La Nuit Hodgkin

De
Publié par

Commencé le 1er mai 2009 à Amiens, huit jours avant la disparition de sa compagne, et terminé le 28 décembre 2009 à Rome, date anniversaire de l'être aimé, ce texte fut écrit dans l'urgence et la torpeur. L'auteur a voulu chanter, mais seulement des larmes, suivant le vers de Hölderlin. Dans la douleur et dans la rage, il tente d'y déchirer ce voile d'acier bleui, presque rouge, qui masque une nuit annoncée, La Nuit Hodgkin. Comme la maladie éponyme !
Publié le : mardi 1 novembre 2011
Lecture(s) : 40
Tags :
EAN13 : 9782296471658
Nombre de pages : 156
Prix de location à la page : 0,0084€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
LA NUIT HODGKIN
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.f ISBN : 978-2-296-56421-3 EAN : 9782296564213
Jacques BOCQUET
LA NUIT HODGKIN
Témoignages poétiques Collection dirigée par Philippe Tancelin et Emmanuelle Moysan Parce que la langue poétique constitue une exploration, elle revêt parfois son visage de "témoin" des chamboulements de notre société, des mondes qui nous entourent, au gré des voyages, des rencontres. Parce qu'elle explore l'intime, qu'elle épouse une fonction dénonciatrice ici et ailleurs, elle bouleverse aussi notre vision du politique. Accueillons ces textes qui nous aident à cheminer et modifier notre regard... Déjà parus Makombo BAMBOTÉ,? Le nègre estDéception noire souriant, 2011.Pierre VALMONT,Sous la cognée du vent,2011. Claudine PELLÉ,Sfax,2011. Pierre GOLDIN,Répertoire des simples, 2011. Dana SHISHMANIAN, Khal TORABULLY (dir.),Poètes pour Haïti, 2011. Gihan OMAR,Avant de détester Paulo Coelho, 2010. Michèle HICORNE,Des mots pour la Palestine. Et la plage de Tantoura... ment, 2010. Jean LESTAVEL,Aux marches du temps, 2010. Jean FOUCAULT,Suites vietnamiennes, 2010. Christophe FORGEOT,Porte de la paix intérieure, 2009. Michel LEUTCHA alias Saltaire,Berceau des chats et des souris, 2009.
À Aïsha La Fiametta
Bien sûr ma tête n’était pas très gaie ; mais j’ai eu tôt ce matin une heure bienheureuse. Mon imagination était parfois un peu sensuelle, pourtant j’étais aujourd’hui assez bon. L’après-midi ma tête fut claire. Le Wilhelm Meister m’a occupé toute la journée. Mon amour pour Sophie m’est apparu dans une nouvelle lumière. Le soir j’ai parlé à nouveau fort naturellement- mais j’ai pensé une fois à mes principes sur ce sujet. Ma décision était là ferme. Il en ira toujours mieux pour Sophie. Je dois seulement vivre toujours plus en elle. Je ne me sens bien que dans son souvenir. Friedrich von HARDENBERG dit NOVALIS Journal- 24 avril 1797-Apprends-nous nuit À toucher ton fond À gagner le non lieu Où sel et gel échangent leurs songes où source de vent Refont un François CHEN « Madone des eaux dormantes »
Dans la forêt du Songe « Je sais que je me suis éveillé, et que je dors encore. Mon corps ancien, recru de ma fatigue de vivre, me dit qu’il est bien tôt encore. Je me sens fébrile de loin. Je me pèse à moi-même, je ne sais pourquoi… Dans une torpeur lucide, lourdement incorporelle, je stagne, entre sommeil et veille, dans un rêve qui n’est qu’une ombre de rêve. Mon attention flotte entre deux mondes, et voit aveuglément la profondeur d’un océan, en même temps que la profondeur d’un ciel ; et ces profondeurs se mêlent, s’interpénètrent, et je ne sais plus ni où je suis, ni ce que je rêve. Un vent plein d’ombres souffle la cendre de projets morts sur ce qui est éveillé en moi. D’un firmament inconnu tombe une tiède rosée d’ennui. Une angoisse immense et inerte manipule mon âme de l’intérieur, et confusément me change, comme la brise change le contour de la cime des arbres. » Fernando PESSOA Le Livre de l’Intranquillité Il fait doux et peut-être tu passes tout près, Disant : « Que ce soleil et cet immense espace Te calment. Tu peux dans le vent pur Entendre cheminer le temps avec ma voix. En moi j’ai recueilli peu à peu, puis enclos L’élan muet de ton espoir. Je suis pour toi l’aurore et le candide jour. » Giuseppe UNGARETTI La douleur ( 1937-1946) « Verrà la morte et avrà i tuoi occhi » Cesare PAVESE
D’effilochements en effilochements de bandelettes l’espoir nyctalope d’y voir enfin momie de braise qui ne dissimulait plus de nouvelles fièvres il fallut commencer en toi-même pour toi-même commencer la nuit la longue nuit la nuit HODGKIN des étoiles blanches la nuit rosée des déperditions des déportations en moteur flash évangile/scanner les feux intimes en grappes de raisin chaos fluidique du sang infime chaos keinen shatten werfen ne pas jeter ne pas jeter d’ombre Leuchten ! Leuchten ! je cherche la vigie où le cantonnier illettré a planté les croix distinctions américaines distinctions allemandes distinctions françaises distinctions anglaises russian distinction belgium dist…
9
Himmevelg Le Chemin du Ciel ! l’image reste mais les morts sont dans leurs onctions désodorisées toujours la lame et les écueils de l’hélice à Hawaï le sang plonge jusqu’aux coraux en plaques d’huile rouge nuits blondes d’hématies qui s’interpellent dans les tuyauteries humaines comme les créatures de Jérôme BOSCH nuit blanche tombale paraboles des médications petit dieu vivant et une vieille dame qui ronflait sur un balustre de pierre en plein midi Piazza Navona la louve de l’oreille sans le sou s’est jetée sur mon sexe je n’ai éprouvé aucune sensation tout était plat comme l’immatérialité des victoires comme l’influidité des conquêtes je n’oublierai pas impossible de faire marche arrière cellulesghiodèsqui s’entrelacent dans les ganglions j’ai prié saint François d’Assise j’ai prié sainte Claire de Foligno j’ai prié DIEU le…le sacro-saint rien rien rien… il fallut remonter faim et soif en cette FAMEUSEnuitHODGKIN nostalgie des alchimies brunes des alchimies qui soulagent des inventaires
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.