Les blés et les fleurs

De
Publié par

Découvrez la fable "Les blés et les fleurs" écrite par Antoine-Vincent Arnault et publiée en 1812. Ce fabuliste est né en 1766, mort en 1834. "Les blés et les fleurs" est une belle fable extrait du recueil Fables, Livre II et, comme toutes des fables, il s'agit d'une leçon de vie qui est dite de façon plaisante. Vous avez besoin de cette célèbre fable pour vos cours ou alors pour votre propre plaisir ? Alors découvrez-la sur cette page. Le téléchargement de la fable "Les blés et les fleurs" est gratuit et vous pourrez aussi l’imprimer. En téléchargeant le PDF de la fable "Les blés et les fleurs" de Antoine-Vincent Arnault, vous pourrez faire une analyse détaillée ou bien vous évader grâce au vers de "Les blés et les fleurs".
Publié le : mercredi 1 janvier 1812
Lecture(s) : 4
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Les blés et les fleurs.

Fable V, Livre II.


Plus galant que sensé, Colin voulut jadis
Réunir dans son champ l'agréable à l'utile,
Et cultiver les fleurs au milieu des épis,
Rien n'était, à son gré, plus sage et plus facile.

Parmi les blés, dans la saison,
Il va donc semant à foison
Bluets, coquelicots, et mainte fleur pareille
Qu'on voit égayer nos guérets,
Quand Flore, en passant chez Cérès,
A laissé pencher sa corbeille.
Dans peu, se disait-il, que mon champ sera beau !
Avant l'ample récolte au moissonneur promise,
Que de bouquets pour Suzette, pour Lise,
Pour les fillettes du hameau !
Partant que de baisers ! oui, cadeau pour cadeau ;
Ou rien pour rien, c'est ma devise.

Le doux printemps paraît enfin :
Le bluet naît avec la rose.
En mai, le bonheur de Colin
Faisait envie à maint voisin ;
En août ce fut tout autre chose.
Tandis qu'il n'était pas d'endroits
Où la moisson ne fût certaine ;
Que les trésors de Beauce au loin doraient la plaine,
Et que le laboureur n'avait plus d'autre peine
Que celle de trouver ses greniers trop étroits ;
Trop tard désabusé de ses projets futiles,
D'un œil obscurci par les pleurs,
Colin, dans ses sillons stérilement fertiles,
Cherche en vain les épis étouffés sous les fleurs.

Vous qui dans ses travaux guidez la faible enfance,
Ceci vous regarde, je crois ;
Chez vous, on apprend à la fois
Le latin, la musique, et l'algèbre, et la danse.
C'est trop. Heureusement savons-nous, mes amis,
Que le Rollin du jour n'est pas de cet avis.
Enseigner moins, mais mieux, oui, tel est son système
Colin, vous dit-il sagement,
Ne cultivons que le froment,
Le bluet viendra de lui-même.



.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi