//img.uscri.be/pth/ada85b2fa09e66eb4e705de4db5db5341ae53783
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le Crève-cœur

De
88 pages
Rédigés pendant la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle il a été mobilisé, les poèmes du "Crève-coeur" mêlent élans patriotiques et élans amoureux...
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

couverture
 

ARAGON

 

 

Le

Crève-cœur

 

 
NRF

 

 

GALLIMARD

 

A ELSA

 

chaque battement de mon cœur.

 

VINGT ANS APRÈS

 

Le temps a retrouvé son charroi monotone

Et rattelé ses bœufs lents et roux c'est l'automne

Le ciel creuse des trous entre les feuilles d'or

Octobre électroscope a frémi mais s'endort

 

Jours carolingiens Nous sommes des rois lâches

Nos rêves se sont mis au pas mou de nos vaches

A peine savons-nous qu'on meurt au bout des champs

Et ce que l'aube fait l'ignore le couchant.

 

Nous errons à travers des demeures vidées

Sans chaînes sans draps blancs sans plaintes sans idées

Spectres du plein midi revenants du plein jour

Fantômes d'une vie où l'on parlait d'amour

 

Nous reprenons après vingt ans nos habitudes

Au vestiaire de l'oubli Mille Latudes

Refont les gestes d'autrefois dans leur cachot

Et semble-t-il ça ne leur fait ni froid ni chaud

 

L'ère des phrases mécaniques recommence

L'homme dépose enfin l'orgueil et la romance

Qui traîne sur sa lèvre est un air idiot

Qu'il a trop entendu grâce à la radio

 

Vingt ans L'espace à peine d'une enfance et n'est-ce

Pas sa pénitence atroce pour notre aînesse

Que de revoir après vingt ans les tout petits

D'alors les innocents avec nous repartis

 

Vingt ans après Titre ironique où notre vie

S'inscrivit tout entière et le songe dévie

Sur ces trois mots moqueurs d'Alexandre Dumas

Père avec l'ombre de celle que tu aimas.

 

Il n'en est qu'une la plus belle la plus douce

Elle seule surnage ainsi qu'octobre rousse

Elle seule l'angoisse et l'espoir mon amour

Et j'attends qu'elle écrive et je compte les jours

 

Tu n'as de l'existence eu que la moitié mûre

O ma femme les ans réfléchis qui nous furent

Parcimonieusement comptés mais heureux

Où les gens qui parlaient de nous disaient Eux deux

 

Va tu n'as rien perdu de ce mauvais jeune homme

Qui s'efface au lointain comme un signe ou mieux comme

Une lettre tracée au bord de l'Océan

Tu ne l'as pas connu cette ombre ce néant

 

Un homme change ainsi qu'au ciel font les nuages

Tu passais tendrement la main sur mon visage

Et sur l'air soucieux que mon front avait pris

T'attardant à l'endroit où les cheveux sont gris

 

O mon amour ô mon amour toi seule existe

A cette heure pour moi du crépuscule triste

Où je perds à la fois le fil de mon poème

Et celui de ma vie et la joie et la voix

Parce que j'ai voulu te redire Je t'aime

Et que ce mot fait mal quand il est dit sans toi

 

J'ATTENDS SA LETTRE AU CRÉPUSCULE

 

Sous un ciel de cretonne

Pompadour et comment

Une petite auto

Navigue

Et l'écho ment

Et qu'est ce chant qu'entonne

Le soir au bois dormant

Dans le parc monotone

Où rêve un régiment

Qui dans l'ombre cantonne

Au fond du bel automne

 

Que les heures tuées

Guerre à Crouy-sur-Ourcq

Meurent mal Et tu es

Mon âme et mon vautour

Camion de buées

Mélancolique amour

Qui suit l'avenue et

Capitaine au long cours

Quitte pour les nuées

Les terres remuées

Y vois-tu ma maîtresse

Triste triste et rêvant

 

Et cette dorure est-ce

Trésor mordu souvent

Sa coiffure terrestre

Que me dit-elle ô vent

Que me dit-elle Reste

Reste ici comme avant

Les batailles de l'est

 

Rien dit le vaguemestre

 

LE TEMPS DES MOTS CROISÉS

 

O soleil de minuit sans sommeil solitude

Dans les logis déserts d'hommes où vous veillez

Epouses d'épouvante elles font leur étude

Des monstres grimaçants autour de l'oreiller

 

Qui donc a déchaîné la peur cette bannie

Et barbouillé de bleu panique les carreaux

Le sable sous le toit Dans le cœur l'insomnie

Personne ne lit plus le sort dans les tarots

 

Sorciers vous pouvez seuls danser dans la bruyère

Elles ne veulent plus savoir si tu leur mens

Amour qui les courbas mieux qu'aucune prière

Quand la Gare de l'Est eut mangé leurs amants

 

Femmes qui connaissez enfin comme nous-mêmes

Le paradis perdu de nos bras dénoués

Entendez-vous nos voix qui murmurent Je t'aime

Et votre lèvre à l'air donne un baiser troué

Cette édition électronique du livre Le Crève-cœur de Louis Aragon a été réalisée le 12 mars 2015 par les Éditions Gallimard.

Elle repose sur l'édition papier du même ouvrage (ISBN : 9782070202164 - Numéro d'édition : 9520216).

Code Sodis : N25223 - ISBN : 9782072251276 - Numéro d'édition : 197913

 

 

Ce livre numérique a été converti initialement au format EPUB par Isako www.isako.com à partir de l'édition papier du même ouvrage.