//img.uscri.be/pth/f0fd9090b1a4ed1cbf21e67f9f2ec4c20119ed2e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La Volonté du Temps

De
181 pages

Les anecdotes et les poèmes qui composent ce recueil sont une invitation à entrer dans la vie de Madeleine, petite fille née à "fleur de terre" et qui a fait une fois pour toutes le choix de sourire quoi qu'il advienne.

Publié par :
Ajouté le : 01 avril 2011
Lecture(s) : 43
EAN13 : 9782296805583
Signaler un abus
La
volonté
du
temps
               
Collection « Vivre et lécrire » dirigée par Pierre de Givenchy  (voir en fin douvrage la liste des titres de la collection)      Du même auteur dans dautres collections ou chez dautres éditeurs  Pages en Survie, LHarmattan Le Rêve dExcelle, éditions Flam, Orléans Effluves, éditions Flam, Orléans
 
© LHarmattan, 2011 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-54595-3 EAN : 9782296545953 
La
Made
Jarry
volonté
du
temps
L’Harmattan
Introduction
Soucieuse de la fluidité du texte, il m’a plu de l’écrire pour ma famille et mes amis, et pour ceux qui y trouveront quelques attraits sensibles à leur cœur…
Made Jarry
Intrigue, pour vous, cher lecteur. À quelle page est-il dit : « Quand on ouvre la fenêtre, la maison devient sage… »
7
Avant-propos
Lorsqu’elle eut foulé de ses pieds enfantins le sol de sa Normandie natale, Madeline bouda tout d’abord la vie. Elle pleurnichait souvent. Ce sont les douceurs et la tendresse de sa grand-mère Josée qui l’amenèrent à plus de confiance au temps et à l’à-venir qui se présentait à elle. Sa mère, Jennie, dont le mari était absent, prisonnier de guerre en 1939-40, lui rapportait de ses travaux des champs la fraîcheur et la « vivance » qui remplissaient d’oxygène les cœurs de la maisonnée engrisaillée par les nouvelles par-fois désolantes de la guerre qui s’éternisait. Madeline ne revit son père qu’à l’âge de dix ans. Quant à lui, il ne la reconnut pas. L’absence des siens avait faussé le caractère de sa vie. L’appel des saisons qui fabriquaient les années formait le caractère déjà précieux de Madeline, comme si les mots l’eussent entraînée à la clémence, sous le regard compatible du ciel. Elle devint poète sous l’effet de l’attentive observation de la nature qui l’environnait et qui changeait d’un jour à l’au-tre, remplissant son cœur et son esprit de délices assouvis et passagèrement gratifiants. « La vie, disait Maupassant, ça n’est jamais si bon ni si s qu on cr mauvai ’ oit. »
Contre le gré de ses parents, Madeline dut se satisfaire d’un mariage pauvre et difficile. Mais la fierté de sa jeunesse n’eut pas trop à en souffrir. Les événements plus ou moins facétieux reprirent leur droit, communément parlant, puisqu’elle va nous offrir, à la fin de son livre, une belle gerbe de poésies.
9
Made Jarry
Petite,
Madeline
10
boudait
la
vie