La Parole Testament suivi de Chimie

De
Publié par

Enlever ma surface. Prière de ne pas inciser. Eviter les scalpels. Brutalement car elle m'etouffe. M'écrase. Accéder à mes embranchements, à mes égarements, à mon indicible. Accéder à cette plaque brûlante, sauvage et vaste qui s'est insérée en moi, qui glisse le long de ma cervelle, de ma colonne vertebrale, de mes tripes. Toucher et palper. Puis avoir recours à la plume et tenter de transcrire. Tout en sachant que ce geste est dérisoire. Le silence seul est l'exutoire légitime.
Publié le : jeudi 1 mai 2003
Lecture(s) : 199
Tags :
EAN13 : 9782296322752
Nombre de pages : 80
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Utnar Titnol

La Parole Testament
suivi de

Chimie

Préface
Ananda Devi

L 'Hartnattan

A S edlry Assonne, parce qu'il m il permis d'écrire A Anwar Timo4 pour la fidélité au devoir A Shaheen et à S oufyaan

SOMMAIRE

Préface d'Ananda Devi

11

La Parole Testament

17

La Parole Testament

19

Chimie

45

Jenine Nuit Evasion Sens Peau Nimbe A la mer Même Résurrection Elle Ami

47 50 52 54 56 57 58 59 60 61 62

Viens Tenaille Aurore Voyance Rien Funérailles Belle Absolu Chimie L'Amicale Faux

64 66 68 69 70 71 72 73 74 78 80

10

PRÉFACE

« Reste que tu es œuvre d'infidélité»

Cette phrase, dès le premier coup d' œil glissé sur ce manuscrit qui m'arrive un jour par courrier postal sans prévenir, comme arrivent les miracles inopinés me prend au cœur. J'en reste saisie; immobilisée par son éclatement, sa gifle, sa fulgurance. Cette phrase est une clé. Une fenêtre, peut-être même un faisceau de lumière éclairant la poésie centrifuge d'Umar Timol; centrifuge dans laquelle se déversent et sont broyés les mots, pour être restitués avec la dense pulsation d'une veine tranchée. Cette phrase est un départ. Rarement aura été dit en si peu de mots, et de manière aussi lapidaire, ce qu'est l'âme de cette île où nous sommes arrivés, d'où nous avons jailli, et qui nous a construits, fibre à fibre: tu es
sang-mêlé
immaculé d'impuretés

Œuvre d'infidélité, certes. C'est ce que nous sommes. Et fruits de fécondes hybridités. L'infidélité comme état - état de grâce, état de choc ou état d'insurrection:

infidélité à des origines qui nous expliquent en partie mais qui ne disent pas tout de nous, car nous sommes plus que la somme de nos parties. Infidélité à tout ce qui, émergeant de nos failles, rend si vénéneuse la différence. Infidélité à cette dérobade du regard face à son pareil, et aux creuses fidélités du dire. Infidélité aux lâchetés qui pourraient guetter tout écrivain et l'empêcher de vivre «difforme, car [il} n'esf!}
pas de ce lieu ni de ce monde

/

mais libre / libre ». Infidélité,

surtout, aux rigidités de «la langue-maîtresse,a languel traîtresse» et à sa dictature, pour n'être qu'un enfant de « la langue-matrice , la plus douce qui soit, la « languedes »
errances» et des « succulences».

Bien sûr, cette naissance de l'infidélité ne peut se faire sans douleur. Déjà, ces deux langues - français et créole - prennent en « tenaille» le poète et le rendent difficile à lui-même, piégé par le vacillement entre l'amour des langues et la conviction d'une intime trahison. Mais très vite, il comprend qu'elles sont toutes deux essentielles. Et que ce sont là les «déchirements sur les parterres du poète insulaire» qui, en marge, rongé par ce doute, sait qu'il «reste encoreà inventer» son île. Lui trouver des paroles pour son devenir, pour exorciser
ses hiérarchies ses indifférences ses différences découpées déchiquetées décapitées

12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.