HÔTEL, avec Jean-Jacques Viton, photographies de Bernard Plossu,  Argol (2009)

A3, avec Henri Deluy et Jean-Jacques Viton, Action poétique/öö  (2009)

VOUS METTREZ ÇA SUR LA NOTE, avec Bernard Plasse et Jean-Jacques  Viton, Diem Perdidi (2009)

HISTOIRES DAIL, avec Xavier Girard, Argol (2013)

LA SPHINGE MANGE CRU, Al Dante (2013)

Traductions

CIELI, DE NANNI BALESTRINI, traduit de l’italien avec Jean-Jacques  Viton, Tam-Tam (1984)

PORTRAIT DE A. HOOPER ET DE SON ÉPOUSE, de Carlos A. Aguilera,
 traduit de l’espagnol (Cuba), Farrago (2000)

 

Anthologie

29 FEMMES, POÉSIE EN FRANCE DEPUIS 1960, avec Henri Deluy, Stock  (1994)

Cette édition électronique du livre L'amour est plus froid que le lac de Liliane Giraudon a été réalisée le 16 novembre 2016 par les Éditions P.O.L.

Elle repose sur l’édition papier du même ouvrage (ISBN : 9782818041239)

Code Sodis : N84940 - ISBN : 9782818041246 - Numéro d’édition : 307202

 

 

 

Le format ePub a été préparé par Isako
www.isako.com
à partir de l’édition papier du même ouvrage.

 

Achevé d’imprimer en octobre 2016
par Nouvelle Imprimerie Laballery

N° d’édition : 307201

Dépôt légal : décembre 2016

 

Imprimé en France