Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

La force du silence, le vertige des mots
Laurence Robin
La force du silence, le vertige des mots
Poésie
Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2009 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02596-5 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304025965 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02597-2 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304025972 (livre numérique)
A l’amour, le vrai, celui qui ne triche pas… A mon père que j’aime plus que tout. A Olivia qui comble ma vie. A Odette Issarte, une mamie formidable. A Vivien et Aude… je vous adore, pleins de gros bisous. Michel, Damien, Christophe D., Cricri, Corinne… A l’amitié…
La force du silence, le vertige des mots
LE VERTIGE DES MOTSL’amertume me consume. Une cigarette anéantit, mes poumons comme une enclume. Me dévorant de l’intérieur. Je sais que j’ai vu le meilleur. Et le pire de toi. Ton corps sur le sol formant une croix. Tes poignets meurtris saignant pour me dévoiler ce que c’est d’être en vie. Et je sais que tout est jeu, dans ta folie. Tu me demandes de m’asseoir sur toi, à califourchon. Que je te montre mon émoi. D’être vivant, tu veux le ressentir en toi au plus profond. Tu me murmures aime-moi. Poussière de mes larmes desséchées. Tes doigts dans mes cheveux défaits. Le vertige de mes mots est la force de ton silence. Nos corps enlacés pesant notre différence, notre déchéance. Insolence de notre jeunesse, sans pudeur. De nos artères pleines de vigueur. Qui ose ne pas comprendre la peine et la colère des anciens.
11
Laurence Robin
De croire que tout ce que tu touches, tu l’obtiens. Tes envies, notre relation de feu. Toi et moi dans le noir, ton touché impérieux. Jaloux du regard des autres hommes. Sur ma petite personne. Tu deviens aussi dangereux qu’un tueur. Un athamé sur ma main, voulant faire couler mon sang, un sort contre ta peur. Loin de la tourmente qui jaillit de mon être. Prostré dans ton mutisme, loin de l’admettre. L’étrange clarté de mes songes. M’amène à la volupté qui me ronge. Mes mains ensanglantées. Par ton souvenir. Je voyais mon destin se profiler. Et mon cœur près de toi, mourir. Amer est le fruit de la passion et de la déraison.
12