Les froids de l'âme

De
Publié par


Les froids de l’âme est en fait le premier recueil du poète chambérien. Poèmes d’adolescence et de jeunesse qu’il a écrits sous son nom d’auteur dès 1982.
Des sentiments déchirés entre les heures sombres, les « froideurs d’hiver » et les amours tourmentées.



De ces heures plutôt noires d’où ne sauraient surgir qu’une lumière aussitôt suivie d’une larme… sincère ou non.



Des mots, des questions, des soupirs qu’on se rappelle avoir croisés parfois, quand « l’existentiel » frappe à notre porte au soir venu…

Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 42
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9789999993164
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
À l’aventure
J’ai passé mon temps sur les routes et les mers, vu tous les océans toutes les îles toutes les terres ; Comme un aventurier J’ai fait tous les chemins sans jamais m’arrêter, toujours aller plus loin. Et j’ai vu l’Amérique, New York, San Francisco, le rock éclectique, traversé les ghettos, parcouru l’Afrique l’Asie et d’autres encore puis par l’Atlantique suis revenu au port… Sur d’avoir tout vu je me suis arrêté, c’était près de ta rue et je t’ai rencontré. Et je donnerai cher pour un voyage, l’ultime,
9
10
visiter les mystères de ton cœur d’opaline. Et je t’emmènerai au plus loin de ta rue vers des endroits déserts encore inconnus ; la plus belle croisière que je puisse t’offrir si naissait sur tes lèvres l’ombre seule d’un sourire.
À quinze ans
Elle avait les yeux clairs et de beaux cheveux blonds et sa démarche fière captivait les garçons… chacun voulait son cœur et tous voulaient l’aimer… Et pourtant ses yeux clairs fuyaient tous les regards comme si un cœur de pierre se cachait sous ses fards elle tirait son bonheur de les voir à ses pieds. Pourtant un jour de mai, son regard s’est posé et son cœur qui dormait s’est soudain réveillé sur ce visage tendre où elle a vu l’amour. Ses yeux restent fixés sur cet amour qui s’en va et lui sans s’en douter ne se retourne pas… les doigts croisés elle prie pour le revoir un jour… Mais toutes les prières n’ont pas pu empêcher sur ses beaux yeux clairs les larmes de couler… elle n’a jamais revu ce garçon qu’elle aimait… Et depuis cet instant, dans ses yeux si jolis on ne lit plus que peine et que mélancolie… elle ne sourit plus, plus triste que jamais…
11
Elle croit sa vie finie parce qu’elle a souffert parce que bien que jolie elle a découvert… que c’est dur d’être seule quand on a que quinze ans
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi