Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Les Mots Dits

De
193 pages
La dérision et l'autodérision constituent l'arme avec laquelle Benoit Oger nous emmène sur les chemins de l'Existence, de la Croyance, de l'Amour, du Corps et de l'Ego. Il joue avec les mots pour en faire des phrases facétieuses et/ou à méditer. Il s'agit aussi de démythifier des sujets sur lesquels il devient difficile de s'exprimer sans déclencher les foudres des censeurs. Au total, plus de 500 aphorismes écrits avec la même verve, le même soin à rire de tout et surtout de lui-même. Et, enfin, de la poésie et de la prose pour chanter l'amour ou décrire l'absurdité de notre monde. Bref, des textes sans concession afin de redonner de l'espoir à la vie…
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Les Mots Dits
Benoit Oger
Les Mots Dits





APHORISMES ET POÉSIE











Le Manuscrit
www.manuscrit.com












© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com
communication@manuscrit.com

ISBN : 2-7481-7695-2 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748176957 (livre numérique)
ISBN : 2-7481-7694-4 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748176940 (livre imprimé)


7
8








L’aphorisme : la vérité, pattes en l’air.
Alain Bosquet, Le gardien des rosées, Gallimard, 1990.

9

10











APHORISMES
11

12

LES MOTS + LES MAUX ≠ PHRASES




Je me nourris de mots,
Et respire des phrases toutes faites.




Je suis un livre aux pages blanches,
Les mots sont partis danser.




Je n’ai pas su lire dans vos yeux,
Ce nouvel alphabet.




La poésie m’étrangle,
Je meurs,
Les mots autour du cou.




Autour de moi virevoltent des mots salauds,
Ne les emploie jamais.

13
J’ai avalé des mots, et vomi des phrases.




Je n’ai pas froid,
Ma couverture de mots me tient chaud.




Déjà tu ne penses plus à moi,
Pourtant, j’ai une brouette de mots pour toi.




Je me pique au verbe et à l’attribut.




Je vis mal et je souffre,
D’être un mot mal orthographié.




Je suis un mot endormi,
Transformé en coquillage érodé par le vent.



14

Ma tête,
C’est un raz-de-marée de consonnes,
Noyant des bateaux de voyelles.




Au bord de mes lèvres,
Une moustache de mots.



Le piège se referme,
Me voilà enfermé avec des mots.



J’ai peur de mon ego,
Il m’attend derrière un mur de mots.



Le mot guerre,
Est un mot délétère,
Qui sort des égouts !




Mes amis digèrent leurs vies,
Pendant ce temps,
J’ausculte la mienne,
Une déjection de mots…
15
A propos de ma personne,
Deux mots se battent :
Irritable et irrité.




C’est avec inanité,
Que je secoue ma carapace de mots,
Pour trouver celui qui me gratte.




Il manque un peu de sucre
A cette confiture de mots !



Sur le bord de tes lèvres,
J’ai dressé,
Une barrière de mots,
Qui t’embrasse,
Se verra piquer par des mots blessants.




L'érudit parle,
J'écoute,
Et, au passage,
Je lui vole quelques mots.

16

C'est un mot perdu, mélancolique,
Qui cherche une phrase,
Animée d'une vraie vie.




Les deux amants,
En se léchant,
Se couvrent de mots.




Dis, le plaisir c'est quoi ?
C'est un mot sans repère.




Dans le mot vivre,
Je ne lis que le mot,
Ivre.




Ivre de mots,
Je déambule sur le trottoir,
De ma destinée.



17
La poésie, ne cherchez pas à la comprendre,
C'est une fuite désespérée,
De mots…




Quand un missile est lancé,
Je vois les hommes qui l'ont fabriqué,
Je vois les hommes qui le reçoivent,
Retirons le mot humain de notre langage !




Je vous accorde,
Quelques mots pour vous battre,
Vous n'aurez rien de plus !




Je souris,
Des bulles de mots se forment,
Et éclatent devant tes yeux,
Tu lis mes désirs.



A genoux,
Nu,
Devant cette feuille,
Je conjure les mots de venir.
18

J'insulte un mot,
Pour qu'il me frappe,
Et laisse sa trace sur ma peau.




Les mots sortent de moi,
Comme des collégiens,
Avides de liberté.




Où cours-tu si vite ?
Après mon train de mots !




Après une longue marche,
Rien de mieux,
Qu’un bon repas de mots.




Pour qui sont les mots,
Qui sortent de ta bouche ?
Je ne vois rien venir…



19