La Polynésie, ce sublime ailleurs...

De
Publié par

Écrit lors de quatre séjours de l'auteur en Polynésie, ce recueil s'attache à faire découvrir la magie de ces cinq archipels de l'océan Pacifique où les espaces de sable et de roches sont façonnés par les flots en lagons, récifs, motus, monts ou pics...
Des Îles de la Société en passant par les Tuamotu, les Marquises, les Gambier et les Australes, la musique des mots et des vers se mélange aux voix polynésiennes pour raconter les sons, les parfums, les couleurs et l'attachement d'un peuple à ces bouts de terre parsemés sur l'océan.
Voyageur et plongeur, le poète évoque dans cet ouvrage tant les paysages terrestres ou marins que les habitants avec leurs croyances ancestrales, ou encore d'illustres artistes en quête d'un ailleurs sans cesse renouvelé.


Publié le : jeudi 18 septembre 2014
Lecture(s) : 3
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332749895
Nombre de pages : 206
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-74987-1

 

© Edilivre, 2014

Dédicace

 

 

A ma femme Martine,

Pour ce temps du partage qui s’est fondu dans les chants et les murmures de ces jours exquis que nul oubli ne saurait entamer tant ils sont et demeurent en nous.

Lectrice, lecteur,

Toi qui au gré de ces pages

Vas suivre mon vagabondage,

Entre le beau et le sublime,

Entre le bleu et la lumière,

Ecoute le chant de l’alizé

Dans son murmure de l’infini.

Ici tu vis un autre monde

Quand le soleil au ras des vagues

Dessine des fées au teint luisant

Et leur donne vie dans la gaieté.

Des elfes fous et des nymphes gaies

Peuplent le cœur des cocoteraies

Où les oiseaux sont les témoins

De leurs secrets de troubadour.

Tous les matins ont la magie

De la douceur et d’la beauté,

De la puissance ou du tourment,

Qui sont l’essence de tant de charmes.

Entre soleil et ombre fine,

Entre le grain ou le ciel lourd,

Les parfums dansent avec le vent

En un ballet qui te submerge.

J’aime à fouler les plages blondes

Qui se déroulent sans retenue

À la lisière d’un horizon

Dont ton regard est trait d’union.

Entre ces phrases où je frissonne

Les mots se jouent des sentiments

Et ne savent plus de la parole

Le sens profond que tu lui donnes.

Toutes les îles ont d’la couleur

Le ravissement et l’inconnu

Et chaque fleur est un cadeau

Qui te bouleverse au plus profond…

Le rêve est là en filigrane

Et tu l’approches sans le toucher

Car tu pourrais le lézarder

Et ne jamais te réveiller…

Laisse-toi aller là où le charme

Est du dessin la ligne pure

Car l’irréel est en ces lieux

Une pirouette du quotidien…

1ère partie :

Bleu alizé
ou de la couleur au parfum

Des Îles de la Société aux Tuamotu

01 – Folie onirique

02 – Départ

03 – Le saut de Lune

04 – Les mers du Sud

05 – Prière marine

06 – Ta peau…

07 – Hors saison

08 – Orage

09 – Petit matin

10 – Grosse mer

11 – Souvenir

12 – Le pétrel

13 – Le sublime

14 – Polyfrénésie

15 – Traversée buissonnière

16 – Kiaora sauvage

17 – Avea-Rahi

18 – Raimiti

19 – Voyage floral

20 – Au retro…

21 – Expression

22 – La passe du lagon

23 – Retour des Tuamotu

24 – Du bleu et du vert

Des Îles de la Société
aux Tuamotu

Quand la couleur est du bleu un prisme d’alizés,

Quand le sublime laisse sans voix la vague millénaire,

Quand le rêve s’évapore en nuages vagabonds,

Laisse-toi aller à ton imaginaire et partage ce bonheur avec le plus grand nombre…

Folie onirique

Il est des rêves fous

Aux abîmes des brisants,

Des clichés dont le flou

Est un brin apaisant

Quand l’alizé murmure

Ses airs polynésiens

Où le grave est si pur

Et l’aigu aérien…

L’attente est par nature

Une parenthèse de vie,

Un silence qui perdure

Sans crainte de l’infini

Où même le dernier mot

Est un cri pour la joie

Qui n’est jamais de trop

Quand son souffle est pour Toi…

La mer est accueillante

Dans son bleu Pacifique

Où la vague lancinante

A perdu sa rythmique

Sans y laisser sa grâce

Là dans le clapotis

De la grève où s’enlacent

Les pas des êtres épris.

STRASBOURG le 20. VIII.2009

Départ

Je pars sous la grisaille

Et les feuillages roux

Des nuages en bataille

Entre chiens et loups !

