//img.uscri.be/pth/a1b496b83997e841e78cd17d74bfe3293dc26e4b
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'hydre dans le verger

De
116 pages
L'hydre dans le verger est une gigantesque allégorie, qui entremêle les péripéties de la vie quotidienne et l'actualité socioculturelle du monde, avec des retours constants sur l'Afrique, dans ce qu'ils charrient comme attentes, espoirs, hypocrisies et déceptions.
Voir plus Voir moins
L’hydre dans le verger
FEMMES ET SAVOIRS Collection dirigée par Alice Delphine TANG
La collection « Femmes et savoirs » intègre tous les ouvrages qui contiennent des savoirs diffusés par les femmes, des savoirs diffusés pour les femmes et des savoirs diffusés sur les femmes. Dans ces rubriques se retrouvent aussi bien les œuvres de fiction (roman, nouvelle, poésie, théâtre, épopée, conte, etc.) que les essais littéraires, philosophiques, ethnologiques, anthropologiques, sociologiques et mythologiques. La collection « Femmes et savoirs » est un espace scientifique dont le but est de donner une grande lisibilité des écrits réalisés par les femmes ou portant sur les femmes. Déjà parus Marie Françoise ROSEL NGO BANEG,Méandres. Roman, 2011. Marie-Rose ABOMO-MAURIN et Alice Delphine TANG, L’A-Fricde Jacques Fame Ndongo et la rénovation de l’esthétique romanesque, 2011. Eustache OMGBA AHANDA,Soupirs de l’âme. Poésie, 2011. Jean-Paul ADA BEKOA,Misères publiques, Poésie, 2011. Sylvie Marie Berthe ONDOA NDO,La réécriture de l'histoire dans les romans de Romain Gary et d'André Malraux, 2010.
A. Faha Taleng et Paule S. Nanfah
L’hydre dans le verger
Poèmes
Nous savonsqu'il reste dans ce livre des imperfections;nousprenons cependant l'option de le faire circuler,àpetit tirage,remerciant d'avance tous ceuxqui nous aideront à le perfectionner dans les tirages successifs.
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55886-1 EAN : 9782296558861
LE QUESTIONNEMENT
Demain tout sera fini
Demain tout sera fini Parce que je ne serai plus Mes rêves mes chimères N’auront plus que la valeur du vent Vent qui souffle comme une caresse sur ma peau Emporte mes illusions
Pourquoi être née ici ? Pourquoi y faire ? Questions permanentes d’une âme tourmentée Qui le repos n’espère plus trouver Ame torturée qui a pour seul référent Ptolémée, Sisyphe, le tombeau des danaïdes Douleur sans cesse ressentie Ouvrage sans cesse recommencé D’une vie qui n’a rien d’authentique D’une vie qui ne sera jamais qu’une copie
La douleur est un stigmate dans lequel je suis née Une excroissance sur laquelle il n’y a pas de prise Le cancer de l’âme dont seule la mort peut nous amputer Pourquoi courir si c’est vers une mort certaine Que nous n’aurons pas le temps de brandir en trophée ?
Le temps nous tient loin de ce que nous sommes Il nous trompe sur ceux que nous voulons être Sa vérité n’est jamais sincère sur ce que nous aurions pu être Vérité inachevée sur ceux que nous croyons connaître
Qu’espérer qui en vaille la peine Dans ce monde où tout est illusion et désillusion ? La vie est une finitude Plus une fin qu’un commencement
La sanction à subir pour des fautes ignorées Le désir de mort qui se perpétue dans les fantasmes La vie c’est des mers de désespoirs Qui ont pour confluents nos lâchetés et nos crimes
8
Sales temps
Il est des temps comme ça, où rien ne marche Avec des pleurs qui font écho et reviennent toujours C'est le temps des douleurs inconsolables J'ai peur J'ai peur de ces ondes violentes qui déchirent mon cœur Une autre peur à laquelle je ne suis pas étranger Pourtant j'avais juré de ne plus avoir peur Pourtant maintenant j'ai peur
C'est le temps des épreuves et de la mort Elle a frappé à ma porte Et il semble que quelqu'un lui a ouvert Elle est entrée comme une ennemie Dont on sait la présence, sans savoir où elle se cache Elle ventile un air froid dans mes parvis Elle flotte au dessus de ma tête comme un souffle Un poids que je ne pourrais supporter par moi-même
C'est le temps de la maladie et des incertitudes Ces maladies dont aucun médecin n'a le remède Ces maladies qui ne vous emportent pas Mais qui ne vous laisse pas en paix J'ai peur Une peur insidieuse, un mauvais compagnon Une peur creuse, qui ne se connaît pas elle-même Et qui me rend simplement confus
9
Vie morose
Le temps est beau qui s’en va Et qui jamais ne reviendra Il nous fait vivre nos craintes Pour s’en aller avec nos espoirs J’aime le temps qui s’en va Et qui jamais ne reviendra Fier de nous avoir appris Heureux de nous avoir tout pris
Les feuilles tombent des arbres Comme les secondes qui s’égrènent Faisant des ravages Dans nos cœurs de marbre Où tout est macabre Tout n’est plus que discours funèbres Requiems Et messes de requiem Qui seraient le prélude à une autre vie Qui s’introduisent par les larmes et la douleur En annonçant une existence peut-être meilleure Que celle que des cris de joie ont accueillis Et qui s’est transformée en un affreux gazouillis
Faisant de quelques uns des héros sans envergure Piètres hérauts de causes perdues Recouverts à chaque pas de souillures Que rien ne parvient à laver
Le chant des oiseaux caresse mes tympans Seuls vestiges royaux Sombre héritage de Pandore Dont l’espérance aurait fini par sortir de la boîte
10