Le coeur comme un poing de boxeur

De
Publié par

Les deux composantes majeures de cette poésie ont toujours été la dictée automatique et le frisson existentiel, tendre ou révolté, brutal ou à peine suggéré. La suite d'images juxtaposées qui constituent le poème est à la fois le fruit du hasard objectif, comme chez les surréalistes, et le produit d'une science de la construction qui accentue tantôt l'écoeurement ontologique, tantôt la nostalgie. "Une irrésistible attraction / une jeune fille même une jeune fille était / ce fantôme blanc / un ectoplasme qui parlait au téléphone / puis le coup du jour en pleine figure / lorsque le téléphone disparaissait / y compris ses chiffres / il se cachait dans un foret / parmi les champignons rouges / comme des signaux d'alarme / on a déchiré ma réalité / et d'en dessous surgit la face du cheval / qui court seul sans jockey".
Publié le : lundi 1 mars 2010
Lecture(s) : 289
EAN13 : 9782296694545
Nombre de pages : 70
Prix de location à la page : 0,0059€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

LE CŒUR COMMEUN
POING DE BOXEURNora Iuga
LE CŒUR COMME UN
POING DE BOXEUR
Traduit du roumain par Alain Paruit
Préfacé par Constantin Abaluta
LEVÉE D’ANCRE
L’Harmattan© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN: 978-2-296-11206-3
EAN: 9782296112063Préface
D’aprèslecritique littéraire Gheorghe Grigurcu « Nora
Iuga est une des auteurs qui illustrent la
mutationintervenue,ces dernières années,dans la lyrique féminine. On est
passéde la coquetterie, de lagrâce, du ton romantique,à la
crispation,à la luciditéamère, au témoignage surlacrise,
l’aliénation de l ’êtreetladécomposition du langa ge
traditionnel… Nora Iuga aspireà s’affranchir d’une
banalité muséale, de l’ennuiréservéà lafemme, dans son
milieu domestique. D’ailleurs, lacréation en causeest
féminine d’uneautrefaçon, récupé rée par son caractère
maternel, son aut oreprésentation comme fruit biologique,
portant enson noyau lafatalitéde l’évolution. »
Lucien Raïcou, à son tour, médite sur ladifficile et
trompeuse stratégie textuellede l’auteur: «… poète même
lorsqu’elle n’en a pasl’air, lorsqu’elle fait toutpour se
protéger de la poésie, comme d’unecalamité naturel le,
d’un malheursurvenu brusquement… Chez Nora Iuga, l a
tentativede perdre sa trace,desecacher et, jusqu’à un
certain point,de se falsifier, n’apparaîtpas du t out
anormale. Ainsi la qualité lyrique reste-t-elle au-delà du doute. En
s’arrachant aux tentations faciles de la poésieabusivement
féminine, dans laquelle on oubliehabituellementque l’acte
poétique ne peutseconfondre avec l’acte vital, la lyrique
de Nora Iuga trouve une indépendance rebelle, très
prometteuse, fondée sur la libertéde l ’esprit. »
La poésiede N. Iuga est un étrange carrousel tournant à
l’infini, mais sonmouvement insoumis échappe toujours
aux moules prévisibles. Tout est en devenir, lessignes
unificateurs fonctionnent seulement dans les zones
damnées de l’existence, là où « l es gens portent des
Q

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.