L'EFFACEMENT DES CHOSES

De
Publié par

L'effacement des choses nous envahit de façon inexorable : le monde est périssable comme un escalier de sable. Pénétrer alors dans l'invisible, métaphore subtile, mouvements intérieurs de l'être… Atteindre enfin la vision, la résurrection flamboyante : ce qui devait disparaître vivra pour toujours. Les choses transmutées par le verbe deviennent immortelles… Avec Instant d'éclat, le lecteur ébloui pénétrera dans la chaleur intense d'un monde unique, onirique, érotique, orange…où " La fulgurance de l'instant contient l'éternité du temps…et sa lumière… "
Publié le : mardi 1 janvier 2002
Lecture(s) : 204
Tags :
EAN13 : 9782296296688
Nombre de pages : 121
Prix de location à la page : 0,0070€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

L'effacement des choses
Suivi de

Instant d'éclat

Collection Poètes des Cinq Continents dirigée par Geneviève Clancy, Léopold Congo Mbemba et Emmanuelle Moysan
La collection Poètes des Cinq Continents non seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d'ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an. Dernières parutions

322 323 324 325 326 328 329 330 331 2002. 332 -

Vincent DAENEN, Le nouvel orbe, 2002. Kama Sywor KAMANDA, Chants de brumes, 2002. Kama Sywor KAMANDA, Le sang des solitudes, 2002. Kasereka Ka MWENDE, Pascalie, journal d'un Errant, 2002. Sébastien HOËT, Plus Bas, l'Inerte, 2002. Walid AMRI, Poèmes en liberté, 2002. Kamal BEN HAMEDA, La tentation de la lumière, 2002. Nelly AMRI, Cheminant Rivière, 2002. William SOUNY, Notes comoriennes pour un comité de rivages, Mathieu Blond, Exode, 2002

Yves Saint-Gervais

L'effacement des choses
Suivide

Instant d'éclat

Chants de l'enfer et du paradis

Préface de Jacques Waternaux

L'Harmattan 5-7, me de l'École-Polyteclmique 75005 Paris

FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 I0214 Torino ITALIE

Du même

auteur,

aux Editions

L'HARMATTAN

"Vagues...". Chants en 9 actes et 82 scènes. Collection Poètes des cinq continents. Paris, janvier 1996 (130 pages).

Sous le nom d'Yves

toxicomanies
Pratiques

GERVAIS: "La prévention des chez les adolescents". Collection Paris, décembre 1994 (218 pages).

sociales.

~L'Hannattan,2002 ISBN: 2-7475-2920-7

Préface l'univers d'Yves Saint-Gervais naît d'une situation primitive: l'homme ébloui y explore les rivages de l'océan primordial où règne la Déesse des Eaux, sa conscience d'abord obscure, incertaine y lutte contre "l'effacement des choses", ombres majeures, figures de l'Insaisissable, l'Indicible intérieur. Cette nécessité d'accéder au seul abîme véritable exige une ascèse du langage au point que les mots s'abolissent dans leur acception commune, pour devenir signes, repères, pour peu de temps encore, tangibles, de la réalité supérieure d'une essence tendrement humaine. la conscience du poète dans ses pérégrinations ultérieures accède alors par les prestiges du langage régénéré, intercesseur impitoyable d'une lucidité sans failles, à ces contrées qu'explorèrent Rimbaud, Michaux, Jouve et tant d'autres au risque de s'y perdre. Or, le miracle dans "l'effacement des choses" et "Instant d'éclat" est qu'Yves Saint-Gervais, avec un instinct infaillible, articule de manière bouleversante doutes, interrogations, affirmations sur le monde, l'homme et l'Amour pour aboutir à des fulgurations cristallisées dans la pureté absolue d'une parole qui s'impose à tout lecteur vigilant. Quête infinie, holocauste intérieur, cet "extrême esclavage" de l'âme réduite à l'essentiel, aboutit à une 5

assomption vertigineuse de l'Amour, mystérieux trou noir absorbant tout discours, fût-il aussi pertinent et précis que celui qu'Yves Saint-Gervais conduit à travers un recueil de tant de paroles de vérité, d'une insoutenable brillance dans leur écrin de rhétorique impeccable. La vision saint-gervaisienne n'est jamais gratuite ou aléatoire, elle procède d'une nécessité, gage d'authenticité et de force, qui exalte le plaisir, la jouissance jamais vaine puisque porteuse d'éternité. "Cueille l'instant mais pour l'approfondir, en éprouver ce qu'il contient d'absolu", tel est ce que nous disent les vers les plus puissants du recueil. Mieux encore ces visions, ces instants, dans leur diversité, sont organisés selon un ordre implacable, l'ascèse d'une mystique admirablement laïque qui chante le dépassement de l'homme par lui-même, c'est-à-dire l'Amour triomphant de toutes les souffrances et interrogations lancinantes: le poète se sait alors définitivement victorieux de cet effacement douloureux des choses. Lui qui a tant redouté leur mort comprend enfin qu'elles sont vouées à la résurrection. Le poème devient hymne, célébration et à l'instar de Claudel ou plus encore de Saint-John Perse, révélation: "Ils m'ont appelé l'Obscur et j'habitais l'éclat".

Jacques

Waternaux

6

mon ami Jacques Waternaux, homme de lettres, dont le regard profond sait voir au-delà des choses... et qui eut l'insigne honneur de rencontrer Alexis Léger... dit Saint-John Perse... JI
liA

7

"Et mon ambition aux confins des déserts est de vous entraÎner sans artifices chimiques ou sectaires vers certains états modifiés de la conscience où la vie devient songe un chemin d'ange heureux... , ap t ere... "

9

L'effacement des choses

"Pour l'éternité, la mer inconsolée se déroule sur la dune blanche jusqu'à l'effacement même de l'ombre des choses..." Yves Saint-Gervais. "Vagues..." L'Harmattan. 1996.

"Quelles filles noires et sanglantes vont sur les sables violents longeant l'effacement des choses ?" Saint-John Perse. "Amers" (1953-1956). NRF. La Pléiade.

Il

PROLOGUE

Au bord du poème comme à la limite de l'abÎme... Chercher avec la force de la désespérance les contours d'une littérature extrême qui n'existe que dans les songes, le monde des magiciennes, des prophétesses apocryphes... Entrer par effraction dans les territoires de l'imaginaire avec l'effervescence de la vision comme unique véhicule... Aimer avec déraison le mystère la puissance des mots Se servir de la page comme d'un déversoir infini menant au bout des péninsules déchiquetées de la pensée... Trouver un chemin de lumière avant que la glaise n'enfouisse les corps... Savoir que l'amour mène toujours à soi-même, vestige amer d'une passion immense... Tenter de vaincre 12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.