Le soupir des mots

De
Publié par

La poésie de l'auteur est irriguée par la note de musique qu'émet son soupir des mots. Non pas soupir las et fatigué, il est justement lyrique. A travers des thèmes courants de la poésie comme les maux de certains jours et les bonheurs qui s' insèrent entre-eux, l'auteur convoque des thèmes plus personnels comme ceux de la guerre d'Algérie.
Publié le : samedi 1 septembre 2012
Lecture(s) : 15
Tags :
EAN13 : 9782296504950
Nombre de pages : 120
Prix de location à la page : 0,0076€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Benabdallah DRIDJ
Le soupir des mots
Préface de Yves de L’Espinay
Le soupir des mots
Collection «Vivre et lécrire» dirigée pár Pierre de Givenchy voir en fin douvráge lá liste des titres de lá collection © L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00207-1 EAN : 9782336002071
Benábdálláh DRIDJ
Le soupir des mots
LHármáttán
PRÉFACE
 Le soupir des mots », comme si vous y étiez…
Ces mots assemblés suintent lamitié, lamour, la nostal-gie, la rencontre, la difficulté dêtre. Un pays qui vous ac-cueille et qui vous apprend  la poésie de toute la bande ». Un autre qui nest plus tout à fait le vôtre où les hommes sont des  algéaériens » en attente dun destin.
La lecture dOujdá, son premier roman, nous avait emme-nés aux confins du Maroc et de lAlgérie et dans Oujda, cette ville qui devenait unno máns lándpour un père de famille algérien qui ne pouvait franchir la frontière en raison de son passé harki. Avec ce nouvel ouvrage, Benabdallah nous fait traverser les limites  dun indi-gène » qui sinscrit dans la culture française ; ce  butin de guerre » comme lavait si bien nommé Kateb Yacine, écrivain et poète algérien.
Il en ressort des mots bleus qui peuvent enjoliver le bon-heur. Mais aussi des maux à lâme, des bleus qui peuvent torturer lêtre. Il est vraisemblable que Benabdallah a opéré un détour afin dexprimer la tendresse que lui pro-cure la vie. Peut-être influencé par Camus:  Tout ce qui dégrade la culture repousse les chemins qui mènent à la servitude. »
Et pendant ce temps-là  dansent les belles de jour » qui viennent réconforter lêtre en déshérence. Lamour côtoie le désespoir et le rend plus acceptable, parce quil en
7
dénoue le sens. Silence, pas de chance, une mouche dans la cuisine continue sa faribole. Elle tente de sévader à travers le rideau de la cuisine ou-vert sur lhorizon, où lon ressent la chaleur et la torpeur du bled et de sa cité Maillot. Laissons-nous mener au tra-vers de ce dédale qui nous laisse à penser que lauteur, in-dividu entre les deux rives de la Méditerranée, nous pro-pose des histoires qui conduisent à la rêverie, à ce qui nous tient et à ce à quoi nous tenons.
Une note personnelle simpose: Jai rencontré Benabdallah dans un  lieu-dit », La Borde, dans une cli-nique psychiatrique au cœur de la Sologne. Jétais infir-mier, il était stagiaire. Je ne pensais pas que son histoire personnelle, marquée par ses racines, dont il ne parlait pas, comme un taiseux, le conduirait à lécriture qui révèle ses pensées diurnes et nocturnes. Je ne pensais pas non plus quune amitié aussi belle et aussi forte sécrivait déjà.
Que ce recueil de poèmes, dhistoires, se transmettre de gé-nération en génération, et quil renforce un peu plus le lien entre les deux rives.
Yves de LEspinay
8
Parler d’amour
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.