7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou

Partagez cette publication

LE CŒUR COMME UN
POING DE BOXEUR

NoraIuga

LE CŒUR COMME UN
POING DE BOXEUR

Traduit duroumain parAlainParuit

Préfacé parConstantinAbaluta

LEVÉE D’ANCRE

L’Harmattan

© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-11206-3
EAN:9782296112063

Préface

D’après le critiquelittéraire Gheorghe Grigurcu«Nora
Iuga estune desauteurs qui illustrent lamutation
intervenue, ces dernièresannées, dans lalyrique féminine. Onest
passé dela coquetterie, dela grâce, duton romantique, àla
crispation, àlalucidité amère, autémoignagesur la crise,
l’aliénationdel’être et la décompositiondulangage
traditionnel…NoraIuga aspire às’affranchird’une
banalitémuséale, del’ennui réservé àla femme, dans son
milieudomestique. D’ailleurs,la créationencause est
féminine d’une autre façon,récupéréepar soncaractère
maternel,sonautoreprésentationcomme fruitbiologique,
portanten son noyaula fatalité del’évolution.»
Lucien Raïcou, àson tour,méditesur la difficile et
trompeusestratégietextuelle del’auteur: « …poètemême
lorsqu’ellen’enapas l’air,lorsqu’elle fait tout pour se
protégerdelapoésie, comme d’une calamiténaturelle,
d’un malheur survenubrusquement…ChezNoraIuga,la
tentative deperdresatrace, dese cacheret,jusqu’àun
certain point, dese falsifier,n’apparaît
pasdutoutanormale.Ainsi laqualitélyriquereste-t-elle au-delà dudoute.En
s’arrachantauxtentationsfacilesdelapoésie abusivement
féminine, dans laquelleon oublie habituellement quel’acte
poétiquenepeut se confondre avecl’actevital,lalyrique
deNoraIugatrouveuneindépendancerebelle,très
prometteuse, fondéesur laliberté del’esprit.»
Lapoésie deN. Iuga estunétrange carrousel tournantà
l’infini,mais son mouvement insoumiséchappetoujours
auxmoules prévisibles. Toutestendevenir,les signes
unificateursfonctionnent seulementdans leszones
damnéesdel’existence,làoù«lesgens portentdes