La Femme Chair Coeur Esprit

De

Patrick Carré vous invite au voyage intérieur par la redécouverte des sens. Tout est source d’inspiration : les femmes, la peinture, l’architecture, la métaphysique. Tout est relié et chacun peut donner du sens à sa vie en redécouvrant ce qui relie une femme et son prénom, une peinture et un poème...

Sur le site Internet www.patrick-carre-poesie.net, chaque acrostiche de prénom est illustré par un tableau. La table des correspondances entre les noms des tableaux et les prénoms est dans ce livre.

Publié le : lundi 1 janvier 2007
Lecture(s) : 27
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 2952895804
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Préface Les lecteurs sont de grands voyageurs, et beaucoup sont de nouveaux pèlerins en quête de joie et d’amour. Je les invite ici au voyage intérieur, à croiser d’innombrables muses dans un jeu de miroirs semblable au labyrinthe des palais des glaces, à jouer avec les mots, à relier les prénoms féminins et les poèmes qui les reflètent. Femmes, mères, filles, amantes, elles incarnent dans les my-thologies la force, la sagesse, la beauté. Chacune fait vibrer son prénom et lui donne une couleur personnelle inimitable. Elles sont à la fois la Chair, le Cœur et l’Esprit, et deviennent pour ceux qui les aiment les liens vivants entre les sens et l’essence. Tous les poèmes de ce recueil sont magnifiés par des tableaux de Maîtres sur mon site internet. Chaque internaute jouera avec cette palette de sens et de couleurs pour tracer les contours de ce qu’il/elle re-cherche et re-trouve, un peu de soi-même laissé au passage comme un témoignage de sa quête. Bon voyage !
9
TwxÄ|ÇxTÖâxÄ áÉÄx|Ä v{tâyyxÜ ÅÉÇ v‚âÜ? WÉÇÇxÜ átÇá vÉÅÑàxÜ áxá ÅxÜäx|ÄÄxá R XvÉâàx áÉÇ v{tÇà? át vtÇwxâÜ _tÇvxÜ wxá tÑÑxÄá Öâ| Ü°äx|ÄÄxÇà? \ÇáÑ|ÜxÇà Äxá ÑÉ¢àxá? Äxá Ü£äxâÜáA aÉá Ü£äxá áÉÇà Äxá yÄxâÜá wËâÇ áÉÅÅx|Ä XÇv{tÇàtÇà àÉâàxá Äxá vÉâÄxâÜáA
11
Tztà{xT|@}x tááxé uâ wx áxá ÄtÜÅxá? ZɱఠÄxâÜ áxÄ? át yúv{xÜ|x? Táxá Ä¢äÜxá v{tâwxá? áÉâá Äx v{tÜÅx? gÉâv{° ÑtÜ àtÇà wx uÉâwxÜ|x R [xâÜxâáx }Ët|Åx vx uÉâà wËúÅx XàÉ|Äx wx v{t|Ü wx Åt ä|xA
12
TzÇ¢áTâ ytßàx wxá °zÄ|áxá? ÉÇ Üxä|xÇà ZtzÇxÜ vxá xáÑtvxá Éáx ÄÉäx aÉàÜx xáÑ°ÜtÇvx xÇ àÉâá ÑÉ|Çàá? Xà y|åxÜ vxá Éz|äxá? tÄv¨äxá fâáÑxÇwâxá? õ ÑÉÜà°x wx Åt|ÇA
13
V{t|Ü J’ai croqué nue sur la plage Dans la chair du coquillage Le sel crissant sous la dent Au bord de la mer, sous le vent J’ai rêvé d’étroits passages D’aventures de naufrages De la puissance des courants Dans les vagues de l’océan. J’ai chanté la fleur de l’âge La liberté qui surnage L’appel du large enivrant Les sirènes et leurs soupirants
185
V‚âÜ Je goûte à ces turbulences Enivrantes aux rondes des sens Aux saveurs des cœurs délivrant Leurs essences quand le soir descend J’écoute ta bouche qui lance Des appels en quête de sens Tes lèvres s’entrouvrent inspirant Des ondes de souffle brûlant J’entends le Verbe qui s’élance Dans ta gorge l’Etre en puissance Les caresses en liesse du vent Les chants du monde apparent
186
XáÑÜ|à La mer a tracé sur le sable Des formes rondes capables De donner du sens au présent D’où surgit notre entendement C’est la femme sans accessoire L’homme sans histoire sans gloire Le mystère de l’enfantement En son ventre Au commencement C’est le cycle de l’existence Tout finit tout recommence Au centre la porte du temps L’éternel oubli de l’instant
187
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Trésors d'enfance

de albin-michel

Guérir

de editions-du-cerf14760

Cathédrales

de ed-le-coeur-et-l-etoile