La neige sur le museau des biches

De
Publié par

Dans ce recueil, l'écriture, porteuse d'une belle dramaturgie, vous mènera à la rencontre de contraires : langueur et acuité, vision désenchantée et espérance voilée. Toute la poésie de Patricia Laigle se construit autour d'une terre, la bretagne, et d'un questionnement existentiel. Au centre de son travail, il y a la recherche d'un monde par-delà soi, et qui se rapproche du "vouloir ce plus loin dont on ne sait le nom" qu'évoquait Andrée Chedid. (Antoine Pévin)
Publié le : dimanche 1 juin 2014
Lecture(s) : 26
Tags :
EAN13 : 9782336350813
Nombre de pages : 92
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
PàtrIcIà LaigLe
La neige sur le museau des biches
La neige sur le museau des biches
Poètes des cinq continents En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin LacollectionPoètes des cinq continents nonseulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an. Déjà parus 618 – Paul Henri LERSEN,Poèmes d’Ici, 2014. 617 – Omer MASSEM,Fragments sauvegardés,2014. 616 – Umberto PIERSANTI,Lieux perdus, 2014. 615 – Thierry LASPALLES,Silence des saisons,2014. 614 – Stella VINITCHI RADULESCU,Comme un désert de roses,2014. 613 – Ban’ya NATSUISHI,Cascade du futur,2014. 612 – François DESFOSSES,Fleurs de l’inexistence, 2014. 611 – Emma PEIAMBARI,Les rosées de l’exil, 2014. 610 – Paul Henri LERSEN,Geometria. Mesure du monde,2014. 609 – Philippe TANCELIN,Seuils, 2014. 608 – Ludmilla PODKOSOVA,Le don des mots, 2014. 607 – Abdarahmane NGAÏDE,Ode Assilahienne, 2014. 606 – Maurice COUQUIAUD,Anthologie poétique. 1972-2012, 2014. 605– Daniel LEDUC,Sous la coupole spleenétique du ciel,2013. 604 – Michel Khalil HELAYEL,Ton visage mon souffle ma lumière, 2013. 603 – Suzanne MERIAUX,Visages de l’eau, 2013. 602 – Milan ORLIC,Ardent désir d’unité, 2013.
Patricia LaigleLa neige sur le museau des biches
Du même auteur Un instant de perce neige, éd. Saint Germain des prés, 1986 La souffrance des rives, éd. Saint Germain des prés, 1990 A la cassure des heures,éd. Henry, 2012, Prix de la Fondation de France. © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03430-0 EAN : 9782343034300
Été. Beauté harassée. La nature tient un soleil effaré dans ses mains L’orchestre dans les haies s’est tu. Reste le grillon, Paroxysme sur la tôle du vent. Le temps est assis sur un coussin d’or et l’oiseau le regarde le bec légèrement ouvert devant un ciel muet, encombré de lumière.
Cratère de midi.
Aux hurlements des pierres enfiévrées un berger et son chien répondent par le trait mince de leur ombre et réveillent l’éternité qui s’était assoupie.
5
Le gel ce matin a repris ses instruments de dentiste La douleur sourde dans le jardin mortel Partout la pâleur éclabousse cette terre dénervée.
De ma fenêtre je vois le lac cristallin qui garde les yeux ouverts sur l’armée en marche des vents dominants.
Le paysage alentour n’est plus qu’ossature logis des corbeaux Il n’est plus qu’illustration sur un ciel buté. Le cœur des arbres s’est arrêté et les fermes à plat ventre écoutent une terre mécontente. Je deviens silence et referme mes rideaux.
6
La lande tout entière tremble Les genêts insectes géants dans leurs pattes délicates comptent les pelotes jaunes.
Le vent n’en revient pas de rire Le jour égrène les heures aux gorges des oiseaux.
Oh douceur de cette terre d’ouest Qui berce tendrement l’été Jusqu’à la mer.
7
Ecoute, écoute, écoute Le murmure diaphane d’un ciel d’été
La forêt a vêtu son loden de mousses et sous la plante des pieds c’est la caresse de l’inespéré. Cette joie distribuée dans les vaisseaux de sève toute crainte d’inaptitude éloignée.
Puis viendront les sources en prudence de ta soif.
Eussé-je pressenti ce bonheur J’aurais aimé ma tristesse dans l’attente.
8
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.