La conscience du feu

De
Publié par

Nous découvrons d'autres univers, d'autres espoirs (et désespoirs) aux parfums essentiellement orientaux. L'homme des tropiques y rencontre Ismée, El Djazair et l'Intifada? Ensemble, ils créent une nouvelle poésie sur fond d'amour, un nouvel amour sur fond de poésie.


Le poète, dans cette double étreinte, éprouve quelque pincement devant le soleil qui s'éteint, il ressent une sorte de " lassitude à bout de course, comme un deuil". alors la poésie devient une prière qu'une voix à la fois proche et lointaine fait monter, comme l'encens, jusqu'à Dieu souvent sourd aux plaintes humaines.

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 63
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844505057
Nombre de pages : 76
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Une senteur
de fleurs mêlées (...)
exacerbe les couleurs du jour
s’adosse à l’atmosphère déjà lourde.
Pas le moindre souffle
pas la moindre touffe
de fleurs mêlées fanées(...)
I
ISIS OU LA PATIENCE
13
LE SECRET
Ne pas parler
Ne rien dire
Ne pas se taire
14
Pourquoi
voudriez-vous que j’aime
qui m’aime.
Et pourquoi
ne voulez-vous pas
que j’aime
qui m’aime
et
qui ne m’aime pas.
15
DEMAIN ISMEE
Nous habiterons Ailleurs en des lieux que nos amis ne devineront jamais Nous fermerons la porte à ceux qui venaient boire dans nos rires et rêver dans notre sommeil.
Nous habiterons Ailleurs des contrées hors-la-loi. Nous lirons dans les rochers et nous offrirons le ciel à nos plus violents ennemis.
Dans le silence et la lumière où les puces du marché ne couvriront plus notre voix nous habiterons Ailleurs.
16
NOCTURNE XIII
Sur le front de la mer où s’alignent les montagnes J’ai couru mille nuits et rêvé mille jours L’écume ravageait les blessures d’antan Comme de grands jardins soumis à l’incendie.
Des couvées de lumières vacillaient dans les grottes Comme un tourbillon d’ailes autour de son visage. Des cortèges d’oiseaux s’opposaient au reflux Dans une rébellion de fleurs et de couleurs.
Or la nuit remontait plus vite que la mer Plus vite que le vent des oiseaux de lumière Déjà les montagnes plongeaient aux abysses Et la vague brisait mon cœur contre son cœur.
(Ismée ou les oiseaux de lumière)
17
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant