//img.uscri.be/pth/1538ddd25268d0ab8de043c5d9216fb0c28e1f1f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI - PDF

sans DRM

Le Miroir brisé

De
80 pages

Tout au long d’une vie, l’on se regarde dans le miroir, vérifiant que l’on n’a pas trop changé. Et puis un jour, il se brise et chacun de ses fragments reflète une vérité morcelée et différente.

Il en est de même pour Georges Bleuhay, dont les poèmes sont autant de fragments de sa vie. Ses haines ? Ses amours ? Peu importe, il les jette avec passion dans ses écrits. Et ce sont ces moments de détresse ou de joie que le lecteur partagera dans ce nouveau recueil.

Un ouvrage que l'amateur de poésie se doit de posséder !


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-23516-7

 

© Edilivre, 2016

Du même auteur

Du même auteur :

Le cœur fou (Edilivre 2014)

Le cœur marigot (Edilivre 2015)

Le Cœur à vau-l’eau (Edilivre 2015)

L’errance poétique (Edilivre 2016)

L’âme en révolte (Edilivre 2016)

Le Miroir brisé

 

 

 

Si jeune j’adorais regarder le reflet

Donné par le miroir du monde où je vivais

Je ne supporte plus de m’y voir confronté

À l’enfer sur terre dont je veux m’évader

Dédicaces

 

 

 

Je dédie ce recueil à toutes les personnes qui m’ont encouragées dans ce labeur souvent ingrat d’écrire des vers à une époque où la poésie est souvent reniée, sinon moquée. Pourtant elle peut faire rêver, parer l’âme du lecteur de multiples couleurs qui lui permettent de fuir le gris et la banalité d’un monde ou la sensibilité humaine a tendance à disparaître !

Citations

 

 

 

La poésie est le miroir brouillé de notre société. Et chaque poète souffle sur ce miroir : son haleine différemment l’embue.”

Louis Aragon

“Qui voit la figure humaine correctement ? Le photographe, le miroir ou le peintre ? ”

Pablo Picasso

“Les poètes ne sont pas intéressés par les faits, mais seulement par la vérité. Leur vérité est si inébranlable que même ceux qui haïssent les poètes par simple instinct naturel sont exaltés tout autant que terrifiés par eux.”

William Faulkner

“On ne peut être poète sans quelque folie.”

Démocrite !

Prière à Vénus

J’aimerais qu’elle vienne la belle que j’attends

Celle dont je rêve et que je veux aimer

De toute la passion du plus fou des amants

Et perdre la raison rien qu’à la regarder

Tremblant de la toucher doux pour la caresser

Mon âme chercherait tout au fond de ses yeux

La vision du plaisir que je pourrais donner

À ce corps délicat tellement merveilleux

Oui je l’implorerais d’accepter à jamais

En esclave soumis soucieux de ses désirs

Toute l’adoration que je lui donnerais

Seul je m’abandonne à cette espérance

Je veux encore aimer je veux encore souffrir

De ce mal délicieux et de sa puissance

Dilemme

Parfois il est trop tard pour avoir des regrets

De n’avoir pas compris ou mal interprété

Tout ce que son regard suppliant te disait

Le chagrin si profond que tu avais causé

Car un mot maladroit ou un geste énervé

Peut suffire parfois à la blesser au cœur

Elle t’aimait tellement et tu l’as fait pleurer

Et toi imbécile tu as pris l’air moqueur

Pourtant au fond de toi tu avais le désir

Et de la consoler et de la câliner

Mais devant ton orgueil elle a voulu partir

Maintenant tu ne sais comment la retenir

Tu te demandes en vain va-t-elle me pardonner

Embrasse-la idiot avec un grand soupir

À la femme que j’aime

En voyant sa photo j’ai eu un coup au cœur

Elle était si belle de suite elle m’a plu

J’étais solitaire et j’ai eu même peur

D’avouer mon trouble car j’étais trop ému

Mais elle me répondit quand je lui ai écrit

Et le charme opéra à notre rendez-vous

À ma déclaration elle m’a souri

Cupidon était là il a veillé sur nous

Je la pris dans mes bras dans un très long baiser

Elle s’agrippa à moi avec un grand soupir

J’étais au nirvana et je croyais rêver

Désormais ensemble nous aurons le bonheur

De partager tous deux cette vie à venir

Vivre une passion l’amour est tentateur

Demain, c’est la fête

C’est le bonheur complet elle sera là demain

Cette femme adorable dont je suis amoureux

Qui m’allume le brasier dans un cœur en regain

Que je vais embrasser dans un élan fougueux

Oh retrouver son corps me perdre dans ses...