La plume légère

De
Publié par


Besoin d’un moment de détente, d’une pause ?



Suivez cette plume qui vous mènera à travers un voyage poétique mettant en avant les plus beaux thèmes que sont l’amour, l’amitié, la famille, la vie… ainsi que tout ce que l’existence peut nous permettre de vivre ou ressentir.



Une lecture qui saura ravir l’amateur le plus exigeant, pour le bonheur de tous nos sens.



« La poésie est une espèce de musique : il faut l’entendre pour en juger. »

VOLTAIRE, Lettres philosophique XXII, 1734




La plume légère est le premier recueil de poésie de Grégory Mallet, auteur de la Loire passionné par l’écriture.

Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 46
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9789999993151
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Vie-vant L’amour, avec un grand A, en est le premier composant. Celui qui permet à deux moitiés, De s’unir dans la plus belle des voluptés, Pour amener deux cellules vers un état fusionnant, Au milieu d’une étincelle de lumière, Se terminant par un être fini. Au bout d’une attente, souvent interminable, Pour des parents, à la patience admirable, Ils découvrent le résultat plein d’une vie, Dont, par avance, ils savent qu’ils seront fiers. Voilà devant nos yeux le miracle, Sans cesse répété de la création. Permettant le renouvellement des générations, Afin que continue le spectacle, Permanent, du grouillement des espèces. Offrant à notre bonne planète, dite bleue, L’heureuse vie-sion de la Vie, pensionnaire Unique, de tout notre système solaire. Vie-vifique Vie, l’œuvre, pour certains, d’un possible Dieu, Voulant épater la galerie, et ainsi montrer son adresse, En touillant la soupe originelle, Pour en sortir le plus beau miracle qui soit.
5
Miracle, nous faisant nous agenouiller devant cet exploit, Permettant à deux cellules de fusionner en une [pas du tout vie-rtuelle, Grâce à cet amour, immense, entre deux êtres. Nous donnant l’opportunité d’être des vie-siteurs privilégiés, Du ruban du temps qui se déroule, Sous nos yeux ébahis, qui se soulent, De cette magie si merveilleuse, qui ne saurait se raréfier. Car tu es tout ce que l’Univers a fait naître Toi la Vie.
6
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi