LA FONTAINE AUX MILLE AMPHORES

De
Publié par

Ces poèmes sont tous nés lors d'un voyage autour de la Méditerranée. Fruits de rencontres et de passions, ils saisissent des moments privilégiés, des couleurs, des sensations par la magie des mots et des métaphores. Ils traduisent à leur manière la vision du monde de l'écrivain, son cheminement, son regard sur la nature, sur les hommes et les cultures.
Publié le : vendredi 1 janvier 1999
Lecture(s) : 263
Tags :
EAN13 : 9782296379893
Nombre de pages : 80
Prix de location à la page : 0,0051€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

LA FONTAINE AUX MILLE AMPHORES

Collection Poètes des Cinq Continents dirigée par Maguy Albet, Geneviève Clancy, Léopold Congo Mbemba, Alain Mabanckou et Emmanuelle Moysan
La collection Poètes des cinq Continents non seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d'ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an. Dernières parutions 197 - Gabriel Okoundji, Second Poème. 198 - Orides Fontela, Trèfle. 199 - Sobhi Habchi, Les noces de l'oubli. 200 - Chantal Danjou, Terres bleues. 201 - Marc Baron, Variations sur le chant intérieur.
202

- André

-Louis Aliamet, Les volcans du rêve.

203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220

- Amjad Nasser, L'ascension de l'amant. - Gaëlle Guyot, Archipel. - Léopold Congo Mbemba, Le tombeau transparent. - William Souny, Hangool. - Tchicaya U Tam'si, Le mauvais sang, Feu de brousse, A triche-coeur. - Philippe Tancelin, Ecrire/Elle. Ce nu redouté des silences. - Janine Modlinger, Veille. - Hoda Adib, De rhapsode au Zajal. - Jean-Pierre Faye, Evènement violence. - Babacar Sali, Le sang des collines. - Myriam Tangi, Encre nocturne, mille et une. - Frédéric Saenen, Seul tenant. - Cristophe Forgeot, Caravane mirobolante. - Seydou Beye, Les brisures de soleil. - Charles Carrère, Hivernage. - J. B. Tati-Loutard, Les racines congolaises. - Mohamed Hassan Zouzi-Chebbi, Requiem pour oasis défunte. - Muniam Alfaker, Retraite d'un coeur.

Michel COSEM

LAFONTAINE AUX MILLE AMPHORES

Éditions L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y IK9

@ L'Harmattan,

1999

ISBN:

2-7384-7440-3

LA FONTAINE AUX MILLE AMPHORES

Dans le chant crissant des eucalyptus et le ressac de la Méditerranée près du sable près de la glaise pleine de vertiges près des colonnes de marbre blanc et des dieux au regard triste près des alœs venus du cœur dans l'eau bleue et le reflet de la montagne cornue près des falaises de terre cui te

7

et des débris de mosaïques La fontaine aux mille amphores chante l'ombre du temps Les masques phéniciens écoutent polissant la pierre unie les petites boules de varech et la nacre des coquilles ouvrant leurs bouches incomprises à la beauté à l'histoire étonnée à travers l'espace l'infinitude Sur la colline crissante fécondée par le vent blanc pousse un silence d'écorce et sous l'arche de briques grouille mille vestiges la soif la destinée le souvenir l'effacement la peau qui palpite et appelle le chant de l'oiseau de minuit l'aube redevenue pétale de rose et ce goût de laine qui flotte avec le sel Plus loin des villages de sucre et de chaux s'accouplent à l'argile à la terre cuite aux lys et à la profusion des roses Tout en bas l'eau se ride dans le port d'Amilcar

8

et l'herbe continue de parler des batailles des légendes des grandes catastrophes du travail des mains de la patience sauvage Dans la nuit bêle l'agneau du sacrifice et j'ajoute les mots que ne comble pas le sable la couleur des yeux le lointain des beaux héliotropes et les marques rouges des morsures dans le chant pleuré des alouettes le crissement des eucalyptus et tous ces pétales de cyclamen collés à la mémoire plage pour éponger les larmes de la gorge et ces sentiers sortis de l'histoire et qui ne cheminent plus qu'entre les épines. Les palmiers se rassemblent près des sillons de glaise aux mosaïques blanches simplement assis au soleil pareils à des sauterelles mottes de terre couleur de miel et le temps toujours partagé pour un retour imaginaire en des lieux tant rêvés.
(Carthage)

9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.