Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le cahier des éloges, lettres et illuminations

De
86 pages
Sous la plume de William Omer, Le cahier des éloges, lettres et illuminations est un recueil de poèmes qui tirent leur inspiration des oeuvres de quelques grands hommes, de lettres adressées aux divers horizons, et des chants qui célèbrent la beauté de l'univers et l'amour. Les thèmes abordés relèvent d'un intérêt tant littéraire que social.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

masques illustrant les Igures emblématiques,
d’étoiles pour illumination.
William OMER
William O LE CAHIER DES ÉLOGES, LETTRES ET ILLUMINATIONS Poésie
Préface de François Bingono Bingono
LITTÉRATURES ET SAVOIRS
Le cahier des éloges, lettres et illuminations
Littératures et Savoirs Collection dirigée parEmmanuel Matateyou Dans cette collection sont publiés des ouvrages de la littérature fiction mais également des essais produisant un discours sur des savoirs endogènes qui sont des interrogations sur les conditions permettant d’apporter aux sociétés du Sud et du Nord une amélioration significative dans leur mode de vie. Dans le domaine de la création des œuvres de l’esprit, les générations se bousculent et s’affrontent au Nord comme au Sud avec une violence telle que les ruptures s’accomplissent et se transposent dans les langages littéraires (aussi bien oral qu’écrit). Toute réflexion sur toutes ces ruptures, mais également sur les voies empruntées par les populations africaines et autres sera très éclairante des nouveaux défis à relever.  La collectionLittératures et Savoirs est un espace de promotion des nouvelles écritures africaines qui ont une esthétique propre ; ce qui permet aux critiques de dire désormais que la littérature africaine est une science objective de la subjectivité. Romans, pièces de théâtre, poésie, monographies, récits autobiographiques, mémoires... sur l’Afrique sont prioritairement appréciés. Déjà parus Sophie Françoise BAPAMBE YAP LIBOCK,La sonnette d’alarme,2015. Emmanuel MATATEYOU (ed),L’écriture du roi Njoya. Une contribution de l’Afrique à la culture de la modernité, 2015. Emmanuel Célestin MBARGA,La sacoche mystérieuse, 2015. Maboa BEBE,Ewande. Amour, peurs, espoir, 2014. TOMA de l’EAU,Soir au village ou Globalisphère, 2013. Léonard FOKOU,L’Aurore de l’Aurore, 2013. Germain DONFACK,La paix à tout prix, 2013. Sosthène Marie ATENKÉ-ÉTOA,Les poèmes de la passion, 2013. AYANGMA-BONOHO,Noire cité, 2013. SALTAIRE,Judas de jadis – Judas d’aujourd’hui, 2013. Herbert MOFFO KAZE,La dent du coq, 2013. Léonard FOKOU,L’Odyssée d’un enfant dans un monde en dérive,2013.
William OMER
Le cahier des éloges, lettres et illuminations
Poésie Préface de François Bingono Bingono
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08029-1 EAN : 9782343080291
À
Tchuisseu Emmanuel
Et
Lowé Martine
PRÉFACE Béate et explorée, majestueuse et chétive, exaltante et mélancolique, concrète et conceptuelle, voilà entre autres, autant d’épithètes qui par les oxymores dépeignent la nature, celle visible et invisible qui sert d’abreuvoir à tous les poètes : William Omer vient d’y boire, happé par le philtre irrésistible des maîtres du mot. De quoi qu’il s’agisse, la poésie reste et demeure le chant intime et intimiste du poète qui, du soliloque de sa communication intra personnelle de départ où il est à la fois émetteur et récepteur, explose et mute par le biais d’un florilège vers l’instance d’une communication intra personnelle. Alors, lui, il, le poète, s’adresse à un auditorat aussi vaste que le permettent les limites du recueil. L’univers et son versant le plus accessible qu’est la nature restent parfois une nébuleuse pour les uns, un objet de contemplation pour les autres. Les maîtres de la parole en font un frère et une sœur, un ami et/ou un ennemi, un complice et/ou une cible, tant les humeurs et les états d’âme sont changeantes, et la même réalité si polysémique qu’elle peut passer de l’envers à l’endroit, tout dépendant de qui cerne le sujet.Le cahier des éloges, lettres et illuminationsWilliam nous de semble s’inscrire en droite ligne de cette perception et vision du monde où tout ne saurait être pareil, et/ou l’équilibre et l’harmonie sont fils et filles de la juxtaposition de choses antithétiques. Autant on reconnaît la splendeur du jour grâce à l’obscurité des ténèbres, autant le mal lui-même concourt à l’exaltation du bien. Si les contraires n’avaient pas existé, le concept d’équilibre n’aurait eu aucun sens. Ainsi va la poésie de William, une adjonction du beau et bon, tel qu’on peut l’apprécier à la lecture du fond et de la forme. Parlant de la forme, l’auteur joue de fantaisies en empruntant à une graphie géométrique où l’on reconnaît aisément aux contours : un continent, des pays, des fresques de la vie, scènes bucoliques et drames oniriques. Il s’agit là de l’expression du souci d’un vide à combler à chaque occurrence qu’on évoque la poésie : la forme.