L'Essaim d'une vie

De
Publié par

Laissez-vous emporter par L'Essaim d'une vie et son tourbillon poétique.

Les femmes sont l'inspiration centrale du premier thème, avec des déclarations d'amour sensuelles ou pudiques, à elles... à toi.

Un deuxième mouvement évoque les douleurs et les tourments de l'existence.

Et le recueil s'achève autour de la joie, la tendresse et l'espérance.

Une poésie à fleur de peau, légère ou profonde, d'une sensibilité extrême.


Publié le : lundi 2 février 2015
Lecture(s) : 28
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332872951
Nombre de pages : 88
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-87293-7

 

© Edilivre, 2015

Thème 1

À elles… à toi

À la lisière de ton regard

À la lisière de ton regard,

Telle une étoile de fumée bleue,

Je me dessine un idéal

D’éternité, si merveilleux

Qu’il me transporte auprès de toi,

De ta douceur et de ton cœur

De femme, chantant à cent mille voix,

Entonnant l’hymne à la candeur.

Agat(h)e

Étoile de silice qui esquisse ma vie,

Onde éternelle. La rivière de tes yeux

Abreuve ma complainte d’un songe amoureux,

Délicieuse absinthe, ivresse de mes nuits.

Jour de calcédoine chantant tes louanges,

Là où ton cœur aimant vient jusqu’à moi.

La pourpre chamade de l’émoi

Soulève sur ses ailes les âmes de deux anges.

Idylle défunte aux vaines étreintes éteintes,

Mirage d’été ou aurore d’un printemps ?

L’écueil de la pudeur des sentiments,

Les saveurs extrêmes de caresses enfreintes.

Que notre amour puisse un jour être d’azur !

Qu’il nous habille de feux, de mille couleurs !

Gravé sur ta pierre, mon prénom douceur

Scellera l’alliance d’un arbre et d’une parure.

Agathe

Sainte de Dieu, Sainte d’amour,

Fille du ciel, Fille du jour,

Le monde à ton dessein

T’offre mon regard câlin.

L’amoureux à ta cour

Se découvre, puis accourt,

Sensible et baladin,

Fragile et sibyllin.

Espoir d’un arbre en fleurs,

La source de ta hauteur

Ruisselle à mes matins

La cime de ton jardin.

Pour la vie, à ses heures,

Vénus veille sur nos cœurs,

Bénit de son onction

Le fruit de notre union.

Alicia

Au firmament d’une rose, ma belle !

L’émoi de tes sens en éveil

Rejoue la salsa amoureuse

De rivières brunes et merveilleuses.

Ton cœur danse avec l’espérance

Au corps et âme de ta romance,

Des étoiles brillent à ton sourire,

Le Rêve… La Mélodie des lyres

Adoucit l’être de tes iris,

Des parfums d’amour s’érotisent.

Sur tes paupières vole une colombe,

Elle embrasse l’horizon, l’inonde.

En moi s’irise la vénusté,

L’hymne de ta personnalité.

Ange de la lumière éternelle,

Alicia, princesse du soleil !

Amoureusement femme

Si seules sont les femmes qui se donnent par amour,

Endormies leurs sonates aux rivières de velours.

À la traîne du hasard se tissent leurs pensées,

En émotions profondes, célestes, immaculées.

Les cœurs purs des demoiselles s’en vont, puis se perdent,

Dans une nébuleuse nymphéide s’en reviennent.

À l’aube de leurs premiers printemps, les filles sages

Se muent, puis se parent, d’un voile terne sur leurs visages.

Les roses bleues se pâment aux fenêtres des...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant