Les Écorchés dans le temps

De
Publié par

La poésie n’est pas seulement une forme d’art, ou d’expression. C’est en fait une façon colorée de voir la beauté, et les travers qui nous entourent. Tout concept ou idée pour écrire découle de l’image différente que l’on se construit face à ces derniers. "Les Écorchés dans le temps" est une illustration de ce que ressent un être humain dans différentes situations de la vie. L’Écorché est quelqu’un qui renaît du passé et qui décrit à sa façon ce qu’il découvre.
Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 70
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748371116
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748371116
Nombre de pages : 110
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Alain Carangi
LES ÉCORCHÉS DANS LE TEMPS
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0116760.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2011
Pour Marie et Xavier.
Et une nuit, la noirceur
Éclipse
Épuisé de se battre pour faire valoir Son identité, son authenticité. Croire Toujours aux valeurs, répéter des démarches Perdues dans le vent, ralentir souvent sa marche. Fatigué dargumenter pour des buts lointains, Quand un voile masque lavenir anodin. Penser, parler en vain, espérer comprendre Les sentiments adverses, pouvoir entendre Le flot des batailles perdues. Trotter, ramper Sous linsouciance, lincompréhension. Camper Dans une grotte sans lumière, sans paroles Nuisantes, exemptes de bruit. Perdre sa boussole. Éviter les coups bas, les tentatives injustes Disolement social. Regretter lère des justes. Entamer un long chemin, bordé de regrets Pénibles à avaler, comme pris d un crochet. Patienter dans loubli dune femme partie Sans raison valable. Cauchemar, son mépris Devient lorage dun clochard abandonné Mendiant pour un sourire. Frissons étonnés Dans léchine de la solitude manquée, Dans lécume dun rien. Se faire remarquer Dun théâtre sans public, être le héros Dune pièce sans fin, sans texte ni rideaux.
7
LES ÉCORCHÉS DANS LE TEMPS
Opiner aussi aux tendances générales, À en perdre sa personnalité banale. Saffirmer silencieusement dans une foule. Pénétrer le courant des engouements qui croulent. Parfaire des yeux éteints, des gestes sans but, Sans concept. Envoyer la main au hasard cru En priant pour que notre billet soit gagnant. Dans laval des alternatives, un mourant Cherche son air, hurle à laide, ferme les yeux, Recule sous linsensé paysage affreux. Tout va vite, il danse lentement, la musique À trop de temps, de notes semblables et cycliques
Et un matin, la pénombre
Abandonner ses repères ancrés, son histoire Anonyme, son parcours affaibli. Vouloir Devenir un guerrier, se relever des attaques En évitant les spectres du passé qui traquent Les failles du masque, du maquillage enflé Des tortures morbides. Crier et gifler Les sorts de la faucheuse, son il aguerrit Tremble démotions, perd le dessein et fléchit. Revenir dans le temps, en écorché unique. Regarder en arrière, perdre sa tunique Sale, défraîchie, morne. Applaudir la bête Qui sommeille en lêtre caché dans la tête. Essayer de renaître, refaire surface Sous leau agitée, percer un trou dans la glace. Sortir la main du flot, déposer un genou Sur la neige fraîche et se relever dun coup.
8
LES ÉCORCHÉS DANS LE TEMPS
Silhouette légère et fragile réclame De loxygène en liberté. Posture calme Devant la lumière ou la voix particulière Et rassurante dun mot soufflé sans barrière. Mélancolie, arrière ! Espérance, deviens Refrain entraînant, change la lourdeur et vient, De souvenirs, éclairer les images hantées. Change-les tous en bouquets dazur parfumés ! Prière dattendre, le retour imminent Tinte, tel louragan, sans avertissement. Sonne la cloche des endormis, patientez, Tout est à réédifier, à recommencer ! Regarder au loin, entrevoir lespoir nouveau Brillant entre quatre étoiles, sur trois niveaux De compréhension, dune réalisation Envisageable dun destin en éclosion. Lécho est discret, les rayons solaires embrassent La voûte presque ouverte éclairant la terrasse Des possibilités entrevues. Un courant De renouveau réchauffe un kilo dor luisant
Et un jour, la clarté
Rire à en perdre son souffle, sesclaffer fort Dun rien. Aimer le lever du soleil, son sort Est le nôtre. Dans la beauté des avenues De la nature, sommeiller près dun lac, nu. Chanter en marchant, siffler une nouvelle chanson En improvisant sa fin. Changer les saisons Dordre, de nom, de signification, de lieux. Lété est de retour, lhiver fait ses adieux,
9
LES ÉCORCHÉS DANS LE TEMPS
Il va hiberner vers dautres pays. Son froid Brûle sous la chaleur des repousses et se noie Dans les couleurs des arbres, dans la mélodie Des oiseaux migrateurs. Leur retour embellit La toile du ciel orangé. Regarder haut Vers la cime des montagnes, vers le tableau Tranquille du crépuscule. Grimper la pente Rocheuse, serpenter confiant vers la détente. Au sommet, penser à la grandeur de ce monde. À sa variété, à sa richesse. Abondent ! Les miracles quotidiens, les nombreux bonheurs ! Dune idée, faire renaître le voyageur. Dans les trains, en vélo, à pied, marcher confiant Vers des paysages fleuris, en découvrant Des villages discrets. Rencontrer des êtres Formidables, simples, dans un décor champêtre. Sémerveiller de la liberté, de lamour. Apercevoir lalliée, après un long parcours. La surprendre de vitalité. Admirer Son ouverture, sa culture, sa beauté. Sacheter une vieille maison en campagne, Près dun ruisseau. Sa silhouette précaire gagne À resplendir sous les marteaux conjoints patients De la passion commune. Unissant les talents, Elle devient souffle de création. Parchemins, Musique, tableaux, photos se tiennent la main. Dans la cour, sous les étoiles, un feu brûle gaiement, Protégeant lharmonie calme de deux amants.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant