Les dictatures du paradis

De
Publié par

Une écriture qui crie, mais qui sait aussi caresser l'espoir et l'enfance des rêves. Un parcours sensible, parfois douloureux au travers des jours, fort d'une réflexion qui fixe et empreinte ce que nous sommes tout simplement. L'auteur s'essaie ici à une poésie ethnique délibérément accentuée. Une écriture qui déroule le tapis des sables et de la révolte réfugiée. Une écriture dédiée, dans un lourd avertissement, aux forces vives de l'Afrique.
Publié le : dimanche 1 juillet 2007
Lecture(s) : 22
Tags :
EAN13 : 9782296177109
Nombre de pages : 104
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

LES DICTATURES DU PARADIS Du même auteur
L'énigme de la cruauté
Ed. Saint-Germain-Des-Prés
1991
Le manège des pluies
1992
Le lieu des cimes
Ed. Saint-Germain-Des-Prés
1994
Le secret des secrets
L'Harmattan
2001
Graffitis d'ogre
L'Harmattan
2002
Choeur des continents
Les Cahiers de l'Égaré
2005
L'ordre des métamorphoses
L'Harmattan
2006 PATRICK BERTA FORGAS
LES DICTATURES DU PARADIS
L'Harmattan © L'Harmattan, 2007
5-7, rue de l'Ecole polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
e wanadoo.fr diffusion. harmattan
harmattan 1 @ wanadoo fr
ISBN : 978-2-296-03648-2
EAN : 9782296036482 LES TERMINAISONS PREMIÈRES Je veux lire vos livres
et vos ventres d'enfants ivres
aux bières mal écrites ...
Je veux comprendre les feux
de nos lumières éteintes.
J'en veux à vos sueurs.
Les dictionnaires s'épuisent
de mes définitions perdues ...
J'ai le mâle des foules
au tumulte des vides.
- Son ventre est un corps -
6 Tous les maîtres ont des noms de garçons !
Je compte par coeur leurs sorts ...
Cheminées mortes des toits
où le feu fait l'enfant.
7 Je veux des pluies qui versent,
s'ombrellent et braisent
l'état de mes images.
J'ai le cauchemar de mon sang
à la tranchée des gorges.
8 - Guerres retrouvées
au tiroir d'une terrible nuit -
Le lit s'est défait ...
De l'ample sueur de nos morts,
quelques eaux pour que s'en aillent
l'ombre, l'âme et l'arbre des forts !
Malfaisance du corps
aux rivières de sottes sorties.
Marcher sur le lit
et la mouillance extrême des cris.
Il pleut sur nous
des ambitions abîmées
et des sortes de remords ...
- J'ai des pleurs jusqu'aux pluies -
9

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.