Les Racines Congolaises

De
Publié par

Publié le : mercredi 1 décembre 2004
Lecture(s) : 270
Tags :
EAN13 : 9782296216785
Nombre de pages : 76
Prix de location à la page : 0,0043€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

J...B. TATI.LOUTARD

LES RACINES CONGOLAISES
PRÉCÉDÉ DE

LA VIE POÉTIQUE
POÈMES

L'Harmattan (Fonds Oswald) 18, rue des Quatre- Vents 75006 Paris

~) L'Harmattan

(Fonds Oswald), 1978

ISBN 2-85802-075-2

LA VIE POÉTIQ!lE

I.
Le plus difficile dans la vie d'un poète, c'est d'apprendre à sauter les silences. II. Il faut parler d'explication. de poésie en terme d'expérience et non

III. L'Enfance d'un poète a toujours lesquels, elle domine son âge adulte. IV. Le poète ne regarde dans les choses. jamais les choses; il se regarde des hauts-talons avec

v.
La poésie ne saurait être définition de la poésie constitue 9 définie: elle se vit. Toute un parti-pris.

VI.
Le poète ne méprise pas le sens propre il y greffe des tentacules. VII. L'artiste extérieure. pénètre souvent chez lui par une porte des mots, mais

VIII. Le poète vit beaucoup plus sous la pression que sous celle des événements. IX. La poésie est, de tous les arts, l'explosion toiles de notre être. des meilleures des éléments

x.
La nature du poète semble avoir partie liée avec une existence inconfortable. Le confort est à la poésie ce que le charançon est au maïs. XI. Entre l'homme et l'art, il faut ôter l'écran de la race: les particularités s'expriment alors d'elles-mêmes. 10

XII.
La création entretient des liens obscurs avec l'impureté: le beau paysage comme le beau papier stérilisent; que de beaux poèmes sont venus sur du carton sale. XIII. Quand vous visitez un poète pour la première fois, laissez vos sandales devant la porte comme à la Mosquée; pas par humilité mais pour qu'il n'ait pas vite raison de vous. Ainsi dès la deuxième visite vous pourrez l'attaquer de plain-pied dans son domaine. XIV. L'homme est à la poésie comme le sol à la sondé: on devine en soi le cœur, les poumons, les intestins; tout ce qui est ductile avec l'âge, tout ce qui est friable avec la mort. Mais notre richesse la plus pure nous échappe: l'exercice poétique nous en ramène quelques pépites.

xv.
Il faut éviter les discussioIlS de prosodie: vers classique ou libre; le poète enfourche le cheval qui lui convient le mieux. XVI. Les images sont dans la poésie comme les étoiles dans 11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.