L'Ivre traversée de clair et d'ombre

De
Publié par

Au centre de ce nouveau recueil poétique et philosophique de Philippe Tancelin, est posée la question de la rencontre ou plus précisément "le devenir rencontre" : lorsque, à la faveur de l'Autre, nous allons... de certitudes... en étonnements... d'attendus... en inattendus... vers la source retrouvée d'une saison d'enfance.
Publié le : mercredi 1 juin 2011
Lecture(s) : 17
Tags :
EAN13 : 9782296808799
Nombre de pages : 158
Prix de location à la page : 0,0087€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois










L’Ivre traversée
de clair et d’ombre

suivie de
Les camps oubliés

















Poètes des Cinq Continents
En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005.
La collection est actuellement dirigée par
Philippe Tancelin et Emmanuelle Moysan

La collection Poètes des Cinq Continents non seulement révèle les
voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de
poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette
collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la
qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une
quarantaine de titres par an.


Déjà parus

539 – Luisa BALLESTEROS ROSAS, De l’autre côté du rêve,
2011.
538 – Anne DE COMMINES et Claude-Alain PLANCHON, L’An
nuit des rois, 2011.
537 – Hélène ISNARD, Figures de guerre, 2011.
536 – Hayat AIT-BOUJOUNOUI, Dans la chair, 2011.
535 – Yvette BALANA, Quand la veuve danse sur la tombe de la
patrie, 2011.
534 – Jean-Luc POULIQUEN, La terre du premier regard, 2011.
533 – Fernando CABRITA, Douze poèmes de Saudade, 2011.
532 – Jo AITNANU, Les yeux sauvages, 2011.
531- Rodhlann JORNOD, Matière et contingence, 2011.
530 – Serge VENTURINI, Avant tout et en dépit de tout, 2010.
529 – Abdoulaye MAMANI, Œuvres poétiques, 2010.
528 – Olexiï DOVGYÏ, Le Calice de roses, éd. bilingue, 2010.
527 – Michel POMMIER LE PARC, Socle tremblé, 2010.
526 – Widad AMRA, Le Souffle du pays, 2010.
525 – Aleksandar PETROV, Le Cinquième Point cardinal, 2010.
524 – Hassan WAHBI, La Part de lumière, 2010.
523 – Tizou PEREZ, Accord perdu, 2010.
522 – Lionel MAR, Concordance des corps et des lettres, 2010.
521 – Catherine BREMEAU, Anna Barkova. La voix surgie des
glaces, 2010.
520 – Marie-Louise DIOUF-SALL, L'Autre Genre, 2010.

Philippe Tancelin







L’Ivre traversée
de clair et d’ombre

suivie de
Les camps oubliés

















































© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-54954-8
EAN : 9782296549548
QFHOLQ H&ODQF\ HF*HQHYLqY
KHWW+D QF\ &O HF* pHVD 7HU
HU 6HJK &ODQF\ DJPHQWV'pOLWV D)
G
DXEH PDLQ ODQF F* XVD/DTXHVWLRQDX[SLHGVQ
?+DU ,/ pQLQH?YLGH?(QSDVQWSDU- XLPDWWDQ
/

+ DWWDQ &ODQF F* /
pWpLQV DXPLV
/
+DU DQ PDWW &ODQF HF* /H%GHYLLV
/
+DU WWDQ PD ODQF HF* WKpWLTXHGHO
RPEU/
(VD
LFH & LRQ2FWREUpGLW H ODQF HF*

HV /H7HU pkWUHGX'HKRU
LU D'LLU DQRHO'H2OL0
DJX 9ROHVHU(WKDU 7 KpkWU3XUV
$ERXWSRU WDQWGHSRpVLHFWLIFROOH /L /
+DU DWWDQ
(FU(//( /
+DU DQ PDW
RpWLTXHGXV LOHQFH /
+ 3 DWWDQ
HF%U RLU ?(QWUWLHQVD XQR'XPRQW?'LVY
+DU /?&HWHQGHOjGHVHVKRV DWWDQ
?+DUL]RQVTXLQRXVKRU&HV pFqGHQW? / PDWWDQ
?+DU HWjEDWWU?4XDQGOHFH?/KHPLQVHU PDWWDQ
+DU HLO?/RQG '?pY DWWDQ /HV
+DU RQWGXMRXUOHIU?6XU / DWWDQ
?+DU pWLTXHGHO?pWRQQHPHQ/ ? PDWWDQ
?+DUpWLTXHGHO?LQV / SDUEOH PDWWDQ
+DU ?/HPDOGXSDH?/ VGHO?DXWU DWWDQ
SRWSYP?DpRVR3?HPWX7HWPPHRYD?KF\*FV\U5HHFKG?FKY?PHYDHV\&\VU&YRHYHHV\?PYHD?HYUYUHSRFPUDDHYYU,HV?\L)VPD&Y$??PHYLUD?'XPrPHDXWHXU3
3KLOLSSH7 DQFHOLQ

XUH PH GH VO
p OOH VVLEOHXH RQGLWLRQVVRXVOHVTVF /H
3KLOLSSH7 OODDQFHOLQHQFR ERUDWLRQHVVLQV'DQ9LPDUG.VKHXUHVG YUHG OHOL DOHLGRVFRSH

P DVVLRQVRXV6LOHQFHSHLJHW6 LQWXUV2GLOH) 3
&KDPSWLQ(GHFROOHFWLIH[TXLV?OL?&DGDYUYU HV
3LqFHVGHWKpkWUH
QWHUGLWDXSXEOLF, LFH (GLWLRQ
GH3LHU/HU .HV DU PHOWU DGXFWLRQHQDU
DLP. RSHHODLGRV /qY
QKFWDUPHH&WXH?%DWWDQWVGHQOSV)DLHrFXYHWUJUQEJDEUHFUDQVLXLW?7
JQRO HVSD WXUF LWDOLHQ DOOHPDQGJ
HQDUDDGXLWV RQWW V HV HUEH HV RXYUDDLQV &HU
HV /L HVG?DUYU3UHQGVODSD ROH
GDQVO
LQF XGXODQ RQQ HTXLHQIDQ WHGH RL
DTXHIRLVTXH X WHGp UREHVj ODPH VXUHGH pWHQGXH
SUHQG ODSDUROHH DUG OHVLOHQFH
LQI HUEHjSU KLVOHY RQFHUO
pFDpF
WJFKHWSQJUHVHJUORDWVVVVRVQHW
EUDLV XWH HQWR
WHWDLU OXV SRXUQH
WVOD &RPPH'HFHF{ WpG J HV WHGH KDXVV FHUOHVp RLOH
HFOD kWHKLV WXQHIDL WRLUH OWH TX
XQD GHV UpY
HFOHVHQVG VDFUL 8QD ILFH
8QGDQVOHS DU WD GHO
DXEH
jKDXWHXU GHVX LHV
XUDWWHLQGU ?3 HO
KRUL] RQ? GHWRL ?RQG RLWSDUOHU? WRXMRUV ?G
?p DOHVWLQHYRT HU? OD3 O
,U DN HQSDVVDQW SDUOH0D KU ?
?S HU WXUEDWH U?
DU WLFXODQ OHVH VGX SDUL UH GHYL
HFODOXPLqUHFURLVpH VYLVDJ V
G
H[LO
FHV XLVVHODQWHVGH O
rWUHOj
HQWp DXMRXUUpLQ
?MHYRX YL VD PDJXHXOH SDODWLQGH ROLWDLU
PRQWHWG KDFHV QWVLQI DX[?
11
HHHXYHRUXSHR?HDWHJQJUHFEHXHHWVQU)YWVVX$RKYWVQWVpUPXYQYDFYVGW
VRLU H XHVDLVT HHWM
GXUHWRX
QFp SURQR
Pp QRP
RqWH WUHOHS r 2QGRL
GHO
RSSUL
PLOLp VGHO
KX SUq WRX
SRXUYSUq WRX QLU
$.DWH E< &,1(L'urgence de rapporter nos rêves à la taille des événements
l'urgence de venir au pays
tremblant des mutismes de l'Histoire
nous écoute et nous parle le cantique des sources
surgies des pourchassés

Dans le vacarme à livre ouvert des peuples brisés
on entend « Medjma »
rendre au verbe
ses fêtes de chair

On la voit dans sa « chevelure fauve »
traverser la nuit
par les fonds bleus d'enfance
d'où fuit la peur qui dort le plus en nous

Parfois elle s'arrête
regarde au pied des murs de haine
l'ombre folle d'un olivier sur le désert

Sa lucidité
récidive
exalte une clarté soudaine
sur les pages de cendres
dispersées en toutes langues

« sa beauté lisse comme un chiffon de soie » intime
témoigne à l'oiseau sur la branche
du ciel des multitudes résistantes

Dans ses yeux du levant
s'origine le défi au mythique
redoutable
12La pureté de son étreinte tendue à l'horizon blessé
rend l'aube fabuleuse
la mort
sans traits obscurs


En le cri toujours vierge de l'homme prenant parti
contre la condition faite à l'homme
Tu écris poète
de gueule à gueule dans le hurlement du loup

« J'ai pleuré les larmes de la terreur
j'ai pleuré les larmes de la folie »


Sur la chute et l'engloutissement
du mystère des fraternités
tu pénètres comme une insomnie la matrice poétique du
verbe
jusqu'à l'émeute de la langue

Tu as croisé
apprivoisé l'écart
entre le poème et le couteau
Tu as joint l'image de « nos frères indiens »
à la terre puisant en l'homme sa mission solaire





13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.