Larmes d'une colombe apaisée

De
Ouvrage des Editions Salamata en coédition avec NENA

Ce recueil est d'abord un poème-symbole c'est à dire l'aboutissement d'un processus qui cherche à extirper de l'auteur toute forme de rancune, pour mieux assainir les relations avec le prochain. Et le prochain apparaît dans cette ouvre comme étant ceux qu'elle a eu à offenser comme ceux qui l'ont offensée. D'une façon abstraite c'est l'humain universel, c'est-à-dire des frères et des sours et peu lui importe leur couleur. C'est donc un chant de réconciliation avec l'Autre, qui finalement n'est pas autre que soi, ni meilleur ni pire. Il est aussi poème-extase, prétexte à la contemplation et à la méditation, pour une relation complexe mettant face à face l'infiniment grand et l'infiniment petit. Une relation qui trouve tout son soubassement dans un mélange d'innocence et de culpabilité, de crainte et d'espoir, de regrets et de confiance, de lamentations et de louanges, de doléances et de reconnaissance. C'est enfin un poème-catharsis.
En ce sens il cherche à humaniser d'abord l'intime relation de l'auteur c'est-à-dire avec elle-même, pour la rendre plus indulgente avec elle-même, à travers une purification d'une certaine part de son être qu'elle qualifie, sans détours, d'un cocktail d'épreuves et de grâces.
Ainsi l'on se rend compte à quel point Il était important pour la poétesse d'écrire sur le pardon, celui qu'elle quémande mais aussi, celui qu'elle accorde et celui qu'elle s'accorde. Et c'est là une étape fondamentale et incontournable d'un cheminement, d'une construction et surtout de l'équilibre de l'Etre.
L'auteur a de ce fait volonté d'entrouvrir toutes les portes de générosité faites de clémence et de dépassement de soi dans la quête d'un humanisme toujours dominant.
Publié le : mardi 30 juin 2015
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782370150561
Nombre de pages : 31
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait

Dans l’Amour et comme une première fois
Je viens vers toi
Quel que soit ce qui en toi est essentiel
Tu es l’humain universel
Tu es mon frère ma sœur
Peu importe ta couleur
A toi que par mégarde j’ai pu offenser
A tout cœur que j’ai pu briser
A toute âme que j’ai eu à chagriner
Je viens solennellement dire que je suis désolée

**
*

Laisse-moi donc te dire
Ma sœur mon frère
Que je suis toi

Et que mien est ton moi
Car c’est mon reflet que tu apercevras
Lorsque tu te chercheras
Dans tous tes miroirs
C’est moi que tu trouveras sur ta route
Sur toutes tes routes
Et tous mes sentiers me mèneront à toi
Je suis toi
Tel que tu es moi
Nos destins depuis fort longtemps sont unis
Depuis même l’aube de la vie
Depuis même la gésine du temps
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le regard de l'aveugle

de coedition-nena-editions-salamata

La coque trouée

de coedition-nena-editions-salamata

Le naufrage du Joola ou devoir de mémoire

de coedition-nena-editions-salamata

suivant