Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB - PDF

sans DRM

Les Harmonies

De
68 pages

Le recueil Les Harmonies de Gaëlle Brision nous conduit d'éveils douloureux en éblouissements majeurs ... Une flamme que nous devrions toujours avoir au cœur.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture
4e de couverture
CopyRight
Toute diffusion de son contenu, sans l’autorisation expresse de l’éditeur, sous quelque format que ce soit, viole les lois relatives au droit d’auteur et expose le contrevenant à des poursuites judiciaires.
© Éditions Chemins de tr@verse, Paris, 2013
Isbn Epub : 978-2-313-00396-1
Éditions Chemins de tr(a)verse – 2, rue Pierre Sémard – 75009 PARIS
Photo de couverture : Up in smoke © Varina Patel
Préface
Le recueil Les Harmonies de Gaëlle Brision nous conduit d'éveils douloureux en éblouissements majeurs...
Une flamme que nous devrions toujours avoir au cœur.
Anne Reyjal
Très jeune poète, Gaëlle Brision manie, comme sans y penser, éclats incandescents et fulgurances lumineuses.
Yves Morvan
L’auteur
Gaëlle Brision est née le 9 novembre 1994 à Villeneuve-Saint-Georges. À l'origine des Harmonies, un printemps, des films, du rêve, et, par-dessus tout, de l'amour.
-I -AU COMMENCEMENT ÉTAIT...
Lachaleur onirique du marbre sablé Dans l’ombre fallacieuse du soleil figé Une fiévreuse solitude au bord de la route Destination factice du cœur en déroute
Le goudron est brûlant et trouble Gisant dedans ses bras mon double Ange moqueur, halluciné Qui vient mourir front abaissé
Quand la quête spirituelle s’arrête soudain Et qu’alors je m’en retourne à cet incertain Quand le souvenir de ton image m’anime Ton doux corps éperdu dans le fond maritime Et au matin les remous morts Le vent frais sur les volets forts La vision subsiste et j’attends Vague du soir incandescent 15 mai 2011
Ici bercées par Chronos Dans l’alchimie temporelle L’ange dort sur le cosmos Et la nuée est réelle
La balade du sensoriel Connaît virages maritimes Sens le bonheur intemporel Qui vit dans l’alchimie intime
Quand ton âme s’ouvre à moi Quand l’écume te provoque Quand d’un regard vit la foi Quand mon cœur nu se disloque
- II -AZUR DE PRINTEMPS
Errance infinie sur la ville Beauté du silence fragile On l’aura grillé le bitume Bien plus vite que l’amertume Mais le vent souffle et le cœur pressent L’aube d’un été intermittent 21 mai 2011
Un ouragan vient sur la ville Les mômes relâchent leurs billes Mon cœur je t’attends Sous le ciel hurlant
Défiant la gravité Planer corps fatigué Par tous les combats De l’ombre attentat Quand l’aube vient s’annuler Sur la ville en fusion Et quand l’aube vient pleurer Las sur ton cœur prison Si la terre s’ouvrait sous nos pieds On aura brûlé le silence Limbes d’un futur anesthésié Et je retourne à ton absence 12 mai 2011
- III -VISION PASSAGÈRE
- IV -LA LUMIÈRE DU MAT
Les nids brûlants sous les soleils pleins Voient le jour en ton cœur en ton sein Hantent encore les pluies vagabondes Et si les nuits d’amertume inondent Le sel et le vent l’avaient prédit Sourd à l’appel jouer les érudits Le feu n’oublie pas la nue nous guide Tendresse des lendemains...