Les sillons

De
Publié par

Dawuuda Njaay aw ci yoon wi noom Séex Musaa Ka xàlloon. Woy yii mu wéer ci léebu yi fi Maam bàyyi xoot nanu. Di nan yar yeete suuxat xel naatal xalaat. Teewul nose bi sol galan buy dàkk xolu bépp dom Aadama. Te loolu la woykat tigi di sàkku.
Daouda Ndiaye suit le chemin tracé par le précurseur Cheikh Moussa Kâ. Ses poèmes s'appuient sur les proverbes légués par les ancêtres. D'où leur richesse.
Publié le : jeudi 1 juillet 2010
Lecture(s) : 276
Tags :
EAN13 : 9782296703902
Nombre de pages : 101
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
   
         
© L’Harmattan, 2010 57, rue de l’EcolePolytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 9782296124677 EAN : 9782296124677
A mon frère Momath Ndiaye Maguette Disparu à la fleur de l’âge Fidèle aux sillons
Note sur l’écriture et la lecture en wolof Voici les correspondances phonétiques entre l’alphabet officiel du Sénégal et l’alphabet français, d’après le dictionnaire wolof-français publié aux Editions Karthala. 1.Les lettres suivantes ont la même valeur phonétique que dans l’alphabet français. a)Consonnes Ppaaka: couteau Bbakkan: nez Mmar: avoir soif Ffor: ramasser Ttaw: pluie Ddaw: courir Nnelaw: dormir S est toujours prononcé sourd comme dans si Suuf: sol R est toujours prononcé roulé Rafet: être joli Llam: bracelet Kkër: maison G est toujours prononcé occlusif comme dans gare Garab: arbre b)Voyelles Icin: marmite Ē:séer: pagne 1.Les lettres suivantes ont, dans l’alphabet officiel du Sénégal, la valeur phonétique suivante : a)Consonnes « C » approximativement ce qu’on entend en français dans tiens Caabi: clé « J » approximativement ce qu’on entend en français dans dieu Jabar: épouse
7
« Ñ » existe en français dans agneau Ñaw: coudre « X » ce son existe en espagnol et correspond à la « jota » Xalam: guitare « Q » n’existe pas en français ; le son le plus approchant est celui de k réalisé très guttural, au niveau de la luette ; ce son existe en arabe (qarib« proche ») « W » existe en français dans oui. Woo: appeler Devant i et e, il est prononcé comme dans le mot français fuite Fas wi: le cheval [ŋ] est ce qu’on entend en français dans les mots empruntés à l’anglais comme parking [ŋaam] : mâchoire b)Voyelles « A » ce son est plus fermé qu’un a en français mais plus ouvert que ë Lal: lit « À » c’est le son du a en français Làkk: parler une langue étrangère « E » c’est le son é ou ê du français père, tête Set: propre « Ë » c’est le son du e du français comme demain Bët: œil « O » c’est le o ouvert de pomme Gor: abattre un arbre « Ó » c’est le o fermé de beau, chose Jóg: se lever « U » c’est le son ou du français trou Bukki: hyène Pour la prononciation de consonnes prénasalisées (mb, mp, nc, nd, nj, nk, nx, nt), beaucoup de locuteurs français les font précéder d’un é quand ils le rencontrent en position initiale. Ceci est à éviter. Pour lireMbay, ne faîtes pas comme si c’était ém-bay, mais dîtes mb + AY
8
Voici un autre exemple avecSamba. Ne prononcez pasSam-ba, maisSa-mba. Extrait de «J’apprends le wolof» Jean-Léopold Diouf et Marina Yaguello, Edition Karthala.
9
Ñaq du feeñ ci taw Bu xale yiy woy War na ñoo roy Ña daan fent Bañ xel yi gent Damay gëstu Saam xel geestu Gis mag ñu xereñ Sóobu ci njariñ Yëral seeni woy Gis nit ñu way Cosaanu mbind Ci Afrig, ñay bind Ñaare ñu lim Seŋoor Lewo boroom seŋoor Gi ci làmbi Tugal Mbër mu ñu fi tëggal Am nga sa mbugël Moo tax may xamle Te baña gam-gamle Làmb ji dafa yaatu Jar na xeex ba faatu Wane sunuy woykat Ci làmmiñi beykat Sàmm ak nappkat Séex Musaa Ka nee
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.