Les cris de mon coeur. Poèmes

De
Publié par

La vie de l'humanité, sous ses diverses facettes, nous parle, nous touche et nous interpelle. Du fond de notre coeur, devront jaillir des "cris" qui expriment notre réponse aux problèmes posés par notre vivre-ensemble.
Publié le : jeudi 4 juin 2015
Lecture(s) : 9
Tags :
EAN13 : 9782336383378
Nombre de pages : 102
Prix de location à la page : 0,0067€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Les cris Jean-Luc
PaPy Tshisenda
isanzude mon
cœur
La vie de l’humanité, sous ses diverses
facettes, nous parle, nous touche et
nous interpelle. Du fond de notre cœur,
devront jaillir des « cris » qui expriment
notre réponse aux problèmes posés par
notre vivre-ensemble.
Les cris
Après des études secondaires littéraires au Petit
PoèmesSéminaire de Kinzambi, celles de philosophie au
Grand Séminaire de Kalonda et de théologie au
Grand Se Saint Cyprien dans la Province de mon de Bandundu en République Démocratique
du Congo, Jean-Luc PaPy Tshisenda isanzu a
enseigné au Petit Séminaire de Kinzambi et est
actuellement Secrétaire au Vicariat Général du
Diocèse de Kikwit. cœur
Poèmes
Illustration de couverture :
© Zoonar RF - Thinkstock
ISBN : 978-2-343-06412-3 9 782343 064123
12 €
Jean-Luc Papy Tshisenda isanzu
Les cris de mon cœur


Les cris de mon cœur

























Jean-Luc Papy TSHISENDA ISANZU





LES CRIS DE MON CŒUR

Poèmes




















L’Harmattan



































© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343- 0 6 412-3
EAN : 9782343 064123
A toi, Aimé Césaire

01. LE POETE A
L’ECOLE DES GRANDS

Comme il doit apprécier les vers de Césaire
sous sa plume et dans la langue de Voltaire
à la façon d’Homère et Sévigné,
le poète devra charmer tous les résignés.

Lorsqu’il critiquera la marche des ruisseaux
il se souviendra bien des conseils de rousseaux ;
et, scrutant les pas cadencés de caméléon,
qu’il déguste le lyrisme de Fénelon.

Même endormi par les divers soucis du temps,
s’il lit Cyrano de Bergerac de Rostand,
il y découvrira tout ce qu’il imagine
Pour mieux méditer le Lac de Lamartine.

Aux relativistes, il opposera Socrate,
aux idées, le doute méthodique de Descartes
qui, bon disciple de Rabelais et Malherbe
donna de la valeur inestimable au verbe.

Etant disciple, il s’adonnera total
à la lecture et à l’écoute de Pascal.
Qu’il vienne à son esprit des idées nouvelles
qui rappellent au monde le Cid de Corneille.

Sa vraie mission consiste à un regard
ainsi que le posa sur les lettres Ronsard.
Toujours et déjà soucieux d’être la lumière,
son icône ne peut être l’Avare de Molière.

Libre de goût pour la pensée comme Racine,
il n’étouffera point le vrai à la racine.
7 Chaque jour, il évitera les choses vaines
qui détruisirent la vie calme de Verlaine.

Par son sens critique, il mettra en quarantaine
ceux qui répugnent les conseils de La Fontaine.
Au regard de la vie et des idées vulgaires
qu’il analyse l’Harmonie du soir de Baudelaire.

Le poète sera un homme de caractère
comme le fut le grand artiste La Bruyère.
Des sages idéaux guideront son credo
pour qu’il arrive à la gloire de Victor Hugo.



























8 Aux martyrs de la violence.

2. AU NOM DE DIEU

Au nom de Dieu, des hommes ont perdu la vie;
à son nom saint, ils sont devenus tortionnaires.
Les fidèles se sont mués en sanguinaires
et nombreux vivent sur leur sol en vrais bannis

depuis la nuit de notre temps, on se massacre
on ne sait pas comment et pourquoi on se tue.
pourtant on prend à témoin sa foi et son Dieu
qu’on supplie et implore pour qu’il les consacre.

Partout on pleure sur des innocents et pauvres corps
que la prétendue foi en Dieu a tué à tort
comme si Le-Trois-fois-saint donnait son accord
et les désirs humains étaient les plus forts.

A son grand nom, ils ont organisé des croisades;
à son compte, on a lancé des djihads;
pour le défendre, on a connu la shoah;
pour lui obéir, ils ont imposé la charria.

Par haine, nombreux ont souffert la guillotine;
on a humanisé la parole divine.
alors, sûr de ses convictions de Moudjahidine,
le croyant se fait exploser comme une mine.

La guerre sainte entre les musulmans et chrétiens,
prélude celle des Israéliens et Palestiniens.
Arrêtez ! Donnez à tous de goûter au miel,
car tous sont enfants de la terre et fils du ciel.

9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.