Je m’en vais, je décolle

Vers un ailleurs marin

Où les îles convolent

Avec les vagues sans fin…

La mer y est turquoise

Sous le soleil brûlant

Quand les palmes pavoisent

Dans le vent lancinant.

Seuls quelques cumulus

Sur l’horizon maraudent

Et narguent de sauts de puces

L’azur en chiquenaude !

L’oiseau y est complice

De parfums étonnants

Quand l’alizé se glisse

Parmi les atolls blancs.

S’il est un paradis

Sur cette terre si vieille

Il est Polynésie

D’un rêve qui sommeille…

ROISSY CDG-LOS ANGELES le 24. X.2009

Le saut de Lune

Pirouette de la lune

Dans un ciel plein d’étoiles

Où aucune n’est commune

Tels des grains sur une toile !

Mais l’étoile est filante

En sa longue trajectoire

Ou sa courbe stridulante

Qui tient de la mémoire.

Seul dessin de l’ovale

Diaphane et imparfait

La lune est en cavale

Dans les nues pour de vrai !

Hirsute et aérienne,

Sans filin ni filet

Elle est cette terre ancienne

En son habit discret.

J’aime son saut de l’ange

Qui est tout en souplesse

Malgré des pauses étranges

Si proches de la paresse…

LOS ANGELES-TAHITI le 24. X.2009

Les mers du Sud

L’alizé est tout blanc

A flâner dans les airs,

Vaporeux cumulus

Perdus parmi les nues

Où le soleil s’affaire

En ses rayons ardents !

Le bleu des mers du sud

Captive tous les regards

A la frange des brisants

Où la vague frise l’argent

Avant qu’elle ne s’égare

Sur le récif trop rude.

Les flots à l’infini

Au-delà du lagon

Qui bousculent les couleurs

Comme le cœur du bonheur

En sa récitation

De quatrains interdits !

La mer immense au loin,

Indocile et si belle

Qu’un rien la fait changer

Journée après journée

Car déjà éternelle

Elle n’a jamais de fin…

MOOREA le 25. X.2009

Prière marine

La mer est bleue et verte

Sans fin aux alentours

Et part en découverte

De tant de phrases d’amour

Comme on tricote les notes

Des vagues sur les brisants

Quand elles ont la parlote

Et frémissent sous le vent.

Pas de place pour le vide

Ou son silence pesant

Sur cette onde placide

Où naissent les tourments

Quand l’alizé forcit

Et que le grain cisaille

Le ciel toujours plus gris

Pour devenir pagaille !

La mer en blanc et gris

Pour une danse rebelle

Où ses chants sont des cris

Vociférés pêle-mêle

Comme une incantation

Pour l’âme des marins

Qui errent en tourbillon

En des fonds incertains…

MOOREA le 26. X.2009

Ta peau…

Ta peau est mappemonde

Et j’y perds mon latin

Seconde après seconde

Quand le désir m’étreint !

Mes doigts laissent libre cours

A l’imagination

Pour trouver le velours

Où se love la passion.

Fiévreux et impatients

Ils suivent toutes les courbes

Cultivant l’inconscient

De postures trop lourdes !

Rien que des simagrées,

Des hoquets névrotiques,

Chair de poule effrontée

En grains initiatiques !

De montée en descente

Mes mains sont de caresse

Quand le frisson serpente

Jusqu’au sommet des fesses !

Du frais à la chaleur

C’est un tour de la terre

Des pôles à l’équateur

Sans oublier la mer.

Ta peau est tour du monde

Et j’y perds mon câlin

En lignes vagabondes

Sur les lignes de ta main.

HUAHINE le 28. X.2009

Hors saison

Novembre est en été

Sous le soleil sans fard

Où la moindre beauté

A les traits du hasard.

Ici le jour s’évade

Sur le lagon désert

Où les flots sont balade

Et caressent la terre.

Nul besoin de partir

Tant le calme est intense

Au point d’être avenir

A rester en avance.

S’il n’est de paradis

Son dessin s’en approche

Et même les jours de pluie

La mer a ses accroches.

La vague sur les brisants

Accorde son murmure

Aux couleurs de l’instant

Quand il est démesure !

Novembre est hors saison

Parmi les fleurs offertes

Où quelques papillons

Vivent la découverte.

HUAHINE le 28. X.2009

Orage

La nuit est noire

Le grain est dru

Il faut bien croire

A l’inconnu…

L’orage gronde

L’éclair jaillit

Brève seconde

En graffitis !

Le vent redouble

La mer grossit

Et dans son trouble

Fuit l’infini…

La pluie pianote

Sur la nature

Fait des gargotes

Le long des murs…

Plus de silence

Tout est fracas

Dans cette...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant